in

Blanchir les policiers. Mediapart révèle comment l’IGPN couvre une « horde sauvage » de policiers qui ont fracassé le crâne d’une femme de 19 ans

« J’ai découvert que lorsqu’on se fait taper par la police, on se retrouve finalement accusé soi-même. ». Cette citation de Maria ->https://www.mediapart.fr/journal/france/051119/maria-les-policiers-m-ont-enleve-ma-vie], dont les journalistes de Médiapart ont pu consulter le dossier de plainte à l’IGPN, résume ce à quoi s’exposent tous ceux qui osent porter plainte après avoir été victimes de violences policières. A Marseille, le samedi 8 décembre 2018, jour de l’acte IV des Gilets Jaunes, la jeune femme et son compagnon rentrent chez eux après une journée de travail. Maria est soudainement victime d’un tir de LBD à la cuisse, et prise de panique, tente de s’enfuir. Elle est alors rouée de coups par un groupe de policiers, qui lui fracturent le crâne.

C’est à sa sortie de l’hôpital, une dizaine de jours plus tard, que commence le calvaire judiciaire raconté dans l’article de Médiapart : « L’autoprotection des policiers a commencé par une obstruction. La jeune femme de 19 ans se serait d’abord vu opposer deux refus de dépôt de plainte dans deux commissariats en décembre […]. Elle n’a pu le faire qu’en avril. […] Le procureur de la République de Marseille [ouvre alors] une enquête préliminaire pour « violences aggravées » par trois circonstances : elles auraient été commises par des personnes dépositaires de l’autorité publique, en réunion et armées. ».

Or, cette première obstruction a laissé le temps de faire disparaître une partie des éléments qui auraient pu dénoncer la culpabilité des policiers. Le délai légal ayant été dépassé, les images de vidéosurveillance et les écoutes des échanges radio de la police ont été supprimées. De même, une partie des rapports informatiques faisant état des mouvements et des interventions des policiers la journée du 8 décembre ont eu le temps de disparaître, sans que personne ne puisse justifier de cette disparition aux journalistes de Médiapart.

Tout au long de leur enquête, les journalistes révèlent ainsi d’autres dysfonctionnements majeurs, qui permettent d’éviter à tout prix que la culpabilité des policiers soit reconnue. Bien que des témoignages et vidéos permettent, par recoupement ou par des indices bien visibles, d’identifier des groupes d’intervention et des agents en particulier, la commissaire de l’IGPN chargée de l’affaire demande explicitement à un chef de brigade qu’il envoie des photos de ses agents (non datées, avec visages floutés) « pour les disculper ».

De même, deux policiers, identifiés grâce à une atèle et un prénom, ne sont jamais auditionnés. Pire, l’enquêtrice laisse à l’un d’entre eux le temps de disparaître avant l’ouverture de l’enquête grâce à un congé maladie et des vacances prolongées. L’inspectrice ferme aussi les yeux sur des éléments qui montrent d’importants manquements à la loi chez les policiers : tirs sur des cibles en mouvement, tenues non-réglementaire, absence de signes indiquant l’appartenance à la police des agents…

Cette enquête approfondie des journalistes de Médiapart renforce ainsi la longue liste de situations où l’Etat, ordonnateur de ces violences policières, couvre ses agents pour continuer la répression et maintenir son pouvoir, au détriment des vies non seulement de ceux qui osent le remettre en cause, mais aussi de ceux qui ont le tort de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Le journaliste de Médiapart rappelle à raison qu’une semaine avant que Maria ne soit violemment agressée par la police à Marseille, c’est Zineb Redouane, une octogénaire, qui, dans la même ville, perdait la vie, tuée par des policiers. Et que dire du cas de Steve, jeune homme mort noyé dans la Loire suite à une charge de la police lors de la Fête de la musique, ou de Lilian, adolescent blessé en janvier par des CRS, alors qu’il sortait en ville avec des amis ?

En mettant en lumière l’impunité totale des coupables, ces affaires continuent de mettre en lumière la réalité des violences perpétrées par l’Etat et sa stratégie de protection judiciaire de ses agents. Suite aux déclarations du procureur de la République, qui n’a vu aucun lien entre les blessures infligées à Zineb Redouane et sa mort.

Via : revolutionpermanente

Source : Mediapart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comments

0 comments

Mâchoire broyée par un tir de LBD : la plainte d’un ado classée sans suite !

booba

« Pourrissons la vie à cette grosse merde puante », quand Booba tacle Zineb El Rhazoui