Miri Regev, ministre israélien de la Culture, a monté les marches à Cannes parée d’un robe sur laquelle était imprimée une image de Jérusalem. De quoi inspirer les internautes, compte tenu de l’occupation de la partie Est de la ville depuis 50 ans.

La ministre de la Culture israélienne Miri Regev s’est rendue au festival de Cannes, habillée d’une robe créée par un styliste israélien représentant Jérusalem-Est, le mur des Lamentations, et la mosquée al-Aqsa. Dans un communiqué, la ministre a déclaré vouloir «exprimer la beauté de Jérusalem, afin de célébrer les 50 ans de sa libération et sa réunification».

Sauf que, la notion de «libération» est toute relative au regard du droit international, parlant plutôt d’«annexion» de Jérusalem-Est, à la suite de la guerre des Six jours, en 1967. Ainsi, l’autorité israélienne sur tous les secteurs de la ville est loin d’être reconnue par la communauté internationale.

Des internautes ont alors détourné l’image afin d’envoyer un message politique à la ministre israélienne. Ainsi, le paysage de Jérusalem a laissé place au mur de séparation construit en Cisjordanie par les Israéliens.

Ou encore à une photo d’un bombardement de la bande de Gaza par l’armée israélienne.

Des flammes ont aussi été ajoutées, afin d’illustrer les fréquents heurts ayant lieu entre la population palestinienne et les autorités dans la vieille ville.

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE