Vous vous rappelez de Dominique de Villepin ? Premier ministre de Jacques Chirac entre 2005 et 2007, il s’est retiré de la vie politique depuis le quinquennat de Sarkozy et est devenu avocat d’affaires. Pour autant, la République ne l’a pas oublié. En tant qu’ancien premier ministre, l’Etat prend en charge le coût de sa voiture de fonction et les salaire d’une assistante et d’un chauffeur.

L’Etat finance encore les anciens Premiers ministres

C’est le secrétariat général du gouvernement, un service dépendant de Matignon, qui gère les petits privilèges des anciens présidents de la République et anciens Premiers ministres. Au nom de la transparence et du droit d’accès aux documents administratifs, garanti à tous citoyens par une loi de 1978, Mediapart a obtenu le détail de ces frais en 2016. Non sans mal. La demande a été faite au secrétariat général gouvernement en janvier 2015, et sans réponse positive de sa part, Mediapart a dû saisir la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs), laquelle a rendu un avis favorable à la transmission de ces documents.

Une voiture, un chauffeur et une assistante pour Dominique de Villepin

S’agissant de Dominique de Villepin, pour l’année 2014, l’Etat a dépensé 56 917 euros pour rémunérer une assistante. Il dispose également d’une voiture de fonction, achetée en 2006, pour un montant de 38 577 euros. Pas vraiment le coût d’une Twingo. Son chauffeur a été rémunéré 40 044 euros. Quant au frais d’entretien de sa voiture de fonction, l’Etat a déboursé 3 016 euros en 2014, ainsi que 5 514 euros de carburant et 541 euros pour l’assurance. Au total, hors coût d’achat du véhicule, l’Etat a dépensé 106 032 euros. Sachant la fortune de Dominique de Villepin (patrimoine estimé à plusieurs millions d’euros), est-ce bien nécessaire ?

Source : « La République dépense des dizaines de millions d’euros pour ses «ex» », Mediapart,

Comments

comments

PARTAGER