L’ONG Survival International publie de nouvelles photos aériennes d’une tribu isolée en Amazonie pour alerter sur les dangers de la présence de chercheurs d’or illégaux dans la région.

Quelque part dans la forêt amazonienne, vivent des hommes et des femmes qui n’ont jamais parlé à aucun autre humain que ceux de leur tribu.

Complètement isolée du reste du monde, une communauté tribale amazonienne d’une centaine de personnes a été prise en photo depuis les airs par l’ONG Survival International.

On y voit une maison communale typique du peuple Yanomani, qui occupe un territoire indigène dans le nord du Brésil créé en 1992. Chaque hutte appartient à une famille qui y stocke ses denrées alimentaires et y fait du feu, explique Survival. Les membres de la tribu survivent en pêchant, chassant et en ramassant du manioc et des bananes dans la forêt.

tribu_amazone_1.jpg

“Ces images sont la preuve de l’existence de tribus complètement isolées. Ce ne sont pas des sauvages, mais des sociétés contemporaines complexes dont les droits doivent être respectés. Il est évident qu’ils sont parfaitement capables de vivre sans les notions extérieures de ‘progrès’ et de ‘développement' », a expliqué le directeur de Survival Stephen Corry.

guilherme-gnipper-1334-2-original-original_original.jpg
guilherme-gnipper-1340-2-original-original_original.jpg
Survivre face aux mineurs d’or illégauxCar pour les indigènes Yanomani, le temps presse. Leur territoire est pris d’assaut par des milliers de chercheurs d’or illégaux porteurs de maladies potentiellement fatales pour les communautés isolées, explique l’ONG.

Le shaman Davi Kopenawa, un des représentants du peuple Yanomani, auquel appartient la petite communauté photographiée, a expliqué à Survival que les mineurs illégaux étaient « comme des termites » : « Ils reviennent sans cesse et ils ne nous laissent pas en paix ».

« L’endroit où les Indiens isolés vivent, pêchent et chassent doit être protégé. Le monde entier doit savoir qu’ils sont dans leur forêt et que les autorités doivent respecter leur droit de vivre ici », poursuit-il.

Dans son viseur : les autorités brésiliennes, qui peinent à fournir les efforts nécessaires pour protéger ces communautés du monde extérieur.

Les premières images (ci-dessous) aériennes d’une communauté isolée du reste du monde à la frontière du Brésil et du Pérou avaient été publiées en 2011 par Survival International.

uncontacted-footage-thumb-01_article_large.jpg
Sourcemashable.france24
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE