Fâcheuse coïncidence, alors que les députés votaient la privatisation de cette société particulièrement rentable, la femme de Gilles Le Gendre venait d’être recrutée en tant que directrice de la communication…

Encore une fois, le milieux des affaires et celui de la politique sont bien proches, et cela peut poser des interrogations lorsque cela intervient dans de grosses affaires comme ce type de privatisation.

Cela a donc été fait juste avant l’adoption de la loi Pacte (le plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) du 11 avril.


LE député Gilles Le Gendre à l’assemblée

Bon nombre de personnes dans l’opposition ont été choquées, alors qu’ils commencent pourtant à être habitués de ces trop fréquents conflits d’intérêt.

Du coté LREM on joue la carte de l’étonnement, du féminisme et du déni de compétence :

Si on ne connait pas encore tous les détails de l’affaire, cette nomination vient révéler une fois de plus au service de qui est la majorité présidentielle et parlementaire : de ces grands patrons et financiers qui font leurs choux gras sur les séries de privatisations mises en œuvre par les gouvernements successifs.

Comments

comments