Le diabète est devenu une épidémie. Le nombre de cas de personnes ayant développé un diabète de type 2 augmente à une vitesse alarmante. On sait qu’une mauvaise nutrition riche en sucre et en protéines animales couplée à l’inactivité sont deux facteurs courants du régime alimentaire et du style de vie occidental typique pouvant amener à un diabète de type 2. Ce dont on est moins au courant, et qui fait moins l’objet de débats, c’est le fait que beaucoup de gens luttent contre cette maladie pour des raisons moins connues, qui échappent parfois totalement à leur contrôle.

Par les temps qui courent, nous sommes exposés à des centaines de produits chimiques dans notre environnement, en général quotidiennement. Les substances chimiques se retrouvent dans tout, de la nourriture que nous mangeons à l’air que nous respirons, en passant par les vêtements que nous portons, et l’eau que nous buvons, et franchement, dans presque chaque aspect de notre vie. Et une grande partie d’entre elles sont nocives. Les effets de tous ces produits chimiques (les mauvais) sont presque comme un éléphant dans un couloir. Pourtant, il est rare que l’on pointe du doigt ces produits chimiques, ainsi que les dégâts potentiels qu’ils font à notre corps. Certains produits chimiques, comme le BPA, que l’on trouve dans le plastique, et les produits en conserve, gaz d’échappement et phtalates, peuvent altérer notre santé de plusieurs façons différentes.

Une analyse de coûts publiée par The Lancet en 2016 affirme que les maladies liées aux produits chimiques ménagers du quotidien coûtent aux Etats-Unis 340 milliards de dollars (environ 280 milliards d’euro) par an. Réfléchissez-y un instant. Un corps de recherche grandissant pointe du doigt de nombreux contaminants et produits chimiques dans l’environnement, qui peuvent augmenter de manière drastique le risque que vous développiez un diabète de type 2. En fait, il y a bien plus de facteurs importants dont il faut prendre conscience. Il ne s’agit pas que de l’alimentation et de l’activité physique, comme on nous a poussés à le croire.

Quels produits chimiques sont susceptibles de déclencher un diabète de type 2 ?

1 – L’arsenic

Les recherches montrent que l’exposition chronique à l’arsenic peut interférer avec la sécrétion d’insuline, ce qui peut augmenter les risques de développer un diabète de type 2. Une étude publiée dans l’American Journal of Physiology en 2017 affirmait que l’arsenic “contamine l’eau de boisson d’environ 100 millions de personnes sur le globe, et est lié à la résistance à l’insuline et au diabète.”

2 – Le BPA

Le BPA est également connu sous le nom de Bisphénol A. C’est un composé synthétique souvent utilisé pour produire certaines types de plastique pour les jouets, des boîtes de conserve, des revêtements pour récipients de boisson (biberons, etc.), et même des appareils médicaux. Des recherches ont montré que le BPA est lié à de nombreux troubles sanitaires. Le Journal of Environmental Research and Public Health, ainsi que des études de laboratoire menées sur les humains, suggèrent que l’exposition au BPA est liée à l’augmentation des risques de développer un diabète de type 2. Ce produit chimique agit directement sur les cellules pancréatiques, et diminue la sécrétion de glucagon, ce qui peut déclencher un état de résistance à l’insuline.

Comment éviter au mieux le BPA ? Limitez votre exposition aux plastiques en tous genres, choisissez du verre ou de l’acier inoxydable autant que possible, et dites non aux tickets de caisse, qui sont généralement recouverts de BPA ou de composés chimiques similaires.

3 – Les PCB

On les connaît aussi sous le nom de biphényles polychlorés ou de polychlorobiphényle. Ce sont des produits chimiques servant à des centaines d’utilisations industrielles ou commerciales. Ils ont été officiellement interdits aux Etats-Unis en 1979. Toutefois, ces produits chimiques ont tendance à perdurer. Des recherches montrent que les PCB restent dans le corps humain longtemps après une exposition, parce que les toxines s’accumulent dans nos tissus graisseux.

Bob Weinhold, membre de la Society of Environmental Journalists, a examiné des études menées sur des souris, qui montraient à quel point l’exposition au PCB était liée à un sérieux affaiblissement de la tolérance de l’insuline au glucose. Des chercheurs ont également découvert que les PCB augmentait la concentration de cytokines, qui sont également liées à la résistance à l’insuline.

4 – Les HAP

On les appelle aussi hydrocarbures aromatiques polycycliques. Ce sont des produits chimiques que l’on retrouve naturellement dans le gazole, le pétrole brut, et le charbon. Ils sont produits lors de la combustion du charbon, du gaz, du pétrole, du tabac et des ordures, et contaminent l’air que nous respirons avec les gaz d’échappement, la fumée de cigarette, le bois brûlé, et la viande calcinée.

Une étude publiée en 2014 dans Occupational and Environmental Medicine indiquait que la présence de taux élevés de HAP dans l’urine des participants, surveillés sur une durée de 5 ans, sont liés au développement du diabète de type 2 chez les adultes américains de 20 à 65 ans. Les chercheurs ont fait référence aux études précédentes, qui ont également relaté le fait que l’exposition chronique aux HAPs est liée au stress oxydatif et à l’inflammation, qui jouent également un rôle majeur dans le développement du diabète de type 2.

La fumée de cigarette et l’ingestion d’HAPs via la nourriture sont les deux sources principales de HAPs aux Etats-Unis. Afin de limiter votre exposition, ne fumez pas, et ne faites pas cuire la viande ou d’autres aliments à des températures extrêmement élevées. Limitez votre apport en aliments grillés et calcinés .

5 – Les phtalates

Ce sont des produits chimiques qui, une fois de plus, sont utilisés dans la production de plastique, afin d’augmenter la durabilité, la flexibilité, et la transparence de nombreux produits en plastique. Une étude menée en Australie a détecté des phtalates dans 99,6 pourcents des échantillons urinaires des participants, et a permis de découvrir que la concentration en phtalates était associée au diabète de type 2, ainsi qu’à l’hypertension et aux maladies cardiovasculaires. Les chercheurs ont ajusté les autres facteurs qui contribuent normalement à ces facteurs sanitaires, tels que la consommation d’alcool et de tabac, mais le lien entre les phtalates et le diabète est resté identique.

6 – Le mercure

Nous savons tous que le mercure est une substance dangereuse, qui devrait être évitée à tout prix, mais des recherches ont également montré que le mercure peut induire l’hyperglycémie en altérant la fonction des cellules bêta du pancréas. Une analyse complète publiée dans Environmental Research s’est portée sur 34 études qui mesuraient l’augmentation des risques de développer un diabète de type 2, et le syndrome métabolique dû à l’exposition au mercure.

7 – Le cadmium

On le trouve naturellement dans l’environnement, et il est libéré lors de l’extraction par fusion et l’exploitation minière. On l’utilise dans de nombreux processus industriels tels que le placage métallique, la stabilisation du plastique et la production de pigments. Il peut contaminer la nourriture produite dans un sol ou avec une eau contenant du cadmium.

En 2017, une méta-analyse a évalué 9 études différentes, avec un total global de 28 691 participants, afin de déterminer s’il existe un lien entre l’exposition au cadmium et le risque de développer un diabète de type 2. Les chercheurs ont découvert que, pour chaque microgramme par gramme de cadmium dans l’urine, le risque de diabète augmentait de pas moins de 16 pourcents.

L’exposition au cadmium ne semble pas être un sujet d’inquiétude uniquement en matière d’alimentation, car les fumeurs sont bien plus exposés à des taux élevés de cadmium lors de leur passe-temps. L’Agency for Toxic Substances and Disease Registryfournit une liste complète des activités augmentant le risque d’exposition toxique au cadmium.

8 – Les pesticides

Ce sont des produits chimiques abondamment utilisés dans l’agriculture, afin de prévenir et d’anéantir les nuisibles et insectes susceptibles d’interférer dans la croissance et la productivité des récoltes.

Une analyse complète et une méta-analyse publiées dans Environmental Internationalont passé en revue le rôle des pesticides dans la pathogenèse du diabète. 22 études ont permis de déceler un lien entre l’exposition accrue aux pesticides et la prévalence du diabète. Les effets néfastes des pesticides peuvent être chroniques ou aigus, en fonction de votre niveau d’exposition. Pour réduire votre exposition, passez au bio dès que possible, mais en particulier lorsque vous achetez des fruits et légumes les plus susceptibles d’être contaminés.

9 – Le nickel

Le nickel est un métal utilisé pour fabriquer les pièces de monnaie, les bijoux, les piles/batteries, et échangeurs thermiques. Ce métal est libéré dans notre environnement via les cheminées et fourneaux des centrales électriques ou des incinérateurs de déchets. Il est également déchargé dans l’eau via les déchets industriels, avant de finir dans le sol.

Une étude publiée dans le Journal of Epidemiology s’est intéressée au lien entre l’exposition au nickel et la prévalence du diabète de type 2 chez les adultes chinois. Une concentration médiane de 3,6 milligrammes de nickel par litre d’urine a été découverte parmi les 2115 participants, et la prévalence du diabète était de 35 pourcents. Ces taux élevés de nickel dans l’urine étaient associés à des taux plus élevés de glucose à jeun, et à une plus forte résistance à l’insuline.

Par Alanna KetlerCollective Evolution

Traduction et ajouts par Valentin MelchisédechChercheurs de Vérités

Source : Dr Axe

Comments

comments