in ,

Chine: Nous sommes prêts pour la guerre si les Etats-Unis continuent à « se ridiculiser » en mer de Chine méridionale

In this photo distributed by China's official Xinhua news agency, Chinese Navy soldiers attend a ceremony to see off the missile destroyer Shenzhen on a dock of Zhanjiang, southeast China, on Wednesday November 21, 2007. The destroyer left here Wednesday morning for a port call to Japan, the first such visit in the history of the naval forces of the Chinese People's Liberation Army, Xinhua said. (AP Photo/Xinhua, Zha Chunming)

Amérique : se faire des amis partout où elle va ! 

Dans le cadre de l’ingénieux « pivot vers l’Asie » de Obama, Washington a décidé de contester les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine du Sud. Le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, a confirmé mardi qu’un navire de guerre des États-Unis «était passé à moins de 12 milles d’une île artificielle chinoise». Considérant que la Chine est entourée par les bases navales américaines, commençant au Japon et allant jusqu’en Corée du Sud, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi la Chine « éprouve quelque colère » au sujet de ces derniers développements.

Bien qu’un haut amiral chinois ait annoncé aujourd’hui que Pékin était ouvert au dialogue avec les États-Unis au sujet de la mer de Chine méridionale, le gouvernement chinois semble manquer de patience. En réponse aux manœuvres des États-Unis, Pékin a qualifié l’action d’illégale, a convoqué l’ambassadeur des États-Unis, puis a averti les Etats-Unis de ne pas se « ridiculiser ». Oh, et la Chine est prête à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger ses intérêts légitimes dans la région. Regardez cette vidéo incroyable du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang en train de s’en prendre vertement à Washington:

L’hégémonie mondiale américaine est terminée. Plus tôt Washington l’acceptera, mieux ce sera

Daesh s’excuse d’avoir tiré sur des soldats israéliens !

Emmanuel Macron donné vainqueur au second tour face à Marine Le Pen, selon les premiers sondages