Une vingtaine de personnes se sont attroupées autour des journalistes de la chaîne, avant de les faire reculer en proférant des menaces.

Après avoir réalisé un direct, Igor Sahiri dit avoir été identifié comme travaillant pour BFMTV par des manifestants. Il l’a raconté hier soir sur l’antenne de sa chaîne :

“Quelqu’un dit: ‘Regardez, ils filment ici’. Une personne arrive vers moi, puis deux, puis trois, puis cinquante, puis cent. La tension monte d’un cran. Il n’y a pas eu de coups, mais un torrent de haine contre moi et mon équipe. On nous a traités de tous les noms. On nous reproche de ne pas dire la vérité. J’avais rarement vu ça”.

Après avoir fait près de cent mètres, Igor Sahiri et son équipe ont trouvé refuge auprès d’un fourgon de police, mais la police n’est pas intervenue, peut-être en raison d’un manque d’effectifs :

“Ils portent alors ma JRI pour la mettre en sécurité, parce que la tension a été d’une extrême violence. On n’est pas blessés physiquement, mais on est sans doute un peu bouleversés parce qu’on se rend compte que c’est très inquiétant de ne pas pouvoir couvrir factuellement ce rassemblement.”

1 COMMENTAIRE

  1. Mais bien sur qu’on le crois plus ils transforme et deforme les propos des gens qu’ils interrogent
    Ils sont eux même dans le système ils ont peur de se faire viré si la vérité éclate se ne sont pas deux

Comments are closed.