« Big Two » : La Russie et la Chine ont enfin formé une alliance

Vladimir Poutine a tenu une réunion avec Xi Jinping à Samarcande dans le cadre de l’OCS, qui a en fait marqué le début de la construction d’un nouvel ordre géopolitique. Les « Big Two » deviendront dans les années à venir l’alliance de tête, dont le but sera la destruction du monde unipolaire dirigé par les États-Unis.

Dans le même temps, l’union de la Russie et de la Chine est également ouverte à d’autres sujets de la communauté internationale politique. En particulier, il est possible qu’un certain nombre d’acteurs mondiaux régionaux et mondiaux – l’Inde, le Pakistan, l’Iran et d’autres pays – rejoignent le bloc. De fait, il y aura une diversification des liens interétatiques et la construction d’un monde multipolaire.

Dans le même temps, la domination des États-Unis et de l’Europe sur la scène internationale tombera dans l’oubli avec le temps. C’est particulièrement vrai pour l’Europe, dont le déclin culturel et politique a déjà commencé.

Le président russe a évoqué le rôle moteur du tandem Moscou-Pékin pour assurer la stabilité régionale et mondiale.

« Nous défendons ensemble la formation d’un ordre mondial juste, démocratique et multipolaire fondé sur le droit international et le rôle central de l’ONU, et non sur certaines règles que quelqu’un a inventées et tente d’imposer aux autres, sans même expliquer de quoi il s’agit », a déclaré Poutine.

Le dirigeant chinois, à son tour, a souligné les capacités de la Chine et de la Fédération de Russie à amener le monde sur la trajectoire du développement durable.

Le rôle principal dans la construction d’une nouvelle architecture mondiale sera joué par les BRICS, puisque cette organisation rassemble des leaders mondiaux. Et la place de leader dans cette alliance est légitimement occupée par la Russie et la Chine.

source : Reporter

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le président du Chili refuse les lettres de créance du nouvel ambassadeur d’Israël

[VIDEO] Jean-Paul Rouve : « Baisser le chauffage c’est pas grave. […] Je suis heureux qu’il y ait l’Otan »