Certaines théories complotistes sont donc vraies : les révélations d’Elon Musk

Elon Musk, propriétaire de Twitter, a révélé une opération secrète de Pfizer visant à censurer les critiques des vaccins sur la plateforme.

« Plus de dossiers Twitter », a déclaré Musk. « Certaines théories complotistes sont en fait vraies ».

Musk faisait référence à un communiqué officiel Twitter Files d’Alex Berenson, critique des vaccins à ARNm, qui a été personnellement ciblé par Twitter et a gagné un procès contre la plateforme de médias sociaux.

« Mon premier rapport #TwitterFiles : comment @scottgottliebmd – un membre important du conseil d’administration de Pfizer – a utilisé le même lobbyiste Twitter que la Maison-Blanche pour supprimer le débat sur les vaccins covid, Y COMPRIS DE LA PART D’UN CHEF DE FILE DE @US_FDA !

Merci @elonmusk d’avoir ouvert ces dossiers ».

Berenson a fait référence à sa publication populaire Substack hébergeant ces dossiers Twitter. Il y détaille comment le chef de Pfizer et l’ancien chef de la FDA ont travaillé pour censurer les critiques des vaccins à ARNm.

« Le 27 août 2021, le Dr Scott Gottlieb – un directeur de Pfizer avec plus de 550 000 followers sur Twitter – a vu un tweet qu’il n’aimait pas, un tweet qui pourrait nuire aux ventes de vaccins à ARNm de Pfizer », note Berenson.

« Le tweet expliquait de manière juste que l’immunité naturelle après une infection par le covid était supérieure à la protection vaccinale », poursuit-il. « Il appelait la Maison-Blanche à « suivre la science » et à exempter les personnes ayant une immunité naturelle des obligations vaccinales à venir ».

Il est intéressant de noter que c’est une affirmation que j’ai personnellement faite et qui a attiré de prétendues « vérifications des faits » de la part d’opérateurs politiques. Mais l’affirmation visée par Gottlieb n’a pas été faite par un « anti-vaxx » comme Robert F. Kennedy Jr, écrit Berenson, mais par le Dr Brett Giroir, un médecin qui avait brièvement suivi Gottlieb à la tête de la Food & Drug Administration.

De plus, le tweet de Giroir encourageait les personnes qui n’avaient pas d’immunité naturelle à « se faire vacciner » !.

Gottlieb a envoyé un courriel à un lobbyiste de Twitter nommé Todd O’Boyle, qui entretenait des relations avec la Maison-Blanche.

Le message était « corrosif », selon Gottlieb. Il a fait valoir qu’il « finirait par devenir viral et entraînerait une couverture médiatique ».

Comme indiqué précédemment sur Becker News, pendant que Twitter sévissait contre les experts médicaux qui défiaient le « consensus » fabriqué sur la réponse au covid, il permettait à de faux comptes diffusant des informations erronées sur le covid de prospérer.

Le San Francisco Standard a découvert que certains de ces influenceurs viraux étaient clairement des faux comptes. Par exemple, un compte appelé « Dr Robert Honeyman ».

Honeyman utilisait les pronoms « ils/elles » et affirmait avoir perdu une sœur à cause du covid en novembre 2022. Ce tweet a recueilli plus de 43 000 likes et 4 000 retweets.

La photo de profil associée au compte de « Honeyman » était une photo d’un fonds de photos, note M. Miller.

Selon le Standard, le prétendu mari, Patrick Honeyman, était un professionnel de l’assurance qui vit à Wayne, dans l’Indiana.

Le Standard rapporte qu’ils ont gagné de l’influence grâce à la propagande wokiste.

« Les deux faux médecins, dont les comptes invitaient à la plus grande prudence vis-à-vis du Covid-19, faisaient partie d’un réseau d’au moins quatre faux comptes qui vantaient leurs liens avec la communauté LGBTQ+, prônaient le port du masque et la distanciation sociale, et critiquaient ceux qui, selon eux, ne prenaient pas la pandémie au sérieux. »

Le Dr Gerold Fischer, un autre des faux comptes, « affichait des drapeaux arc-en-ciel, trans et ukrainien à côté de son nom et se décrivait comme « un allié » pour tous dans la communauté #LGBQT+. #WearAMask’ », ajoute le rapport.

Le Dr Steve « Ste » Ville, un quatrième compte, revendiquait une affiliation à l’Université d’Anvers et se décrivait comme un « allié LGBTQ+ » et un « fier porteur de masque ».

Ces faux comptes ont pu s’infiltrer dans la culture woke et diffuser des informations erronées sur le covid en exploitant les biais de confirmation de la gauche.

Les « docteurs » avaient peur du virus, croyaient aux bons principes de la pandémie et faisaient partie de la communauté LGBTQ+. Oh, et ils soutenaient l’Ukraine.

Ian Miller, un journaliste qui a travaillé sans relâche pour démystifier les fausses affirmations selon lesquelles les « masques fonctionnent » pour arrêter la propagation du Covid-19, a récemment fait un reportage sur la question.

Selon le Standard, les faux comptes ont été découverts par Joshua Gutterman Tranen, qui se décrit comme un « écrivain gay » poursuivant une maîtrise en beaux-arts au Bennington College.

Gutterman Tranen a publié un fil de discussion sur les Honeymans, qui montrait un soutien improbable pour les confinements chinois.

« Allez la Chine ! Arrêtez de protester, j’aimerais que nous ayons des mesures de confinement similaires ici », a écrit Robert Honeyman dans un tweet du 27 novembre.

Alors que Twitter permettait à ces faux comptes de prospérer sur la plateforme, il censurait et supprimait activement les experts du covid qui défiaient le « consensus » fabriqué à Washington.

Les fichiers Twitter publiés fin décembre montrent que l’épidémiologiste de Harvard Martin Kulldorff a été ciblé par Twitter pour être censuré.

Lorsqu’on lui a demandé si les personnes plus jeunes qui avaient déjà été exposées au virus SARS-CoV-2 devaient être vaccinées, le Dr Kulldorff a répondu : « Non. Penser que tout le monde doit être vacciné est aussi scientifiquement erroné que de penser que personne ne devrait l’être. Les vaccins covid sont importants pour les personnes âgées à haut risque et leurs soignants. Ceux qui ont déjà eu une infection naturelle n’en ont pas besoin. Ni les enfants ».

Comme l’a noté le journaliste David Zweig de « The Atlantic » et d’autres publications, cela a attiré l’attention des modérateurs de Twitter.

« Des courriels internes montrent une « intention d’agir » de la part d’un modérateur, disant que le tweet de Kulldorff violait la politique de désinformation Covid-19 de l’entreprise et affirmant qu’il partageait de « fausses informations » », a rapporté Zweig.

« Mais la déclaration de Kulldorff était l’opinion d’un expert, qui se trouvait également être en accord avec les politiques de vaccination de nombreux autres pays », a-t-il poursuivi. « Pourtant, elle a été considérée comme une « fausse information » par les modérateurs de Twitter simplement parce qu’elle différait des directives du CDC ».

« Après que Twitter a pris des mesures, le tweet de Kulldorff a été frappé d’une étiquette « trompeur » et toutes les réponses et les likes ont été modérés, réduisant la capacité du tweet à être vu et partagé par de nombreuses personnes, la fonction principale manifeste de la plate-forme. »

La fabrication par Twitter d’un « consensus covid » en permettant à de faux comptes poussant à la désinformation de prospérer, tout en supprimant les experts qui défendaient des positions scientifiquement valables, va au-delà de la faute professionnelle éditoriale. Elle a causé d’immenses dommages à la profession médicale en sapant la méthode scientifique et le processus de politique publique.

Source : The Wildfire Newsletter – Traduction E&R