Cette affaire date du début de l’année mais je n’en ai eu connaissance qu’aujoud’hui. La justice est toujours aussi permissive avec les pédophiles. Au final, 1 viol ou 150 viols…cela ne fait pas grande différence pour l'(in)justice française. Avec les remises de peine habituelles, il sera sorti dans moins de deux ans et pourra recommencer ce type d’agression. On notera que l’agresseur prétend être lui-même victime d’abus sexuels dans son enfance. Comme quoi, les pédophiles brisent les enfants qu’ils abusent au point d’en faire parfois à leur tour des monstres lorsqu’ils grandissent. Peut-être est-ce là l’accomplissement le plus pervers de la pédophilie.
——-

L’ancien chef scout avait agressé sexuellement trois garçons âgés de 8 à 16 ans lors de rassemblements des Scouts et guides de France dans le Jura.

Un ancien chef scout de 26 ans a été condamné mardi à 3 ans de prison pour des agressions sexuelles répétées sur trois garçons. Il a été reconnu coupable par le tribunal de Lons-le-Saunier d’avoir agressé sexuellement, à une cinquantaine de reprises, trois garçons âgés de 8 à 16 ans lors de rassemblements des Scouts et guides de France dans le Jura, sur une période allant de 2011 à 2014.

L’ancien chef scout a reconnu les faits, expliquant qu’il reproduisait des agressions dont il aurait été victime enfant. Les garçons avaient «confiance en lui, ils le considéraient comme leur grand frère», a souligné Me Marjorie Weiermann, avocate de la famille de deux des victimes.

Un risque de récidive

Les parents des enfants avaient dénoncé ces agressions et déposé plainte après avoir constaté l’attitude «très tactile» de ce «prédateur», puis recueilli les confidences de leurs garçons, a-t-elle ajouté. «Personne ne pouvait s’imaginer ce que je faisais. J’étais vraiment bien vu, j’avais la confiance de tous», a-t-il confirmé mardi lors de l’audience, selon le quotidien Le Progrès, qui indique que «son expertise psychiatrique a conclu à un réel risque de récidive».

Le tribunal correctionnel, qui a globalement suivi les réquisitions du parquet, a assorti la peine d’emprisonnement d’un suivi socio-judiciaire d’une période de 6 ans comprenant notamment l’interdiction d’exercer une activité en relation avec des mineurs. L’association des Scouts et guides de France s’était aussi portée partie civile

Source: Le Parisien

Comments

comments

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE