50% de la bière bue aux États-Unis l’année dernière aurait été consommée dans des canettes en aluminium. Cela représente près de 12 milliards de litres ! Et, si la canette en elle-même est recyclable, l’emballage en plastique qui regroupe les canettes dans le fameux « six-pack » (pack de six) est lui tristement célèbre pour ses dommages considérables sur l’environnement. Une grande proportion de ceux-ci se retrouvent dans l’océan, où ils agiraient alors comme un piège mortel pour les animaux marins et les oiseaux qui s’y coincent ou tentent de les avaler. Face à ce désastre environnemental qu’on peine à imaginer, la brasserie américaine Salt Water a mis au point un tout nouveau concept d’emballage pour ses packs de bières, entièrement biodégradable, compostable, et même comestible !

Si ce genre de pack de bières composé d’anneaux en plastique est relativement peu utilisé en France, au profit d’emballages en carton nettement plus écologiques, il est pourtant extrêmement commun aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Il offre en effet un coût très faible de production et un aspect particulièrement pratique pour le consommateur. Cependant, il est courant que ces déchets plastiques, s’ils sont mal traités, aillent rejoindre les 150 millions de tonnes de plastique déjà présentes sur les fonds et à la surface des océans.

Edible_6_Pack_07

Photo : NOEL CELIS/AFP


Ainsi, on compterait environ un million d’oiseaux et plus de 100 000 animaux marins (poissons, phoques et tortues) retrouvés piégés par des emballages plastiques à travers le monde, parfois obligés d’adapter leur anatomie à leur fardeau, ou succombant des matières plastiques ingérées quand ils ne meurent pas d’étouffement. Une horreur sans nom documentée depuis plusieurs décennies sans qu’aucun changement profond de l’appareil productif n’ait été envisagé, consommateurs et industriels ne cessant de se rejeter la balle, avec un État visiblement trop faible pour inciter la transition.

Face à ces chiffres alarmants, et par attrait marketing, une brasserie américaine a décidé de réinventer ces emballages de « six-packs » conventionnels. La Salt Water Brewery, située au sud la Floride, a en effet choisi de créer son propre emballage, en accord avec ses convictions de protection environnementale. Engagée auprès d’associations pour la protection de la vie marine, la Salt Water Brewery misait déjà sur un impact écologique faible grâce à une production et une vente locale de sa bière. Aujourd’hui, elle passe à un niveau supérieur.

Edible_6_Pack_02

Elle a donc choisi d’aller plus loin, en mettant au point un nouvel emballage sous le nom de « The Edible Six Pack », entendez : le pack de six comestible. Il est composé exclusivement de résidus naturels, considérés jusqu’ici comme des déchets, issus du brassage de la bière, à savoir des drêches d’orge et de blé.

Tout a bien sûr été étudié pour qu’il soit aussi résistant que le « six-pack » traditionnel. Son atout principal réside pourtant bien dans son caractère entièrement biodégradable et compostable. De plus, si par malchance l’emballage termine sa course dans l’océan (ce qui semble inévitable au regard du comportement des consommateurs), le pack est comestible pour les animaux, et donc mangeable en l’état par les créatures marines qui ne risquent plus la mort !

Edible_6_Pack_06

Une révolution dans le domaine de l’emballage, à échelle locale pour l’instant, qui n’est pas sans rappeler celle des couverts comestibles mis au point par une entreprise Indienne cette année. De la même façon, ce genre d’alternative a besoin de trouver progressivement son public : celui-là même qui acceptera de mettre un peu plus d’argent dans le packaging au nom de la qualité et de l’écologie .

On ose espérer que l’avenir se trouve dans des innovations bénéfiques pour l’environnement telles que celle-ci, cependant, ceci reste un choix unique d’une entreprise locale. Comment convaincre toutes les autres d’adopter sans tarder l’alternative ? Le pouvoir collectif peut-il les y obliger afin que ce genre d’emballage écologique devienne la norme ?

 


Sources : saltwaterbrewery.comsciencesetavenir.fr

Comments

comments

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE