in

20 ans de Poutine : Ses plus grands succès en matière de politique intérieure et étrangère

Le Président Poutine est devenu le dirigeant par interim de son pays il y a 20 ans, le 31 décembre 1999, avant d’être officiellement élu à la présidence quelques mois plus tard, en mars 2000. Il a d’abord été salué comme un enfant chéri de l’Occident en raison de la fausse présomption qu’il suivrait les traces de son prédécesseur en permettant aux oligarques alliés étrangers de continuer de diriger le pays tout en acceptant les diktats des anciens rivaux de la Russie de l’époque de l’ancienne Guerre Froide. Poutine les a certainement surpris en rompant avec leurs attentes et en procédant rapidement à la transformation de la Russie et du reste du monde au cours des deux décennies qui ont suivi. Ainsi, les réalisations les plus remarquables de sa carrière méritent d’être soulignées à l’occasion du vingtième anniversaire de son leadership. Voici une brève liste de ses principaux succès en matière de politique intérieure et étrangère durant son mandat avec un titre ou un autre :

* Apprivoiser les oligarques traîtres :

Poutine a immédiatement été pris à partie par l’Occident pour avoir fait appliquer la loi sur les oligarques alliés étrangers corrompus qui représentaient une nouvelle menace pour la sécurité et la souveraineté nationales, mais après avoir donné des exemples très médiatisés, les autres ont rapidement abandonné leurs ambitions politiques, suivi la loi et continué de faire des affaires.

* Stabilisation de la Tchétchénie chaotique :

L’insurrection terroriste-séparatiste appuyée par l’étranger en Tchétchénie était une blessure qui menaçait de contaminer mortellement le reste de la Russie avec le temps si elle n’était pas traitée correctement, mais Poutine a supervisé une deuxième intervention fédérale beaucoup plus réussie qui a finalement abouti à un accord de paix pragmatique qui tient toujours à ce jour.

* Remboursement de la dette extérieure et accumulation d’énormes réserves :

Une autre raison pour laquelle l’Occident a commencé à détester Poutine est qu’il a libéré la Russie de sa servitude due aux dettes et qu’il a ensuite accumulé d’énormes réserves grâce à des dépenses fiscales responsables et à des prix du pétrole record durant les années 2000, ce qui a renforcé son économie au point de ressortir pratiquement indemne de la Grande Récession.

* Défense des soldats de la paix russes contre l’agression géorgienne :

Bien que seulement Premier Ministre à l’époque, peu de gens doutent que Poutine ait joué un rôle de premier plan dans la coordination de la réponse de la Russie à l’agression meurtrière menée contre ses soldats de la paix par l’armée géorgienne à la veille des Jeux olympiques de 2008, ce qui a montré au monde que la Russie était enfin prête à défendre légalement ses intérêts étrangers.

* Réunification démocratique de la Crimée avec la Russie :

Poutine est resté fidèle à ses racines patriotiques en présidant la réunification démocratique de la Crimée avec la Russie après le succès du coup d’État terroriste de l’EuroMaidan soutenu par l’Occident qui a porté au pouvoir des russophobes néo-fascistes en Ukraine, modifiant ainsi pour le mieux le cours des relations internationales contemporaines.

* Création de l’Union Économique Eurasiatique (UEE) :

Loin de « recréer l’URSS » comme ses détracteurs étrangers le craignaient, la création de l’UEE par Poutine vise à réintégrer les anciennes républiques soviétiques d’une manière qui respecte leur souveraineté nationale tout en mettant simultanément en commun leur potentiel économique collectif afin de les rendre plus compétitives au niveau mondial.

* Association avec la Chine pour changer le monde :

Le début des sanctions anti-russes de l’Occident en 2014 a prouvé à Poutine que ses prétendus « partenaires » n’accepteraient pas une Russie indépendante dans les rangs de leur « Nouvel Ordre Mondial », d’où la raison pour laquelle il s’est associé à la Chine afin de faciliter conjointement l’émergence de l’Ordre Mondial Multipolaire à la place.

* Destruction de Daesh en Syrie :

Les forces aérospatiales russes ont joué un rôle essentiel aux côtés de leurs alliés syriens, iraniens et du Hezbollah sur le terrain pour détruire Daesh depuis le début de leur intervention antiterroriste en République arabe fin 2015, rendant ainsi le monde beaucoup plus sûr pour tous.

* Élaboration de la stratégie « d’équilibre » de la Russie :

Bien que snobé par l’Occident, Poutine n’est en aucun cas « anti-occidental » (bien que certains de ses plus fervents partisans étrangers ne le croiront jamais), ce qui explique pourquoi il a orchestré la stratégie « d’équilibrage » de la Russie, qui consiste à poursuivre une « Nouvelle Détente » avec l’Occident tout en adhérant à l’Initiative chinoise La Ceinture et la Route (BRI).

* Retour diplomatique en Afghanistan :

Peu de gens auraient pu prédire au début de sa première présidence que sa quatrième verrait la Russie retourner diplomatiquement en Afghanistan en accueillant les Talibans, les successeurs spirituels des Moudjahidines des années 1980, à Moscou pour des pourparlers de paix plusieurs fois au cours de l’année passée.

* Développement de super armes hypersoniques :

Poutine a garanti la sécurité de la Russie pour les années à venir en développant des super-armes hypersoniques qui n’ont encore été construites par personne d’autre, ce qui a permis à son armée de neutraliser le « bouclier anti-missiles » des USA et ainsi de faire respecter le principe de « Destruction Mutuelle Assurée ».

* Engagement dans les « Projets de Développement National »/ »Grande Société » :

Avec un regard sur l’avenir, Poutine a consacré 400 milliards de dollars à la modernisation socio-économique de son pays afin de s’assurer qu’il sera capable de répondre correctement aux défis futurs, de rester compétitif, et de s’intégrer suffisamment dans l’économie mondiale en mutation.

* Précurseur du Grand Partenariat Eurasiatique (GPE) :

Avec ses besoins de sécurité et son développement socio-économique assurés par les deux réalisations mentionnées ci-dessus, Poutine savait que la prochaine étape naturelle serait de positionner la Russie comme la pièce maîtresse de l’ordre mondial multipolaire émergent à travers le GPE qu’il a lancé pour intégrer le supercontinent dans le temps.

Andrew Korybko

source : 20 Years Of Putin: His Top Domestic & Foreign Policy Successes

traduit par Réseau International