in ,

Le monde à l’envers : le violeur pédophile Dennis Hastert demande 1,7 million de dollars à sa victime

Non seulement, aucune mention de ses agressions n’est faite sur sa page Wikipedia mais seul deux ou trois médias français ont évoqué sa condamnation l’année dernière. Par ailleurs, aucun n’a évoqué le nouvel affront de ce pédophile qui se croit intouchable. Fawkes
——–
J. Dennis Hastert, l’ancien président de la Chambre des représentants des Etats-Unis reconnu coupable d’avoir enfreint les règles financières en effectuant des paiements pour couvrir ses abus sexuels passés sur un adolescent, veut récupérer les 1,7 million de dollars qu’il a versé dans le cadre d’un règlement secret selon des documents judiciaires.

 

La révélation provient de documents déposés mercredi à la Court de l’Illinois par l’avocat de M. Hastert en réponse à une plainte déposée par le plaignant qui réclame 1,8 million de dollars.
Le plaignant, identifié dans les documents judiciaires comme James Doe, a affirmé dans une déposition en Avril que M. Hastert avait promis de lui verser 3,5 millions de dollars mais n’en avait payé que 1,7, et par conséquent, il avait violé l’entente de règlement.
En réponse à la plainte (ndt: Hastert a répondu par une autre plainte), l’avocat de M. Hastert, John C. Ellis, a nié toute violation de l’accord. En outre, il a soutenu que tout contrat présumé a été fait oralement, qu’il était inapplicable en vertu de plusieurs lois, et que M. Hastert, 75 ans, l’aurait fait sous la contrainte (ndt: ben voyons).
M. Ellis a ajouté que dans la mesure où le contrat était exécutoire, le plaignant aurait violé  ce contrat en ne gardant pas son existence et ses termes confidentiels, bien que les documents de la cour ne précisent pas clairement comment ils ont été révélés. Compte tenu de cette violation, M. Ellis écrit, M. Hastert a le droit de demander en compensation les 1,7 million de dollars qu’il a payé.
Kristi L. Browne, l’avocate représentant le plaignant, a déclaré dans un communiqué jeudi que la réponse de M. Hastert était «prévisible».
« M. Hastert a décidé que, plutôt que de tenir sa promesse d’indemniser sa victime pour son agression et les blessures qui en ont résulté, il allé demandé à sa victime de le payer », a-t-elle déclaré. « Il avoue avoir accepté d’effectuer des paiements, mais nie que ce soit un accord auquel il doive se plier. »
Jeudi soir, M. Ellis ne pouvait pas être immédiatement joint pour commenter cette affaire.
M. Hastert, qui représentait l’Illinois au Congrès pendant 20 ans à partir de 1987, était président de la Chambre des représentants de 1999 à 2007, faisant de lui l’orateur républicain le plus ancien de la nation.
M. Hastert, qui était un professeur de mathématiques du secondaire et entraîneur de lutte au lycée de Yorkville dans l’ Illinois, a été condamné en Avril à 15 mois de prison au cours d’ une audience devant une cour fédérale, où il a admis publiquement pour la première fois avoir abusé de lutteurs dans l’ école où il était entraîneur il y a plusieurs décennies.
M. Hastert, qui était entraineur de lutte de 1965 à 1981, n’a pas été accusé d’abus sexuels car, étant donné l’ancienneté des agressions, les faits était prescrits.
M. Hastert a été accusé d’ avoir violé les règles bancaires fédérales. Il a plaidé coupable en 2015 pour avoir tenté de se soustraire à ces règles dans le cadre d’un accord de paiement d’un montant de 3,5 millions de dollars au plaignant qui avait 14 an au moment de l’abus, selon des documents judiciaires. Le système, une fois qu’il a été découvert, a conduit à l’abus d’au moins quatre autres jeunes hommes.
Ses avocats ont fait valoir que M. Hastert, qui a eu un accident vasculaire cérébral, une septicémie et une infection spinale, aurait dû recevoir la probation. Il a été envoyé au Centre médical fédéral à Rochester, Minn., Il est prévu qu’il soit libéré le 16 août prochain, selon son site internet.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comments

comments

Obama : 205 millions d’euros pour la Palestine, 38 milliards de dollars pour Israël

Le dictateur Faure Gnassingbé aurait donné 5 milliards de francs CFA à Manuel Valls pour financer sa campagne présidentielle