Une autre semaine, un autre ouragan !

Sans doute, WaPo (Washington Post) décrira celui-ci comme un autre événement qui, comme Harvey, n’arrive «qu’une fois tous les mille ans». La probabilité que deux tels événements se produisent dans une quinzaine de jours n’est pas de un sur deux mille, messieurs les journaleux du WaPo, mais d’environ un sur un million (1/1000) x (1/1000) !!

Comment se fait-il que deux supers ouragans se soient produits presque simultanément, alors que, statistiquement et naturellement, ils n’avaient qu’une probabilité de 1 sur un million de se produire quasi simultanément ?

Les chances de deux tempêtes de Catégorie 5 (Harvey était «seulement» de catégorie 4 quand il a traversé la côte du Texas) se produisent naturellement tout près et frappent deux États américains clés, sont statistiquement infiniment basses, proches de 1 sur un milliard !!

Aucun ouragan aussi puissant qu’Harvey ou Irma n’a jamais été observé sur l’Atlantique ouvert.

Vous pouvez oublier le réchauffement climatique fait par l’homme – c’est un canular, propagé principalement par des cabalistes mondialistes et des idiots scientifiquement analphabètes,

Chemin prévisionnel d'IRMA
Chemin prévisionnel d’IRMA

Patrick Roddie, expert en géoingénierie, a découvert des images satellitaires de la NASA Worldview nouvellement publiées qui montrent des anomalies étranges autour des ouragans Harvey et Irma et des chemins qu’ils suivent.

nasa-hurricanes-man-made-678x381

Ses résultats correspondent aux allégations faites par d’autres scientifiques qui affirment que HAARP  (Voir :H.A.A.R.P : Un outil démoniaque pour créer des catastrophes climatiques) est responsable de la récente explosion d’ouragans à travers le monde. Hier, le même site yournewswire.com a publié un article dans lequel le physicien de renommée mondiale, le Dr Michio Kaku, a affirmé que les ouragans fabriqués par l’homme sont le résultat d’un programme gouvernemental américain de modification de la météo dans lequel on pulvérise dans le ciel des nanoparticules, ensuite des orages sont « activés » par l’utilisation de « lasers ».

Selon Anongroup.org:

Dans cette vidéo, on peut voir les caractéristiques légères comme des plumes, les brumes et les ondes apparaissant généralement dans un chemtrail (trace blanche laissée par les avions dans le ciel et qui contiendrait des produits chimiques répandus à l’insu des populations)  pulvérisé et un ciel chargé d’ondes  électromagnétiques, apparaissant autour des ouragans et de leurs chemins.

Les lignes d’aérosols pulvérisés et en mèches éparses, facilement reconnaissables comme du matériel de géoingénierie, ont été repérées autour des ouragans récents.

La nature anormale des ouragans Harvey et Irma, et peut-être les nouveaux ouragans Jose et Katia, devraient inciter les gens à se demander si la géo-ingénierie a joué un rôle positif pour l »Humanité. Les habitants, encore en vie, des petites îles  des Caraïbes sont les mieux placés pour nous répondre.

Chef de la FEMA: l’ouragan Irma va «détruire» les États-Unis (source)

Le chef de l’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a averti que l’ouragan Irma devrait « détruire » les États-Unis. Vidéo

irma-scary-678x381

Lors d’une conférence de presse, Brock Long a déclaré qu’Irma devrait dévaster complètement la Floride et ravager le reste du pays.

Il a également déclaré que l’ouragan laisserait la Floride sans électricité dans un avenir prévisible et laisserait 100.000 habitants sans abris.

« L’ouragan Irma continue d’être une menace qui va dévaster les États-Unis en Floride ou dans certains États du sud-est« , a-t-il déclaré.

djmsya8xkaakakz

Rapports de Sputniknews.com:

les responsables de l’état de Floride ont déjà demandé aux résidents de se diriger vers des abris et d’obéir à tous les ordres d’évacuation: plus de 100.000 personnes ont été invitées à évacuer du comté de Miami-Dade à partir de jeudi.

L’ouragan Irma, une tempête de catégorie 5, a traversé les îles des Caraïbes orientales mercredi en route vers l’État américain de Floride, laissant une trace de destruction sur son chemin. Des images des dégâts causés par le passage d’Irma abondent sur les réseaux sociaux depuis la fin de la semaine, témoignant de l’état désastreux dans lequel les îles caribéennes ont été plongées. L’ouragan se dirige désormais vers la Floride.

D’après un dernier bilan évoqué ce 10 septembre par l’AFP, l’ouragan Irma a faitau moins 25 morts dans les Caraïbes : 10 décès dans les îles françaises, 6 dans les îles Vierges britanniques, 4 dans les îles Vierges américaines, 2 dans la partie néerlandaise de Saint-Martin, 2 à Porto-Rico, et 1 à Barbuda.

Au matin du 10 septembre, l’ouragan Irma s’approchait du Sud de la Floride, tournoyant au sud-est de l’archipel des Keys (Etats-Unis), avec des vents atteignant 210 km/h.

Selon les rapports, l’ouragan Irma est susceptible de créer la plus grande évacuation de masse dans l’histoire des États-Unis: le comté de Miami-Dade, ainsi que les comtés voisins de Broward et de Palm Beach, ont une population combinée d’environ 6 millions de personnes.

Après l’ouragan Harvey, qui a frappé l’État américain du Texas en tant que tempête de catégorie 4 la semaine dernière dans ce qui s’est avéré être l’une des catastrophes naturelles les plus coûteuses de l’histoire américaine, Irma s’est transformé en une tempête de catégorie 5 mardi avec des vents excédant 300 Km par heure.

Les « Frankenstein » de la géo-ingénierie, ou  quand les sciences de la vie propagent la mort

Il y a deux cents ans, sur les bords du lac Léman où elle passait l’été, une jeune Anglaise commençait l’écriture d’un roman appelé à devenir un véritable mythe moderne, Frankenstein ou le Prométhée moderne. Ce bicentenaire vient d’être fêté à Genève, par des expositions et des conférences qui ont rendu à Mary Shelley l’hommage qu’elle méritait. C’est l’occasion de relire ce texte classique, débarrassé des scories dont ses adaptations cinématographiques l’ont surchargé.

Si Frankenstein continue de nous fasciner aujourd’hui, c’est que son sujet entre en résonance avec nos préoccupations actuelles ci-dessus : voulant provoquer des pluies pour combattre la sècheresse, les scientifiques américains ont déclenché des ouragans dévastateurs sur leur pays et sur les pays voisins, qui ne leur ont rien demandé.

Le roman raconte les catastrophes qui frappent un savant suisse, le docteur Victor Frankenstein, parvenu, à partir d’organes prélevés sur des cadavres, à amener à la vie un être monstrueux, la Créature.

Sa tentative forcenée pour créer la vie aboutit à propager la mort.

Pourquoi ? Entre autres, parce que l’homme de science est, selon Mary Shelley,coupé des affections des autres hommes. Enfermé dans ses spéculations, il devient indifférent à la nature, aux paysages, aux visages ; il néglige ses amis, sa famille ; « il perd son âme et sa sensibilité ». La pratique intensive de la science fait le vide autour d’elle, atrophie l’amour et l’amitié. Au début, Frankenstein est plein de ferveur créatrice, excité par la passion du jeu intellectuel, enivré par sa toute-puissance. Mais, une fois réalisé son but, sa ferveur se mue en dépression. Frankenstein sort de sa plongée dans la science comme un mort-vivant. Il est épuisé, déconnecté de la réalité. L’horreur que lui inspire sa Créature est en fait une horreur pour lui-même. Dans le monde froid qu’il a créé, il découvre sa propre ruine affective

Le symbole est clair : la mort des proches de Frankenstein est actée quand il se met à leur préférer ses propres élucubrations.

Par la reductio ad objectum dans laquelle il s’est enfermé à force d’exercices scientifiques, il a traité la vie et les vivants en objets.

Sa Créature achèvera le travail en les réduisant à l’état de cadavres.

La mort des sentiments, prélude à la mort tout court, étend son emprise sur le monde.

Via : numidia-liberum.blogspot.com

Comments

comments

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE