Des experts expliquent que la maladie d’Alzheimer pourrait être « d’origine alimentaire »

De nouvelles recherches révèlent qu’il existe un lien convaincant entre un type particulier de protéines et les maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la maladie de Lou Gehrig.

Ce qui est intrigant à ce sujet est que cette protéine, appelée TDP-43,  se comporte comme les protéines toxiques et infectieuses appelées prions, qui sont responsables de la destruction du cerveau qui se produit dans la vache folle et la maladie débilitante chronique, deux types d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). La maladie de la vache folle affecte les vaches, tandis que la maladie débilitante chronique est une maladie neurologique chez les cerfs et les wapitis. Comme expliqué dans  Scientific American

« LES PRIONS SONT DES VERSIONS DIFFORMES MAIS DURABLES DE PROTÉINES NORMALEMENT PRÉSENTES DANS LES CELLULES NERVEUSES QUI PROVOQUENT DES PROTÉINES MAL REPLIÉES ET SE REGROUPENT, AMORÇANT UNE RÉACTION EN CHAÎNE QUI FINIT PAR DÉTRUIRE DES RÉGIONS ENTIÈRES DU CERVEAU. »

Au cours des 15 dernières années, les scientifiques ont appris qu’un tel processus pouvait avoir lieu non seulement dans la maladie de la vache folle et d’autres maladies exotiques, mais aussi dans les troubles neurodégénératifs majeurs …  »
Selon une recherche  publiée en 2011, la pathologie de la TDP-43 est détectée chez 25 à 50% des patients atteints d’Alzheimer, en particulier chez ceux atteints de sclérose hippocampique, caractérisée par une perte sélective des neurones dans l’hippocampe, associée à une perte de mémoire. La recherche présentée lors de la Conférence internationale 2014 de l’Association Alzheimer (AAIC) a également révélé que les patients souffrant d’Alzheimer atteints de TDP-43 étaient 10 fois plus susceptibles d’avoir une déficience cognitive à la mort que ceux qui n’en avaient pas.

CAFO (grands élevages hors sol) – Un dénominateur commun pour la vache folle et la maladie débilitante chronique

Alors que certains prions servent des fonctions cellulaires bénéfiques; d’autres, agissant comme un agent infectieux, sont connus pour provoquer une neurodégénérescence. La TDP-43 appartient à cette dernière catégorie.

Le dénominateur commun entre la vache folle et la maladie débilitante chronique oblige les herbivores à manger certaines parties d’animaux, est-il possible que les humains soient infectés par la TDP-43 via des viandes contaminées?

Les CAFO sont de grandes installations où les animaux sont entassés par milliers et nourris avec un régime complètement artificiel de graines génétiquement modifiées contenant du  glyphosate  que l’on mélange à des antibiotiques.

Lorsque vous ajoutez cela à la pratique de l’alimentation des herbivores la viande et les sous-produits animaux, la situation peut devenir encore plus complexe et problématique.

La vache folle est un fléau créé par un système CAFO qui «cannibalise» les herbivores et peut se propager comme une traînée de poudre, car les restes d’un seul animal malade peuvent contaminer les aliments donnés à des milliers d’animaux dans des endroits différents.
De même, la maladie débilitante chronique est le résultat de la domestication des animaux sauvages et un régime non naturel. La maladie est souvent importée et transmise par des animaux de ferme.

Les cerfs et les wapitis infectés excrètent les prions infectieux dans la salive et l’urine, commençant environ trois mois après avoir été infectés. Ils restent contagieux pour le reste de leur vie, contaminant la terre et l’eau peu à peu.

La relation CAFO – Alzheimer

Si vous mangez de la viande d’une vache infectée par la maladie de la vache folle, vous pouvez contracter la version humaine de la maladie, connue sous le nom de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ). Comme indiqué par le Centre pour la sécurité alimentaire,  qui a rapporté sur l’épidémie de la vache folle en 2012:

Les tissus du système nerveux central des vaches infectées (y compris le cerveau ou la moelle épinière) constituent la partie la plus infectieuse d’une vache. De tels tissus peuvent être trouvés dans les hot-dogs, les garnitures à tacos, la bolognaise et d’autres produits contenant de la gélatine, et de la viande hachée.

Les personnes qui mangent des produits contaminés risquent de contracter la version humaine de la maladie de la vache folle … La maladie crée lentement des trous dans le cerveau en quelques années, ce qui le transforme en éponge et entraîne la mort …

La période d’incubation de la maladie de la «vache folle» chez les bovins serait d’environ cinq ans; elle peut mettre plus d’une décennie avant de se manifester chez les humains. »
Une suggestion intrigante est que Alzheimer est une version plus lente de la maladie de la vache folle, contractée en mangeant des viandes CAFO contaminées …La TDP-43 pourrait également vous «prédisposer» à la maladie de Parkinson ou à celle de Lou Gehrig aussi facilement que la maladie d’Alzheimer.

Le cas de la maladie d’Alzheimer d’origine alimentaire

L’idée que les maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Lou Gehrig (ALS) peuvent se propager via les aliments CAFO remonte à au moins une décennie. Une étude de 2005 publiée dans la revue  Medical Hypotheses , intitulée:  Penser l’impensable: Alzheimer, Creutzfeldt-Jakob et la maladie de la vache folle: la réapparition liée à l’âge de la tuberculose virulente, alimentaire, bovine ou perdre la tête pour un burger , déclare:

« Selon les experts, il existe une justification suffisante pour envisager une pathogenèse similaire à la maladie d’Alzheimer, Creutzfeldt-Jakob et les autres encéphalopathies spongiformes telles que la maladie de la vache folle. En fait, Creutzfeldt-Jakob et Alzheimer coexistent souvent et, à ce stade, on pense qu’ils diffèrent simplement par des changements physiques dépendant du temps. Une étude récente relie jusqu’à 13% de toutes les victimes d ‘«Alzheimer» à la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Les chercheurs notent également que la tuberculose bovine sert de vecteur pour la maladie de la vache folle humaine. La tuberculose bovine (causée par Mycobacterium bovi s  et M. avium-intracellulare ou paratuberculosis) est l’une des maladies les plus répandues dans les CAFO américains, et les chercheurs citent des données de l’USDA suggérant que de 20 à 40% des troupeaux laitiers américains sont infectés.

Selon les auteurs:

« Le risque pour la santé du lait contaminé par M. bovis est connu depuis des décennies et il n’y a pas si longtemps, des tests tuberculiniques étaient imprimés sur chaque récipient de lait. Schliesser a déclaré que la viande provenant d’animaux tuberculeux peut également constituer un risque important d’infection.

Au début du XXe siècle, 25% des nombreux décès américains dus à la tuberculose chez les adultes ont été causés par M. bovis . Mis à part les produits laitiers, lorsqu’on tient compte de la consommation passée et présente de viande, il y a trois fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer chez les mangeurs de viande que chez les végétariens.
Prenez le contrôle de votre santé en choisissant judicieusement vos aliments

La maladie d’Alzheimer, pourrait-elle être le résultat d’une forme de vache folle, ou maladie débilitante chronique à action plus lente? Aussi choquant que cela puisse paraître, les liens entre les maladies sont convaincants, et ils pointent tous vers un principal coupable:  les pratiques agricoles industrielles , qui éliminent l’hygiène et remplacent les régimes naturels des animaux par des régimes alimentaires artificiels dans lesquels sont mélangés des sous-produits animaux.

Cela déclenche un cycle de production de maladies qui ne peut être arrêté qu’en revenant à l’agriculture selon la conception de la nature. Le régime alimentaire d’un animal est très important. Vous ne pouvez pas juger les avantages de l’alimentation de l’animal uniquement en fonction de la prise de poids ou de la production de lait ajoutée. Il peut y avoir toutes sortes de ramifications imprévues lorsque vous modifiez le cours naturel de la nature, y compris les fléaux causés par l’homme comme la vache folle et la maladie débilitante chronique.

La viande biologique, engraissée à l’herbe et qui est élevée et abattue sans cruauté est vraiment la seule viande qui soit saine.
Source : https://www.sain-et-naturel.com/alzheimer-pourrait-etre-dorigine-alimentaire.html

Comments

comments

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE