Georges Carlin : 22 citations exceptionnelles du maître du sarcasme

La comédie peut souvent être utilisée comme une épée et un bouclier. Georges Carlin est célèbre pour son attitude irrévérencieuse et ses observations sur le langage, la psychologie et la religion, ainsi que de nombreux sujets tabous. Il était l’un des rares artistes à pouvoir faire part de son point vue sur un sujet délicat, et vous faire rire en même temps. Il avait une habileté verbale pour vous faire rire une minute, et la minute suivante faire passer un message judicieux.

George Carlin était un comédien qui a contribué à repousser les ‘limites’ de notre société.

Ses sujets étaient souvent politiques et il était bien connu pour remarquer les hypocrisies, ce qui lui a valu le titre de « Maitre de la comédie sociologique ».

Très peu de gens ont eu le don de dire ce qu’il fallait dire d’une manière qui vous fait réfléchir et rire en même temps comme Carlin le pouvait. Il abordait des questions avec une vision différente de ce que l’on peut voir ou entendre ailleurs, un tour de force que peu de personnes sont capables d’accomplir.

Ses observations sur la vie, sur les gens, la politique et la religion vont certainement nous manquer.

Georges Carlin : 22 citations exceptionnelles du maître du sarcasme:

« Il y a une raison pour laquelle l’éducation est naze et c’est la même raison qui ne sera jamais, jamais, jamais arrangée. Cela n’ira jamais mieux, ne vous y attendez pas, soyez heureux avec ce que vous avez. Parce que les proprios de ce pays et je parle des vrais proprios là…

Les vrais proprios, les gros méga intérêts financiers et du commerce qui contrôlent toute chose et prennent les décisions importantes, oubliez les politiciens ; les politiciens ont été mis là pour vous donner l’idée que vous ayez quelque part la liberté de choix. Vous ne l’avez pas. Vous n’avez aucun choix. Vous avez des propriétaires. Ils vous possèdent. Ils possèdent tout. Ils possèdent toutes les terres importantes, ils possèdent et contrôlent les grandes entreprises; ils ont acheté et payé le congrès depuis bien longtemps, le sénat, les chambres, les mairies, ils ont les juges dans leur poche, ils possèdent toutes les grosses entreprises des médias, ils contrôlent toutes les informations que vous pouvez entendre ou lire.

Ils vous tiennent par les couilles. Ils dépensent des milliards de dollars chaque année en lobbying, à faire pression pour ce qu’ils veulent. »

« Si un homme sourit tout le temps, il est probablement en train de vendre quelque chose qui ne fonctionne pas. »

« Les gouvernements ne veulent pas d’une population avec un esprit critique. Ils veulent des travailleurs obéissants ! Des gens suffisamment intelligents pour faire tourner des machines et suffisamment idiots pour accepter passivement leur situation »

« Vous voulez savoir comment je définis les classes sociales et économiques dans ce pays? La classe supérieure garde tout l’argent et ne paie pas d’impôts. La classe moyenne fait tout le travail et paye tous les impôts. Les pauvres sont là pour effrayer la classe moyenne. Pour s’assurer qu’ils continuent à aller travailler! »

« Essayer d’être heureux en accumulant des biens, c’est comme essayer de satisfaire sa faim en se collant des sandwichs sur tout le corps. »

« Escroquerie réchauffement climatique anthropique: C’est politique on vous dit !…Le capitalisme, une arme de destruction massive au service exclusif de l’oligarchie… »

« Je suis complètement pour la conciliation de l’Eglise et de l’Etat. … Ces deux institutions nous ont suffisamment formatés, donc avoir les deux ensemble est une mort certaine. »

« Les forces du mal peuvent devenir confuse sur le chemin de votre maison. »

« Ne donnez pas votre argent à l’église. C’est eux qui devraient vous donner leur argent. »

« La chose la plus injuste à propos de la vie est la façon dont elle se termine. Car il faut bien le dire, la vie est dure. Tout ce temps à suer et travailler, et qu’est-ce qui nous récompense à la fin.

La mort! Tu parles d’un bonus. Le cycle de vie se fait complètement à l’envers: on devrait d’abord mourir, pour éluder le problème une fois pour toutes.

Ensuite, on passerait à la vie en maison de retraite. Quand on serait redevenu assez jeune, on se ferait jeter dehors de l’hospice, et puis on se mettrait au travail.

On travaillerait pendant trente ou quarante ans, jusqu’au moment où on serait suffisamment jeune pour prendre notre retraite. Et c’est à partir de là que ça commencerait à devenir vraiment bien: on prendrait de la drogue, on picolerait à mort, on ferait la fête tous les soirs (ben oui, on aurait notre propre argent accumulé pendant toutes nos années de travail).

Et puis ensuite ce serait l’université, puis le lycée, le collège, on redeviendrait des gosses, sans aucune responsabilité; et puis on redeviendrait des bébés, on rentrerait dans le ventre de notre mère et on passerait neuf mois délicieux à flotter… et on terminerait le cycle…dans l’apothéose d’un orgasme! »

« J’aime bien quand une fleur ou une petite touffe d’herbe se développe à travers une fissure du béton. Ca paraît tellement follement héroïque ».

« La religion est comme une paire de chaussures … Trouvez-en une adaptée pour vous, mais ne me faites pas porter vos chaussures. »

« Ne sous-estimez jamais le pouvoir des gens stupides dans les grandes communautés. »

«La religion a réellement convaincu les gens qu’il y a un homme invisible vivant dans le ciel qui regarde tout ce que vous faites, chaque minute de chaque jour. Et l’homme invisible a une liste spéciale de dix choses qu’il ne veut pas que vous fassiez. Et si vous faites l’une de ces dix choses, il a une place spéciale, pleine de feu et de la fumée et des brûlures et de torture et d’angoisse, où il vous enverra vivre et souffrir et brûlez et étouffer et de crier et pleurer pour toujours et à jamais jusquà la fin des temps! Mais il vous aime. Il vous aime, et il a besoin d’argent! Il a toujours besoin d’argent! Il est tout-puissant, tout-parfait, omniscient et tout-sage, en quelque sorte juste ne peut pas manipuler de l’argent!  » La vie devient vraiment simple une fois que vous laissez de côté toute la merde qu’ils vous enseignent à l’école. »

« Pourquoi quand c’est nous, c’est un avortement, mais quand c’est une poule, c’est une omelette? »

« Il y a une chose que vous aurez remarqué: je ne me plains pas des politiciens. Tout le monde se plaint des politiciens. Tout le monde dit qu’ils craignent. Mais d’où pensez-vous que ces politiciens sortent? Ils ne tombent pas du ciel. Ils n’ont pas traversé une membrane depuis une autre réalité. Ils viennent de parents et de familles américaines, des foyers américains, des écoles américaines, de business américains et d’universités américaines. Et ils sont élus par des citoyens américains.

Voilà; on ne peut pas faire mieux les gars. C’est tout ce que nous avons à vous proposer. »

« Voici un autocollant que je voudrais voir: ‘Heureux Parents d’un enfant qui a suffisamment d’estime de soi qu’il n’a pas besoin de nous promouvoir ses réalisations scolaires mineures à l’arrière de notre voiture. »

« Les gens qui voient la vie comme rien de plus qu’un divertissement pur perdent de vue ce qui se passe. »

« Ne jamais se disputer avec un idiot. Il se ramènerait à son niveau et ensuite te battrait avec l’expérience. »

« Je connais l’endroit idéal pour les logements sociaux. J’ai la solution à ce problème. Je sais où nous pouvons construire des logements pour les sans-abris : les terrains de golf ! C’est parfait ! Juste ce qu’il nous faut. Des terrains abondants, dans des beaux quartiers, des terrains qui sont actuellement gâchés par une activité débile, dépourvue de sens, et principalement pratiquée par des hommes d’affaires blancs et de bonne société, qui utilisent ce jeu pour se réunir et se découper des tranches de plus en plus fines de ce pays. »

« Tout le monde sourit dans la même langue. »

« Nous sommes une nation de moutons, mais quelqu’un d’autre possède nos pâturages. »

« Il y a un côté drôle à chaque situation. Le défi consiste à le trouver. »

Georges Carlin : 


Source

Comments

comments

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE