Anne Hidalgo traite de « débiles » les questions des journalistes et pète les plombs sur Eric Zemmour « un guignol raciste et antisémite »

La maire de Paris était ce midi l’invitée du Grand Jury RTM-LCI, elle a cassé son verre en plein direct (Séquence à voir ICI) : « Je ne débats pas avec un négationniste, je ne débats pas avec un raciste. Un débat avec Zemmour, peut-être pour les autres mais pas pour moi ».

Anne Hidalgo a par ailleurs tenu à faire passer un message clair à cette occasion, considérant qu’ »Eric Zemmour occupe l’espace médiatique de manière éhontée » et lançant « un appel au CSA », afin qu’il joue « son rôle concernant » l’ancien journaliste politique.

« J’en appelle à ce que cette élection présidentielle soit une vraie élection avec un vrai débat et pas une candidature d’un guignol. C’est un guignol qui est en train de porter notre pays vers une situation qui ne correspond en rien à ses valeurs. Je veux que le débat de cette élection porte véritablement sur la vie des Françaises et des Français ».

Remontée, la candidate socialiste a aussi appelé à une prise de conscience collective concernant la place accordée aujourd’hui à Eric Zemmour.

« Réveillez-vous les journalistes », a martelé cette dernière à plusieurs reprises. « Ce qui est en train de se passer avec Eric Zemmour est dangereux d’abord pour notre démocratie et pour notre République. Donc réveillez-vous ! »

Un peu plus tard, lors de la séquence « si j’étais président », la Maire de Paris, n’a pas hésité à traiter de « débiles » les questions des journalistes en particulier sur les « 32 heures de travail hebdomadaires » .

Leave a Reply
  1. Elle a totalement raison , a elle de recadrer le debat vers le haut , beaucoup de problèmes sont occultes derrière la derive securitaire porté par les chaines d’infos en continus ,la droite , l’extrême droite , résultats de 20 ans de brainwashing televisuel.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

« Zemmour, dégage! »: à Nantes, des protestataires dispersés au gaz lacrymogène

Mathieu Bock-Côté : « Les milices antifas usent de la terreur pour perturber l’élection présidentielle. Je m’étonne de l’indifférence, voire de la complaisance, des politiques envers ces violences »