in

Australie : une femme enceinte interpellée à son domicile devant ses enfants, après avoir publié sur Facebook un appel afin de protester contre le confinement

Une Australienne a été interpellée à son domicile, devant ses enfants, après avoir publié sur Facebook un appel à se rassembler pacifiquement et en respectant les règles de distanciation physique, afin de protester contre le confinement.

Plusieurs médias, dont la chaîne télévisée australienne Nine News ou encore The Guardian, se sont fait l’écho le 2 septembre d’une scène s’étant produite le jour-même dans la ville de Ballarat, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Melbourne, la deuxième plus grosse agglomération du pays après Sydney.

«Une femme enceinte a été arrêtée devant son partenaire et ses enfants […] avant d’être inculpée pour avoir organisé une manifestation contre des mesures de confinement», explique la chaîne de télévision avant de préciser : «La police a fait une descente au domicile de Zoé Buhler à Ballarat cet après-midi, après avoir appris sur Facebook qu’un rassemblement « interdit » pour la Journée de la liberté était organisé dans cette ville de l’Etat de Victoria».

Pendant l’opération, filmée avec un smartphone, les policiers auraient procédé à la saisie d’appareils électroniques dont un téléphone portable rapporte encore la chaîne australienne.

Nine News a en outre publié sur son site une image de l’événement Facebook en question, intitulé «Journée de la liberté Ballarat». «Rassemblement pacifique, toutes les mesures de distanciation devront être prises pour que personne ne se fasse arrêter. Portez votre masque s’il vous plaît», peut-on notamment lire en début de description de l’événement créé par Zoé Buhler.

«Je n’ai violé aucune loi en faisant ça», a tenté d’expliquer la femme aux policiers procédant à son interpellation, avant que l’un d’entre eux ne lui réponde : «Si, [vous violez la loi], c’est pour cela que je vous arrête.»

«Pendant ce temps, à Melbourne… Une maman enceinte arrêtée devant ses enfants et tous ses appareils [électroniques] sont saisis à cause d’un message sur Facebook concernant un appel au rassemblement contre le confinement», a commenté l’éditorialiste australienne Rita Panahi en repartageant un premier extrait vidéo de l’arrestation.

«La police de Victoria s’en prend aux gros bonnets», ironise-t-elle pour commenter une autre séquence de l’arrestation.

Toujours selon Nine News, la police aurait lancé un avertissement sévère à toute personne envisageant de participer à l’événement, affirmant que la manifestation mettrait des vies en danger. Zoé Buhler a été libérée sous caution, elle devrait comparaître devant le tribunal de Ballarat le 25 janvier prochain.

Source