Pour les complotistes, enfin, les gens lucides, Jean-Marie Bigard est un homme en colère : en colère contre la politique sanitaire ignoble des quinze derniers mois, en colère contre les tenants du pouvoir, qu’il soit visible ou profond, en colère contre la discrétion de ses collègues people, en colère contre la soumission globale du peuple de France, en colère contre la vaccination obligatoire qui pointe son dard, en colère contre les journalistes et agents du Système. Ça fait beaucoup de colères, mais Bigard a une gueule suffisamment grande pour les dire toutes.

Le journal de délation de la Barthès rendait compte aux Autorités – on a toujours l’impression que cette émission s’adresse à la fois aux abrutis de la propagande d’en bas et aux superpropagandistes d’en haut – de la réunion – sans masque, ouh – des disciples de la généticienne Henrion-Caude.

“Agnès Buzyn, grosse connasse, qu’elle crève ! Olivier Véran, c’est un mange-merde !”