La Chine, les USA, Singapour préparent le puçage RFID humain par le tatouage RFID humain

Le tatouage puce RFID fabriqué par des chercheurs de Chine, des USA, et Singapour :

« La technologie de la microélectronique, appelée système électronique épidermique (EES), a été développée par une équipe internationale de chercheurs des États-Unis, de Chine et de Singapour, et est décrite dans la revue Science. «C’est une technologie qui brouille la distinction entre l’électronique et la biologie», a déclaré le co-auteur John Rogers, professeur de sciences des matériaux et de génie à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign. « Notre objectif était de développer une technologie électronique qui pourrait s’intégrer avec la peau d’une manière mécaniquement et physiologiquement invisible pour l’utilisateur. »
Le patch pourrait être utilisé au lieu d’électrodes volumineuses pour surveiller l’activité du cerveau, du cœur et des tissus musculaires et lorsqu’il est placé sur la gorge, il permettait aux utilisateurs d’utiliser un jeu vidéo activé par la voix avec une précision supérieure à 90%. « Ce type de dispositif pourrait fournir une utilité pour ceux qui souffrent de certaines maladies du larynx », a déclaré Rogers. « Il pourrait également former la base d’une capacité de communication sous-vocale, appropriée pour des utilisations cachées ou autres. » Le dispositif sans fil est presque sans poids et requiert si peu de puissance qu’il peut se nourrir avec des capteurs solaires miniatures ou en captant des rayonnements électromagnétiques parasites ou transmis, indique l’étude.
Moins de 50 microns d’épaisseur – légèrement plus minces que les cheveux humains – les dispositifs sont capables d’adhérer à la peau sans colle ou matière collante. « Les forces appelées interactions van der Waals dominent l’adhésion au niveau moléculaire, de sorte que les tatouages électroniques adhèrent à la peau sans colles et restent en place pendant des heures », a déclaré l’étude. L’ingénieur de l’Université Northwestern Yonggang Huang a déclaré que le patch était «aussi doux que la peau humaine».

Rogers et Huang ont travaillé ensemble sur la technologie pour les six dernières années.

Comments

comments

Viaalterinfo
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE