Pfizer paralysie faciale

Alors que le Royaume-Uni commençait à inoculer le vaccin américain contre le coronavirus développé par Pfizer-BioNTech, 4 volontaires à qui le vaccin avait été administré au stade de l’essai ont développé la paralysie de Bell. La paralysie de Bell est une forme de paralysie faciale temporaire.

La Food and Drug Administration (FDA) a rendu public un document de données issues d’un essai clinique sur 44.000 volontaires et préparé pour la réunion de l’agence prévue ce 10 décembre.

D’après ces données, le vaccin a des effets indésirables. Ainsi, 80% des vaccinés ont eu mal autour du point d’injection, plusieurs ont ressenti de la fatigue, des maux de tête ou des courbatures. En outre, il y a eu quatre cas de paralysie faciale a frigore (de Bell) sur 18.000 vaccinés.

Bien que temporaire, la FDA a recommandé «une surveillance des cas de paralysie de Bell avec le déploiement du vaccin parmi les populations plus importantes».

6 personnes sont mortes

Le même document a également dévoilé que six personnes vaccinées étaient décédées. La moitié avaient plus de 55 ans. Deux ont reçu le vaccin et les autres un placebo.

Le directeur de Pfizer, Albert Bourla, a pour sa part assuré que la sécurité n’avait en aucun cas été sacrifiée à la vitesse de la mise sur le marché. «Nous n’avons pas rogné» sur la sûreté, a-t-il déclaré au cours d’une table ronde virtuelle à Genève organisée par la Fédération internationale des groupes pharmaceutiques (IFPMA).

Cyberattaque en Europe : des documents liés au vaccin Pfizer/BioNTech ont été piratés