Suite aux manœuvres militaires russo-biélorusses « Zapad-2017 » du 14 septembre au 20 septembre en mer Noire, le commandant en chef de l’OTAN, le général Riho Terras, affirme que c’était un entraînement à une guerre contre l’OTAN.

 

« En effet, ces exercices étaient une occasion pour la Russie de s’entraîner en vue d’une guerre contre l’OTAN. Lors de ces manœuvres, elle a fait une démonstration de force à l’intention de cette alliance militaire », a déclaré le général Riho Terras.

Selon le ministre russe de la Défense, lors des manœuvres « Zapad-2017 », les forces militaires s’étaient entraînées, conjointement avec la Biélorussie, à faire face à une éventuelle attaque menée par des forces étrangères.

 

« Les militaires se sont entraînés sur des terrains différents comme en Arctique, en mer Baltique, le long des frontières ouest de la Russie et en mer Noire. Il y a eu différente sorte d’entraînement de tous les niveaux allant du conventionnel jusqu’au nucléaire, de la tactique jusqu’au stratégique », avait déclaré la Russie.

Quelles sont les nouvelles priorités militaires russes pour 2018 ?

Le journal russe, la Pravda a fait part, dans sa dernière édition électronique, des priorités militaires russes en 2018.

Le président russe, Vladimir Poutine et son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, ont tenu des propos, le 22 décembre, auprès du ministère de la Défense et défini les nouvelles priorités militaires russes.

Sur ce fond, l’une des principales priorités militaires de la Russie dans le domaine de l’énergie nucléaire stratégique et le développement de systèmes militaires de hautes précisions, c’est le montage de « systèmes intelligents » qui garantiront que toutes les opérations des forces armées seront menées à bien.

La Russie obtient des résultats importants en matière d’armes stratégiques. (Photo d’archives) Ces priorités englobent également les systèmes spatiaux, le contrôle automatique des forces et des armes, les systèmes de communication et les robots, ainsi que le maintien de normes militaires appropriées pour l’armée.

La Pravda a ensuite abordé les autres priorités des forces armées russes et a souligné le développement des arts martiaux, l’intensité et la qualité des exercices militaires, telle que la mise en œuvre des manœuvres russes « Vostok-2018 » qui devraient être lancées dans l’est du pays.

Le journal en question a également évoqué les soutiens financiers à l’armée russe et écrit qu’un budget échelonné sur une période de trois ans a été consacré à l’armée.

Pour la Pravda les expériences obtenues au cours de la guerre en Syrie font aussi partie des priorités militaires russes.

Syrie : qui équipe les terroristes pour attaquer les installations russes ?

Le vice-président de la commission de la Défense et de la Sécurité du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Franz Klintsevitch constate la piste américaine dans la poursuite des frappes de drones contre les installations militaires russes sur le territoire syrien.

Les forces russes en Syrie ont repoussé l’attaque de 13 drones contre les bases de Hmeimim et de Tartous.

La Russie défend les bases militaires syriennes contre l’attaque massive de drones

Les forces de sécurité russes de la base aérienne de Khmeimim et du point naval russe CSS dans la ville de Tartous ont contrecarré un attentat terroriste « avec application massive de véhicules aériens sans pilote (UAV) dans la nuit du 5 au 6 janvier 2018« , selon le ministère russe de la Défense. L’attaque est survenue juste deux jours après qu’une faction islamique opérant dans la région a lancé un barrage d’obus de mortier sur la base aérienne, endommageant gravement deux avions.

La base aérienne de Khmeimim en Syrie

À la tombée de la nuit, les systèmes de défense aérienne russes ont détecté «13 cibles aériennes de petite taille non identifiées à une distance significative» qui se dirigeaient vers les bases. Dix drones d’assaut approchaient rapidement de la base aérienne de Khmeimim, et trois autres avançaient vers la base navale. Tous les drones d’attaque avaient des charges utiles de ce qui semble être des obus de mortier.

Dommages aux avions suite à une attaque précédente du Nouvel An

Alors que les drones s’approchaient des deux bases, la Russie a déchaîné le missile anti-aérien Pantsir-S et les unités de guerre électronique. Sept drones ont été détruits par le système de missiles antiaériens Pantsir-S, et six autres drones ont été piratés avec du matériel radio. Trois des UAV ont atterri dans une zone de sécurité juste à l’extérieur de la base, mais les autres ont explosé lors de diverses tentatives d’atterrissage. Le ministère de la Défense note que les systèmes de défense ont éliminé toutes les menaces sans faire de victimes ni de dommages.

C’était la « première fois que les terroristes utilisaient massivement des véhicules aériens de combat sans pilote d’un type d’avion lancés à plus de 50 kilomètres, et fonctionnaient en utilisant les coordonnées de navigation par satellite GPS« , a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le ministère de la Défense a déclaré que les experts analysent les composants de vol des drones et les bombes pour trouver des indices. Les données de vol du GPS indiquent que les UAV auraient pu être lancés à une distance de 100 kilomètres (62 milles). Si tel est le cas, ce serait la première attaque de drones à longue portée par des terroristes islamistes dans la guerre syrienne.

Les drones transportaient des engins explosifs avec des fusées de détonation étrangères. Les spécialistes russes sont en train de déterminer les canaux d’approvisionnement, à travers lesquels les terroristes ont reçu les technologies et les dispositifs, ainsi que d’examiner le type et l’origine des composés explosifs utilisés. Le fait que des terroristes aient utilisé des drones de type avion de combat est la preuve que des terroristes ont reçu des technologies pour mener des attaques terroristes utilisant de tels drones dans n’importe quel pays.

Après que le président russe Vladimir Poutine ait ordonné un retrait partiel des troupes de la Syrie en décembre, les sponsors du terrorisme, qui sont bien connus, sont désireux de gagner un avantage avec des drones de haute technologie qui ont des capacités remarquables à longue portée.

La seule question que la Russie, et d’autres, se posent dans cet incident: qui fournit aux militants ces drones high-tech à longue portée?

« Une étrange coïncidence »: Un avion espion américain près de la base russe lors de l’attaque de drones

Peu de temps après, le ministère russe de la Défense publia de nouvelles informations, notant des «coïncidences étranges» entourant l’attaque terroriste: un avion espion américain repéré dans la zone, à savoir un Boeing P-8 Poseidon de l’US Navy en patrouille entre la base aérienne de Khmeimim et la base navale de Tartus en Syrie au moment de l’attaque.

Alors que le ministère russe de la Défense ne pointait pas délibérément les doigts lorsqu’il a parlé de l’attaque du 6 janvier, il a démontré de façon démonstrative que la technologie utilisée dans l’attaque était révélatrice. Une formation avancée en ingénierie dans « l’un des pays développés » serait nécessaire pour programmer les principaux contrôleurs et systèmes de largage d’un drone de combat de type avion, a souligné la déclaration russe, ajoutant que « tout le monde n’est pas capable de attaque] à partir des données de surveillance spatiale.  »

« Cela nous oblige à jeter un nouveau regard sur l’étrange coïncidence que, lors de l’attaque des terroristes UAV sur les installations militaires russes en Syrie, l’avion de reconnaissance de la Navy Poseidon patrouillait sur la Méditerranée pendant plus de 4 heures à 7 mille mètres, entre Tartous et Hmeimim.  »

C’est pourquoi la présence de l’avion de reconnaissance Navy Poséidon, un avion espion de haute technologie avec des composants de guerre électronique, dans la région lors de l’attaque par drone, semble plutôt suspecte.

Le Pentagone a répliqué que même si les États-Unis étaient « préoccupés » par l’incident, le porte-parole du Pentagone, le Maj Adrian Rankin-Galloway, a affirmé que « ces dispositifs et technologies peuvent facilement être obtenus sur le marché libre« . Les États-Unis ont déjà vu ce qu’ils appelaient «ce type de drone commercial [véhicule aérien sans pilote]» utilisé dans les missions de l’État islamique (IS, anciennement ISIS).

La Russie a averti à plusieurs reprises que les fournitures militaires américaines visant à soutenir les militants syriens «modérés» finissent par tomber entre les mains de terroristes.

Hannibal GENSERIC

Via : numidia-liberum

Comments

comments

PARTAGER