« Abrutis »: quand Zuckerberg insulte les inscrits Facebook

Mark Zuckerberg, le créateur et CEO de Facebook, doit faire face à de nombreuses critiques sur son approche de la vie privée des internautes. Même l’Union Européenne s’en est récemment inquiétée. Business Insider en remet une couche avec la publication d’un « chat » entre le jeune Zuckerberg (environ 20 ans à l’époque) et un ami, peu de temps après le lancement de Facebook en 2004.

Zuck: Yeah so if you ever need info about anyone at Harvard (Ouais donc si jamais tu as besoin d’informations sur n’importe qui à Harvard)

Zuck: Just ask. (T’as qu’à demander)

Zuck: I have over 4,000 emails, pictures, addresses, SNS (J’ai plus de 4.000 emails, photos, adresses)

[Redacted Friend’s Name]: What? How’d you manage that one? (Quoi? Comment t’as réussi à obtenir ça?)

Zuck: People just submitted it. (Ils l’ont juste donné)

Zuck: I don’t know why. (Je ne sais pas pourquoi)

Zuck: They « trust me » (Ils me « font confiance »)

Zuck: Dumb fucks. (Putain d’abrutis)

Evidemment, Mark Zuckerberg a peut-être simplement plaisanté en se montrant provocateur. Mais la vision de la vie privée du jeune milliardaire est très « libre ». En témoigne, sa gestion chaotique des paramètres de gestion de la vie privée sur Facebook.

Charlie Cheever, un de ses premiers collaborateurs de confiance dans l’aventure Facebook, ne dit pas l’inverse dans le livre de David Kirkpatrick « The Facebook Effect »: « J’ai l’impression que Mark ne croit pas tellement dans le privé, ou du moins pas comme un principe immuable. Peut-être a-t-il raison, peut-être a-t-il tort. »

Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook et ex-Google, confirme dans le même livre: « Mark croit vraiment dans la transparence et un monde ouvert. Il veut donc pousser les gens en ce sens. Je pense qu’il comprend aussi que pour y arriver, il doit offrir aux gens un certain contrôle et du confort. Il espère que vous serez de plus en plus ouvert et est heureux de vous aider à y arriver. Donc, pour lui, c’est plus ou moins le but final. Moi, je ne suis pas aussi convaincue. » (vs)

Comments

comments

Source7sur7
PARTAGER