Et si vous pouviez être payé pour rester au lit ? Avouez que ce serait tentant ! Et aussi surprenant que l’idée puisse paraître, elle est belle et bien réelle et on préfère vous dire à l’avance qu’il ne s’agit pas d’un poisson d’avril. La NASA et l’Agence Spatiale Européenne sont actuellement à la recherche de candidats pour vivre une expérience unique et très bien rémunérée. L’idée : payer des cobayes pour rester couchés dans un lit pendant 60 jours. Et la rémunération est plutôt intéressante, puisque chaque participant touchera la somme de 16 500 euros.

Les volontaires devront donc rester allongés pendant tout ce temps dans un lit centrifugeuse. Depuis le 25 mars dernier, 24 candidats ont déjà pris part à cette expérience hors du commun : 12 hommes et 12 femmes. Mais la NASA et l’ESA recherchent déjà de nouveaux volontaires, principalement des femmes âgées entre 25 et 55 ans.

L’expérience a lieu en Allemagne, près de la ville de Cologne. Et malgré ce qu’on peut imaginer, la mission n’est  pas aussi simple qu’elle y paraît. Les volontaires ont la formelle interdiction de se lever. Leur seule activité possible : dormir, regarder la télévision et lire. Les repas sont étudiés pour limiter la prise de poids malgré la sédentarité. Enfin, les différents candidats doivent avoir un niveau d’allemand correct, être en bonne santé, ne pas fumer et mesurer entre 1,53 et 1,90 mètre.

Crédits : NASA

L’objectif de cette expérience insolite : permettre à la NASA et l’ESA d’en apprendre plus sur les effets de la gravité sur le corps humain, pour mieux comprendre notamment ce que peuvent subir les astronautes dans l’espace. Une initiative surprenante qui pourrait presque faire rêver sur le papier mais qu’on imagine finalement plutôt difficile. Compliqué lorsqu’on est souvent en activité de ne plus pouvoir bouger pendant 60 jours… sans parler des effets négatifs que cela peut avoir sur le corps. En attendant, si vous souhaitez plus d’informations sur cette expérience, rendez-vous sur le site de la NASA.

Crédits : NASA

Crédits : NASA

Crédits : NASA

Crédits : NASA

Crédits : NASA

Crédits : NASA

Source : nasa.gov

Comments

comments