interrogé sur le conflit israélo-palestinien, BHL ne mâche pas ses mots. Il a expliqué sur BFMTV, le 15 mai, que Paris ne pouvait se permettre d’hésiter sur sa réaction et sa réponse à l’escalade des tensions qui dure dans cette région agitée du monde.

Selon le soi-disant « philosophe » « la France ne peut pas chez elle combattre l’islamisme radical, combattre le séparatisme, les mortiers d’artifice tirés contre ses forces de police, et ne pas se tenir en même temps aux côtés d’une autre démocratie, une grande démocratie, Israël, qui ne reçoit pas des mortiers d’artifice mais des obus mortiers réels ».

Position de Paris

Emmanuel Macron a « fermement condamné les tirs revendiqués par le Hamas et d’autres groupes terroristes » vers Israël, lors d’un entretien avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré l’Élysée dans un communiqué jeudi 13 mai.

Tout en lui présentant « ses condoléances » pour les « nombreuses pertes de civils palestiniens résultant des opérations militaires et des affrontements en cours avec Israël », le Président de la République a demandé à Mahmoud Abbas « d’user de tous les moyens de son influence pour que le calme soit rétabli au plus vite ».

Voir aussi :

[VIDEO] Hanouna ne soutient pas les Palestiniens

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici