Le fondateur de l’organisation lanceuse d’alerte WikiLeaks a accordé un entretien exclusif au journaliste australien John Pilger, revenant sur les fuites d’emails d’Hillary Clinton qui s’invitent dans la campagne de la présidentielle américaine.

Julian Assange a abordé les relations qu’entretient Hillary Clinton avec des pays comme l’Arabie saoudite ainsi que les chances de victoire de Donald Trump.

«Les Saoudiens, les Qataris, les Marocains, les Bahreïniens, surtout les deux premiers, donnaient tout cet argent à la fondation Clinton, alors qu’Hillary Clinton était secrétaire d’Etat et le Département d’Etat approuvait des ventes d’armes massives, en particulier à l’Arabie saoudite», a ainsi rappelé Julian Assange, ajoutant que durant le mandat de Hillary Clinton en tant que secrétaire d’Etat, le plus grand accord d’armement jamais réalisé dans le monde d’une valeur de 80 milliards de dollars a été fait avec l’Arabie saoudite. Par ailleurs, durant son mandat, les exportations totales d’armes des États-Unis ont doublé en valeur monétaire. Toutes ces informations sont prouvées par les récents mails d’Hillary Clinton rendus publics.

WikiLeaks, essaie-t-il de pousser Donald Trump dans la Maison Blanche ?

Selon le fondateur de Wikileaks, Donald Trump n’a que peu de chances de s’imposer car il ne reçoit le soutien d’aucune partie de l’establishment, au contraire d’Hillary : «Personne de l’establishment ne le soutient, peut-être à l’exception des évangélistes, si on peut les considérer comme faisant partie de l’establishment. Mais les banques, les renseignements, les fabricants d’armes, les puissances financières étrangères, ils sont tous réunis derrière Hillary Clinton».

Comments

comments