in

Ex LREM: « La majorité de mes collègues ont une relation à Emmanuel Macron comme à un gourou » « On ne peut pas exprimer une voix différente »

Cinq élus, qui ont quitté le groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée, ont évoqué pour Mediapart les raisons de leur départ, ainsi que leurs désillusions. L’un d’eux allant jusqu’à affirmer que les députés de la majorité sont «maraboutés» par le Président et perdent leur «esprit critique».

Le député LREM Matthieu Orphelin a annoncé début février qu’il quittait son groupe parlementaire. Il est le septième à le faire depuis le début de la législature, emboîtant le pas à son collègue Joachim Son-Forget. Cinq des élus qui ont quitté le groupe récemment se sont confiés à Mediapart.

https://twitter.com/Brevesdepresse/status/1099998373644521472?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1099998373644521472&ref_url=https%3A%2F%2Ffr.sputniknews.com%2Ffrance%2F201902251040157105-france-deputes-lrem-depart%2F

«La majorité de mes collègues ont une relation à Emmanuel Macron comme à un gourou. Ils sont maraboutés, a déclaré à Mediapart le député Jean-Michel Clément. Celui-là même qui s’est retiré il y a bientôt un an du groupe après avoir voté contre le projet de loi asile-immigration, adopté en première lecture à l’Assemblée nationale.

Un autre député, François-Michel Lambert, qui a quitté le groupe présidentiel à l’automne 2018, a rappelé pour sa part que le dossier sur lequel il avait beaucoup travaillé, l’économie circulaire, ne lui avait pas été confié.

«Je n’ai été mobilisé sur rien, je n’ai été consulté sur rien», a-t-il souligné.

Un autre député LREM, Paul Molac, a démissionné en octobre pour rejoindre le nouveau groupe Libertés et territoires.

«Au sein de LREM, c’était difficile de décrypter et critiquer une loi, elle était forcément bonne puisqu’elle venait du gouvernement […] On observe une absence de prise en compte des députés et du pouvoir législatif, et donc un non-respect de nos institutions», a-t-il expliqué à Mediapart.

Sébastien Nadot, qui, lui, a été exclu du groupe le 20 décembre après qu’il a voté contre le budget lors de son adoption définitive, rappelle pour sa part les méthodes autoritaires de gestion.

«C’étaient toujours les têtes du groupe qui nous disaient quoi voter.»

«Des bombes d’excréments» : un syndicat policier dénonce «des actes prémédités» pendant l’acte 15

[CORRECTION] Non le système bancaire mondial n’est pas aux mains des Rothschild ..