Policemen stand guard in a street of Paris centre after one person was killed and several injured by a man armed with a knife, who was shot dead by police in Paris on May 12, 2018. The attack took place near the city's main opera house. Police indicated that the attacker had been "overcome" and his motives are unknown. / AFP PHOTO / Geoffroy VAN DER HASSELT
in

75% des détenus condamnés pour terrorisme en France seront libérés d’ici 2022

D’ici 2022, les trois-quarts des détenus condamnés pour des faits de terrorisme auront purgé leur condamnation, rapporte L’Opinion. Le gouvernement a lancé une cellule spécialisée chargée de suivre ces futurs ex-détenus à leur sortie de prison.

22 des 196 condamnés pour terrorisme seront libérés d’ici la fin 2019, et grande majorité des autres sortira de prison en 2020. Au total, 75% des détenus auront fini de purger leurs condamnations d’ici 2022.

En juillet 2018, le gouvernement a lancé une «cellule» spécialisée chargée de suivre les personnes incarcérées pour terrorisme à leur sortie de prison. Elle est chapeautée par l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT) qui voit son action prendre de plus en plus d’importance.

En effet, l’intensité de son activité n’est pas vouée à diminuer, car derrière les barreaux plus de 500 détenus prévenus ou condamnés pour des faits d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste sont concernés par cette surveillance. Leur nombre a été multiplié par quatre en quatre ans.

Et ce n’est pas tout. Selon une source pénitentiaire, 920 détenus condamnés pour des faits de droit commun sont suivis pour leur radicalisation et susceptibles de commettre un acte violent. 600 d’entre eux sont fichés au fichier FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) et 300 sont sous l’œil de l’administration pour évaluation.