Comme beaucoup le savent maintenant, le pouvoir financier et l’influence de l’État profond (Deep State) s’exercent en partie par le pétrodollar qui est lui-même ancré dans la production pétrolière de l’Arabie saoudite, parmi d’autres petits producteurs de pétrole de la région, et dans l’industrie militaire elle-même.

L’Inde n’achètera pas ses sous-marins ailleurs qu’en Russie. Le succès récent de l’abattage de F-16 de marque américaine à l’aide d’un MiG-21 plus ancien est la preuve que vous en aurez pour votre argent avec quelque chose de russe. Il suffit de demander au PDG de SpaceX, Elon Mush, dont l’utilisation récente d’un moteur fusée russe a permis à son Crew Dragon d’amarrer avec succès une autre station spatiale russe Mir[maintenant appelée ISS].

L’influence étrangère de l’État profond au-delà de l’Atlantique et en Amérique latine continue également de se détériorer. L’Allemagne ne participera à aucune mesure visant à s’attaquer à l’ours russe dans le seul but d’élever la barre du conflit ou de la guerre froide 2.0 entre les États-Unis et la Russie pour pousser les pays situés entre les deux à acheter plus d’armes pour eux-mêmes à partir de matériel de guerre Made in USA dont le prix est nettement trop élevé.

Aussi ridicule que cela puisse paraître, mais les clients américains devront peut-être payer 50% à 150% de plus pour le «privilège» d’accueillir ces machines de guerre sur leur territoire.

Note ExoPortail : Les États-Unis ont plus de 800 bases militaires officielles dans 80 pays, un nombre qui pourrait dépasser 1 000 si l’on compte les troupes stationnées dans les ambassades et les missions et dans les bases dites « de nénuphars », avec quelque 138 000 soldats stationnés dans le monde. L’entretien des bases et des troupes à l’étranger coûte 85 à 100 milliards de dollars en 2014, alors que le total pour les bases et les troupes dans les zones de guerre était entre 160 et 200 milliards de dollars.)

«Frustrée par les dépenses militaires de ses alliés, l’administration Trump aurait exigé que les pays où sont stationnées les troupes américaines paient le coût total – et même une partie – du « privilège ».
La Maison-Blanche exige que l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud et finalement tous les autres pays qui accueillent des troupes américaines sur leur sol paient « le coût plus 50 à 150 % – pour leur entretien, y compris les salaires des soldatsrapporte Bloomberg, citant « une douzaine » sources dans l’administration Trump.
Le Pentagone a été invité à recueillir des données sur le coût du maintien des troupes américaines à l’étranger et les contributions des pays à ces dépenses, ont déclaré plusieurs responsables – encore une fois, anonymement – à AP vendredi. Selon ces sources, les pays dont les politiques « s’alignent étroitement » sur celles des États-Unis bénéficieraient d’une remise non spécifiée.»

Note ExoPortail : Nan mais on nage ne plein délire là, le terme d’alliés en devient donc de plus en plus humoristique… )

Pouvez-vous comprendre pourquoi tous ces clients potentiels sont constamment poussés au bord du conflit en ce moment ?

Parmi ces récentes provocations au déclenchement d’une guerre frontalière, on peut citer l’«attaque terroriste» contre des policiers indiens, qui a abouti à l’abattage d’avions de combat entre le Pakistan et l’Inde.

Tous les pays savent maintenant qui contrôle vraiment toutes les organisations terroristes dans le monde, et ils commencent à défendre leurs intérêts respectifs en boycottant toutes les sociétés contrôlées par l’état profond de toutes les manières possibles.

Le Pakistan lui-même s’est engagé à éradiquer complètement les cellules terroristes à l’intérieur du pays.

«Ce gouvernement ne permettra pas que les terres pakistanaises soient utilisées à des fins de terrorisme extérieur», a déclaré Khan lors d’un rassemblement public dans le sud du Pakistan vendredi. «Nous ne permettrons à aucun groupe terroriste de fonctionner dans notre pays.» – Source 

 

Même en Amérique latine, l’État profond est en train de subir une chute, car le Brésil refuse de participer à la récente intervention armée clandestine au Venezuela en utilisant sa frontière avec ce dernier. Ainsi, les agents de l’état profond au sein de l’administration Trump ont lancé ce que l’on appelle aujourd’hui une «guerre de l’énergie électrique» contre le Venezuela en utilisant les forces spéciales américaines qui sont déjà dans la région.

Note ExoPortail : Les tentatives de déstabilisations sont de plus en plus des échecs soit partiels soit complets, et ceci à un coût matériel et surtout financier! La tentative de racket des pays soumis [euh «alliés» pour reprendre leur terme] n’est qu’une manifestation évidente que les «caisses noires» de l’état profond sont au plus mal.)

Source : https://geopolitics.co/2019/03/09/deep-state-desperation-surges-sky-high-anew/ et https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-03-08/trump-said-to-seek-huge-premium-from-allies-hosting-u-s-troopset https://apnews.com/c6346dd9399d4f49a547e343bc93368f

Traduction: ExoPortail

Comments

comments