Chère lectrice, cher lecteur,

Voici une des photos les plus connues de la révolution soviétique : 

capture-2017-07-14-18-34-20-1

 

1922 à Moscou : Lénine exhorte la foule à la guerre contre la Pologne. Au pied de cette tribune, remarquez bien les 2 personnages qui gardent l’escalier : Trotski et Kamenev.

Cette scène fut immédiatement célèbre : publiée dans les journaux, en cartes postales… Jusqu’à un beau jour de 1927 où elle fut remplacée par une nouvelle image : 

Trotski et Kamenev ont disparu

Trotski et Kamenev ont été coupé au montage. Remarquez la moindre qualité de la photo retouchée afin de masquer les traces du montage.

 À cette époque la guerre pour le pouvoir entre Staline et Trotski fait rage. Trotski est un héros de la révolution bolchévique de 1917 qui jouit d’une immense popularité.

 Il faut l’effacer des mémoires. Littéralement. 

Bien sûr on ne peut pas reprendre les millions d’exemplaires de journaux et cartes postales qui ont déjà été distribués. Peu importe on en distribuera bien plus encore de la nouvelle version.

La vérité doit se plier à la cause et non l’inverse.

Imaginez des millions de familles russes qui ont vu cette photo, ont conservé la carte postale chez eux et qui ont pu comparer l’image originale et l’image retouchée.

 Je me suis longtemps demandé ce qu’ils avaient bien pu se dire devant une telle grossièreté.

 Aujourd’hui je sais.

Les mêmes méthodes en France aujourd’hui.

Il y a quelques jours, François de Rugy, président de l’Assemblée Nationale et 4e personnage de l’État a insulté un député en pleine séance du parlement (il croyait son micro éteint) :

« Put**n, il est chi**t lui » a-t-il soufflé.

Au lieu de s’excuser de cette indélicatesse, le président Rugy s’est défaussé : « Je n’ai visé aucun député de cette Assemblée […] je réagissais à un message reçu par SMS » s’est-il défendu.

Il a menti solennellement, dans l’exercice de ses fonctions et devant l’Assemblée des représentants du Peuple.

Il ne peut pourtant pas ignorer que la scène a été captée précisément par les micros et la caméra :

Le mensonge est éhonté. Il n’y a aucun doute possible. J’ai regardé la vidéo des dizaines de fois, sur le site de l’Assemblée comme les images de LCP. Des centaines de personnes ont indiqué la supercherie sur Facebook et Twitter.

C’est une insulte à l’intelligence de l’Assemblée et des citoyens qu’elle représente.

 Pourtant :

  • Aucune réaction à l’Assemblée. Un président qui ment dans l’exercice de ses fonctions, cela n’a pourtant rien d’anodin.
  • Aucune réaction dans la presse. Et même bien pire : de nombreux articles de journaux affirment contre toute évidence que ceux téléphone portables sont effectivement présents.
  • La palme revient à la journaliste Amandine Réaux d’Europe 1 qui ajoute encore au mensonge en écrivant : Après revisionnage attentif de la séquence sur le site internet de l’Assemblée, où le plan est plus large que sur la vidéo isolée par Politis, le Lab est en mesure de témoigner de la présence de deux téléphones portables, posés à la gauche de François de Rugy, vers lesquels il tourne son regard.

À l’heure où j’écris ces lignes, et malgré les commentaires relevant le mensonge de la journaliste, l’article n’a toujours pas été corrigé.

Peut-être pensez-vous que cet incident est mineur. Cela serait presque une broutille tant ces « dérapages » sont fréquents… il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

Un instant :

  • C’est un mensonge d’un des plus hauts personnages de l’État, dans l’exercice des ses fonctions et avec la réserve qui lui est imposée.
  • débusqué sans aucune issue possible et malgré tout maintenu ;
  • Avec la complicité de la presse qui n’hésite plus à mentir également ;

 Il y a là une escalade dans la terreur douce des machines à vous dire ce que vous devez pensez et ce que vous devez croire.

C’est aussi un cas simple et évident. Les questions plus importantes sont également plus complexes. Et ils ne se gênent jamais pour se cacher derrière la complexité ou notre supposée ignorance.

Mais rien de tel ici : C’est une parole, contre une preuve irréfutable.

Et la parole gagne contre les faits. Il ne faut pas laisser passer une telle vilénie.

C’est le secret d’Emmanuel Macron pour réussir : il n’a pas besoin de voir juste ou d’avoir raison. Ce qu’il dit et ce qu’il fait est par définition juste, vrai.

Il en est de même de ses troupes.

Peu importe votre talent ou votre travail. Ce qui compte, c’est votre étiquette. Vous en êtes… Ou vous avez perdu.

Jupiter vous regarde.

Nous sommes en train d’ouvrir la porte des grandes mascarades, les procès soviétiques, la Terreur de la Révolution française ou plus près de nous la destruction complète de l’Irak sous prétexte qu’on y a inventé des armes de destruction massives.

La liste s’étend sans fin…

Ces événements barbares deviennent non seulement possibles mais nécessaires au maintien d’un pouvoir privé de légitimité.

Comment vous convaincre que vos yeux mêmes vous trompent si ce n’est par la terreur ?

Big Brother s’appelle aujourd’hui Jupiter… Et Jupiter vous regarde.

Sentez-vous comme moi ce vertige immense ? Le sol qui se dérobe devant vous. Ou bien est-ce le plafond qui s’est retourné ? Il fait jour en pleine nuit… Ou bien est-ce le soleil qui a changé sa course ?

Et plus longtemps nous ferons le dos rond plus dur sera le réveil.

Car cette fourberie n’est absolument pas isolée. Il n’y a rien derrière les grandes opérations de communication macroniennes :

  • La ministre de la justice Nicole Belloubet vient de donner unepromotion à l’ancienne présidente du syndicat de la magistrature pourtant toujours mise en examen dans la très partisane affaire du « mur des cons ». C’est la promotion d’une justice partisane alors même que celle-ci a déjà été mise à rude épreuve dans le traitement des affaires de la dernière campagne.
  • La nouvelle présidente LREM de la Commission des lois Yaël Braun-Pivet ne sait pas la différence entre un décret et une loi, comme l’a révélé le Canard Enchainé. Belle prouesse pour un parti qui entend gérer la complexité et mettre la compétence au coeur de sa démarche.
  • Le ministre de l’Economie Bruno Lemaire n’a pas hésité à se comparer le plus sérieusement du monde au dieu Hermès, messager de son patron : Jupiter (et confondant mythologie grecques et romaines au passage).
  • Emmanuel Jupiter Macron a multiplié les apparitions en tant que chef des armées, en uniforme, dans un sous-marin, en hélicoptère : Il veut restaurer la grandeur de la France… Mais coupe 810 millions d’euros dans le budget de la défense déjà maltraité sur les 4 précédents quinquennats à tel point que le chef des armée, le général de Villiers a lancé devant les députés qu’il ne pourrait plus regarder ses hommes en face. Même la grande muette sort de sa réserve.

Comment croire ces gens lorsqu’ils vous disent que vos économies sont en sécurité dans un assurance vie tout en votant les lois pour les saisir.

Comment croire ces gens qui veulent relancer l’économie française en dépensant 6 milliards d’euros à fonds perdus pour organiser les Jeux Olympiques…

…en décidant de fermer des dizaines de centrales nucléaires sans même avoir chiffré le coût (pharaonique) d’une telle mesure…

…ou bien d’annoncer la fin des voitures à essence presque par voie de décret sans même se soucier du coût écologique réel des alternatives et du surcoût sonnant et trébuchant pour vos déplacements.

Faites le calcul… ils promettent des baisses d’impôts, mais sans doute pas pour vous. En revanche attendez-vous à ce que le prix de votre électricité explose, ainsi que celui de vos déplacements.

Et tout cela n’est possible que grâce à une prise de contrôle des médias… Comme en URSS ou en Chine.

Ils veulent votre soumission

Ouvrez le journal Le Monde… il appartient à Messieurs Pierre Bergé (l’homme d’affaire et compagnon d’Yves Saint-Laurent), le banquier d’affaire Matthieu Pigasse et le milliardaire Xavier Niel de Free (accessoirement aussi gendre de Bernard Arnault de LVMH).

Ouvrez Le Figaro… Il appartient à la famille Dassault.
Ouvrez L’Express… C’est Patrick Drahi, Libération aussi et bientôt BFM etRMC.

TF1 et LCI c’est Bouygues, Canal Plus c’est Bolloré tout comme Direct Matin et la chaîne Direct 8.

Et j’oubliais Bernard Arnault qui possède Les Échos et Le Parisien, Arnault Lagardère avec MatchEurope 1 et des chaînes du câble et Pinault avec Le Point.

Ce n’est pas compliqué, il n’existe plus un grand média qui ne soit passé sous le contrôle d’un homme d’affaire.

Même Valeurs Actuelles est la propriété d’Iskandar Safa, une des plus grandes fortune du Liban.

Il n’existe plus un grand média qui appartienne à sa rédaction.
Et ce n’est pas tout, ils monopolisent aussi le monde de la culture.

Le patron français de la banque d’investissement Lazard, Matthieu Pigasse, vient de racheter un des plus gros festivals de France : « Rock en Seine« . Il détient déjà le magazine Les Inrockuptibles et Radio Nova. Alors bien sûr, on loue le banquier rock’n roll. Mais la vérité c’est qu’il compte bien gagner beaucoup d’argent en créant un « groupe spécialisé dans les contenus premiums ». Et surtout il avoue lui-même presque candidement :

« C’est aussi un projet politique: nous utilisons l’éducation et la culture pour changer le monde »

Et si vous n’aimez pas la culture rock, eh bien tant pis pour vous, il faudra vous y faire.

Et cela pose un énorme problème.

Celui de « la soumission au conformisme ».

Je vous donne un exemple très simple, tiré d’une expérience célèbre des années 1950.

Regardez le dessin ci-dessous et dites-moi si le segment X est aussi long que le A, le B ou le C :

Je suis sûr que vous avez immédiatement répondu comme les cobayes de l’expérience de Ashe en 1951 : voyons c’est le B bien entendu.

Mais le psychologue Salomon Ashe avait une autre idée derrière la tête. Il réunit 6 complices parmi lesquels il plaça ses cobayes les uns après les autres.

Il recommença l’expérience mais en groupe. Les complices du psychologues donnaient systématiquement une mauvaise réponse. Ils disaient tous A alors qu’il était évident que la bonne réponse était B.
Eh bien quand arrivait le tour du cobaye, lui aussi disait A, une fois sur trois (32% des cas précisément). 

C’est ça la soumission au conformisme.

Vous savez que vous dites une grosse bêtise mais comme tout le monde dit pareil, vous préférez faire comme tout le monde que de prendre le risque d’avoir raison…

Rapportez cette expérience à l’échelle d’une élection… Ai-je besoin de vous faire un dessin ?

Quand un homme d’affaire rachète un journal, il ne participe pas au pluralisme des médias, il ne fait pas une bonne oeuvre, il fait de l’influence.

C’est ainsi que la société des journalistes  du magazine économique Challenges s’est récemment plainte dans un communiqué de presse « d’interventions multiples et déplacées auprès de la direction et de l’équipe web suite à la parution d’un article critique à l’égard d’Emmanuel Macron ».

Entrez en résistance

L’ONG Transparency International a révélé cette année un chantage massif organisé par la Banque Centrale Européenne.

Dans des lettres secrètes, la BCE menaçait de couper les liquidités à l’Irlande, la Grèce, l’Italie et l’Espagne s’ils ne mettaient pas en œuvre les réformes qu’ils leur imposaient.

Je vous rappelle que la BCE est suposée apolitique. C’est-à-dire qu’elle n’est pas censée influencer la politique des États. La réalité est que c’est elle qui la fait.

Cette information n’a absolument pas été relayée dans les médias français.

Vous auriez pu la lire dans le journal d’Olivier Delamarche.

On l’appelle « Le Delamarche » et son édition spéciale sur l’Euro n’y va pas par quatre chemins. Ça commence comme ça : « l’Euro est mort, il ne reste plus qu’à le constater ».

Bien sûr, ces informations sont étouffées sous le poids des grands médias conventionnels.

L’agence Fitch a annoncé que 114 des 500 banques italiennes étaient en situation de faillite technique… Dans l’indifférence générale. Tant que ce n’est pas la BCE ou l’Europe qui le dit, cela n’existe pas. Cela n’est pas vrai. Peu importe que des millions de retraités risquent de se retrouver ruinés comme lors de la failite de la banque Hypo Group en Autriche.

Aujourd’hui, ce que vous devez faire c’est prendre des mesures pour vous protéger à titre personnel.

Ces mesures ne sont d’ailleurs pas très compliquées et la première d’entre elle n’est pas différente du coup de De Gaulle lorsqu’il envoya à partir du milieu des années 1960 des frégates pleines de dollars aux États-Unis pour les changer contre de l’or.

1er CONSEIL : Investissez dans la monnaie qui ne meure jamais

J’ai préparé un dossier pratique sur la seule monnaie qui a traversé les millénaires : l’or.

On frappait déjà des pièces d’or à Varna en Bulgarie il y a 7 000 ans. Depuis l’or n’a jamais cessé d’être une monnaie.

Les monnaies de papier au contraire sont des feux de paillequi ne durent que quelques années, un siècle au mieux… avant leur destruction ainsi que la valeur que vous y aviez mis péniblement année aprèse année (page 2).

Les détracteurs de l’or vous diront que c’est un mauvais investissement. L’or n’est pas un investissement comme les autres, c’est la meilleure des assurances.

Vous lirez dans ce dossier l’histoire de ce banquier américain qui fit fortune au début des années 1970 (page 3).Il avait compris mieux que tout le monde le cycle des monnaies, comment elles se créent naturellement sous différentes formes et aussi comment se détruisent et meurent.

Vous comprendrez à quel moment exact nous sommes du cycle monétaire actuel (page 5).

Surtout lisez l’avertissement de la page 6 avant d’acheter la moindre once d’or.

Il existe de multiples manières d’investir dans l’or. Vous apprendrez à choisir celle qui correspond le mieux à votre objectif.

  • Vous découvrirez la réalité —somme toute assez simple— derrière les mots barbares des investisseurs professionnels : certificats, futures, forward, trackers, swaps, leasings… Et comment ceux-ci créent de l’or qui n’existe pas et essaie de vous le revendre (page 8).
  • Vous découvrirez aussi les acteurs de référence du marché de l’or, ceux en qui vous pouvez faire confiance ainsi que leurs spécificités. À la fin du dossier vous saurez lequel choisir.
  • Vous apprendrez pourquoi votre banque n’est sans doute pas le meilleur endroit pour acheter de l’or… Et irez directement chez les prestataires de votre banque sans avoir à lui donner une commission importante.
  • Vous apprendrez à lire facilement les frais de ces prestataires (page 9).
  • Vous ferez aussi la différence entre les pièces d’or, les lingots et lingotins.
  • Vous apprendrez ce que change la loi Hamon de 2015 sur l’achat et la vente d’or (page 12).
  • Page 14, ne ratez pas ce conseil simple mais essentielpour bénéficier d’une fiscalité avantageuse.
  • Je vous livrerai aussi le secret de la « pièce » que vous pouvez revendre sans payer d’impôt sur la plus-value (page 16) ;
  • Je vous livrerai un autre secret que je ne dirai jamais même à mes plus proches amis et familles et vous comprendrez pourquoi. (Page 14)
  • Vous découvrirez les 7 règles essentielles pour conserver de l’or et tout objet précieux chez vous (vous ne lirez la n°5 nulle part ailleurs)

J’ai passé près de 3 semaines pour réunir toutes les informations essentielles et rien qu’elles dans un dossier pratique, complet et agréable à lire de 16 pages : L’Or, la monnaie millénaire

Je voudrais vous envoyer ce dossier aujourd’hui même.

2e CONSEIL : Ayez d’autres devises en poche

L’Euro a déjà perdu 30% face au Dollar américain ces 3 dernières années. Si vous aviez placé un peu de vos économies en dollars vous auriez obtenu un rendement de 10% avec un placement entièrement liquide et peu risqué.

Il ne s’agit pas d’ouvrir un compte chez un courtier et de jouer aux apprentis traders (je vous le déconseille fortement).

Ce n’est pas de la spéculation, simplement une assurance contre la crise européenne.

Il suffit d’ouvrir un compte courant dans une devise étrangère et d’y laisser un peu d’argent en vérifiant de loin en loin l’évolution du taux de change.

Encore une fois, cette stratégie toute simple vous aurait rapporté 10% par an ces 3 dernières années simplement en plaçant de l’argent sur un compte courant en dollars.

Malheureusement, il est peu probable que votre conseiller financier vous parle d’une stratégie aussi simple et peu coûteuse : ce n’est pas son intérêt, ni celui de la banque.

Il existe pourtant 5 manières de mettre en place cette stratégie, chacune ayant ses avantages spécifiques.

Selon ce que vous recherchez, vous pourrez privilégier une solution plus ou moins souple, plus ou moins coûteuse et plus ou moins robuste.

J’ai réuni ces 5 solutions dans un dossier pratique : Devises, votre assurance en cas de crise de l’Euro.

Vous y découvrez :

  • Le premier moyen, le plus simple, tellement évident que l’on n’y pense même plus… (page 8)
  • Pourquoi les conseillers financiers n’appliquent pas la première règle de prudence en investissement lorsqu’il s’agit de leurs clients (page 2);
  • Éviter de finir « comme les emprunts russes » qui ont ruiné 3 millions de famille au début du XXe siècle (page 5) ;
  • Vous découvrez l’application qui vous permet d’ouvrir en quelques minutes un compte au Royaume-Uni (en dehors de la Zone Euro) aussi bien en dollars qu’en livres sterlings ou euros (page 15).
  • Vous apprendrez comment ne plus jamais payer les frais de changes déraisonnables que vous imposent les banques (page 16) ;
  • Vous lirez page 7 la confession choquante du PDG d’une des plus grandes banques françaises ;
  • Vous découvrirez les services très utiles que les banques ne proposent… que dans certaines régions de France bien particulières(page 11).

Je vous propose de recevoir immédiatement ce dossier grâce au lien au bas de ce message.

Je vous propose également de vous envoyer immédiatement ce dossier.

À ma connaissance ces 2 dossiers pratiques  « Devises : votre assurance contre la crise de l’Euro » et « L’Or, la monnaie millénaire » regroupent les informations essentielles pour vous protéger.

Qu’est-ce qui mettra le feu aux poudres?

Les événements majeurs comme un effondrement de l’Euro ne se déclenchent pas de manière prévisible.

Prenez l’exemple des Printemps Arabes. Ces révolutions ont renversé 4 gouvernements, enclenché des guerres civiles et conduits à des émeutes dans douze autres pays… C’est par un petit vendeur de fruits qui s’est immolé que tout à commencé.

Quand toutes les conditions sont réunies, comme c’est le cas aujourd’hui avec l’Euro, il n’y a pas besoin d’un événement majeur pour mettre le feu aux poudres.

C’est toujours inattendu au contraire.

La déflagration de la Première Guerre Mondiale a démarré à 1 000 km des centres névralgiques de l’Europe par l’assassinat d’un prince sur fonds de indépendantiste local.

Qu’est-ce qui mettra le feu aux poudres et quand… Nul ne le sait, et ce ne sont pas les grands médias qui vous mettrons la puce à l’oreille.

Cette enquête n’est qu’à son commencement…

Tous les jours, nous essayons de mettre les points sur les « i », nous reconstituons les puzzles à partir des pièces que nous fournit l’actualité. Nous déjouons les enfumages médiatiques.

En particulier, je voudrais vous donner l’opportunité de recevoir également Le Delamarchejournal  mensuel impertinent, politiquement incorrect et économiquement juste.

Ce journal est rédigé par Olivier Delamarche qui lui a donné son nom en caution.

C’est une lecture pour ceux qui veulent plus que l’information en disque rayée des chaînes de TV.

C’est une lecture pour ceux qui veulent comprendre par eux-même plutôt que de répéter les messages de communicants manipulateurs.

C’est une lecture rafraîchissante qui ne s’encombre pas de politiquement correct mais qui vous fera découvrir mois après mois :

  • Comment décrypter les déclarations et les chiffres des politiques, banquiers et instituts de statistique (savez-vous comment on bidonne un chiffre d’inflation ? Par exemple en France l’INSEE considère que le coût de votre logement, charges comprises, représente à peine 10% de vos dépenses) ;
  • Comment éviter les fausses bonnes idées en matière d’investissement ;
  • Comment ne pas se faire enfumer par les médias comme lors de l’élection de Trump aux États-Unis ou sur le Brexit (par exemple les banques centrales dans le monde font plus confiance à la Banque d’Angleterre qu’à la BCE).

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Et d’ailleurs voici ce que les lecteurs en disent eux-même :

Pascal P. a écrit récemment : « J’ai lu (devore) vos dossiers avec le plus grand interet »

René  D. m’a envoyé ce commentaire après s’être abonné : C’est tout simplement une grande bouffée d’air frais.

Ladislas L a écrit : Olivier, votre dossier est exceptionnel, comme une grande claque. Je suis très très impressionné par ce premier numéro.

Fred T. : Vous faites un super boulot, très sérieux et rationnel… et toujours une pique d’humour au bon moment.

Et  Véronique S. : J’ai l’impression que ce journal c’est un premier pas dans la bonne direction…

Ce que vous trouvez dans le journal de Delamarche n’existe nulle part ailleurs. Depuis 10 ans qu’Olivier Delamarche intervient sur BFM Business, c’est la première fois qu’il a décidé de partager ses connaissances aussi ouvertement et intimement.

Mais ATTENTION, ce service n’est pas pour tout le monde. Il n’est disponible que pour ceux que cela intéresse sérieusement.

Je n’ai déjà pas tellement envie d’envoyer 3 dossiers exceptionnels, Le Delamarche d’avril — L’Euro est mort, Le dossier pratiques sur l’or et celui sur les devises,  à n’importe qui.

Mais je n’ai pas non plus de place pour tout le monde. Car l’abonnement au Delamarche ne vient pas seulement avec ses dossiers cadeaux, il vous donne également accès à une série de web-conférence exclusives que nous animons Olivier Delamarche et moi-même.

Posez vos questions en direct à Olivier Delamarche

Les lecteurs du Delamarche sont invités à participer à un événement EN DIRECT tous les deux mois, très simplement avec une connexion Internet depuis leur ordinateur ou tablette, et poser leurs questions directement à Olivier et moi-même.

Alors si vous voulez un conseil, n’attendez pas pour vous inscrire.

Je vous invite à rejoindre aujourd’hui les lecteurs du Delamarche vous recevrez immédiatement sur votre boite email :

  • Le Dossier Pratique du Vaillant Petit Économiste n°1 : L’Or, la monnaie millénaire
  • Le Dossier Pratique du Vaillant Petit Économiste n°2 : Devises, votre assurance contre la crise de l’Euro
  • Le numéro spécial du Delamarche : L’Euro est mort
  • Un an d’abonnement au Delamarche (12 numéros)
  • Votre accès exclusif aux conférences en ligne avec Olivier Delamarche (6 conférences).

SOURCE : Le vaillant petit économiste

Comments

comments

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE