Des sources de haut rang de l’establishment sécuritaire et de l’armée israéliennes ont reconnu que le commandant de la branche militaire du Hamas, Mohammad Deif, a réussi à imposer une nouvelle équation à «Israël» après avoir décidé de lancer des missiles sur toutes les régions de l’entité sioniste, a rapporté la chaine satellitaire libanaise alMayadeen.

À la lumière des attaques israéliennes contre la bande de Gaza, le  Conseil ministériel des affaires politiques et de sécurité restreint s’est réuni ce dimanche pendant quatre heures et demie pour discuter du déroulement et des résultats de la bataille, à la lumière de la montée des voix appelant à la fin de la bataille actuelle après que ses objectifs aient été épuisés.

Ces appels reflètent une nette divergence dans les opinions au sein de la direction israélienne.

En effet,  il y a ceux qui appellent à une utilisation plus musclée de la force militaire et de la destruction totale de la bande de Gaza, en particulier le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la Sécurité Benny Gantz et d’autres ministres.

ET ceux qui voient que le moment est venu d’arrêter cette opération, y compris des ministres dans le cabinet restreint, mais aussi des officiers et de hauts responsables de la sécurité, à la lumière des discussions sur la crainte d’une escalade sur plusieurs fronts. Ces derniers ont ainsi exprimé leur profonde inquiétude concernant une escalade des affrontements sur la scène intérieure, notamment en Cisjordanie ou concernant une détérioration de la situation sécuritaire sur les frontières avec le Liban, ou la menace de lancement de missiles depuis la Syrie.

Ces divergences ont coïncidé avec l’augmentation des critiques à l’encontre de l’armée israélienne pour  avoir échoué à entrainer le mouvement  Hamas dans le piège de l’opération Metro qui consiste à   détruire ses tunnels sur ses combattants, sans compter les dommages causés à l’image d ‘«Israël» devant les médias étrangers.  Critiques aussi concernant la non-divulgation  des données à la Knesset.

Divergence sur la poursuite des attaques israélienne

Selon les rapports de l’établissement de la sécurité israélienne, la plupart des objectifs de l’opération aérienne ont été épuisés et donc tout  nouveau prolongement de l’opération devrait inclure une opération au sol, et « c’est quelque chose que très peu d’organismes gouvernementaux veulent – même s’ils le souhaitent », selon l’ establishment sécuritaire.

Des rapports sur le site Wellah ont ajouté que « de hauts fonctionnaires  politique et sécuritaires étroitement liés à l’opération contre  Gaza  estiment qu’Israël devrait commencer à entamer des contacts pour un cessez-le-feu à la lumière des exploits réalisés dans les combats jusqu’à présent mais aussi à cause de la pression  internationale croissante concernant les dommages causés aux civils sans compter la détérioration de la situation humanitaire à Gaza. »

Les rapports ont indiqué que « l’armée israélienne craint une complexité des attaques provoquant le meurtre de citoyens (colons), ou une réussite militaire du Hamas, ce qui rend difficile pour Israël de mettre fin à la bataille à partir d’une position supérieure ».

Selon les commentateurs israéliens, les hauts responsables de la sécurité craignent que la poursuite de l’opération militaire, dans laquelle l’armée israélienne a atteint la plupart de ses objectifs, se termine par une erreur qui entraînerait « Israël » dans une guerre plus large, y compris une incursion terrestre  dans la bande de Gaza, qui n’est pas une option populaire au sein de l’establishment militaire israélien.  »

D’un autre côté, des sources de haut rang de l’establishment sécuritaire et de l’armée israélienne ont admis que « le commandant de la branche militaire du Hamas, Mohammad Deif, a réussi à imposer une nouvelle équation à Israël après avoir décidé de lancer des missiles visant l’ensemble du territoire de l’entité sioniste. La question qui est encore plus dangereuse: le transfert des vols de l’aéroport Ben Gorion à l’aéroport de Ramon en raison du danger pour les vols touristiques, et la suspension des travaux du champ gazier de Tamar.

Les appels croissants à mettre fin à la guerre au niveau des médias en «Israël» l’ont résumé, l’analyste des affaires arabes du site d’information Wellah, Avi Issacharoff, affirmant que l’opération à Gaza n’a plus lieu de se poursuivre et qu’elle doit être arrêtée pour plusieurs raisons:

1-Les exploits tactiques de l’armée israélienne (opération Métro) ne changeront pas l’exploit militaire stratégique du Hamas, qui a enflammé Gaza, la Cisjordanie, le Liban, la Syrie et même « Israël », et le fait de tuer   plus de Palestiniens à Gaza « ne changera pas la situation dans son ensemble.  »

2-La Cisjordanie a commencé à se réveiller après des années de sommeil profond, et l’arrêt de l’opération à Gaza pourrait conduire à un apaisement de la situation en Cisjordanie, ainsi qu’à l’intérieur d’ »Israël ».

3-Repenser la question de Gaza est devenu une nécessité après   les politiques erronées des gouvernements de Netanyahu qui au lieu d’affaiblir le Hamas l’ont renforcé, car il est impossible de nourrir un monstre et d’espérer le contrôler par la suite.

4-La seule façon de vaincre le Hamas aujourd’hui est une opération terrestre, or il y a un consensus au sein de la direction israélienne voire aucune volonté de mener une telle opération.

SourceTraduit à partir d’AlMayadeen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici