Comment contrôler les citoyens grâce aux distractions de la télé-réalité

par John W. Whitehead et Nisha Whitehead.

« Big Brother ne nous observe pas, par choix. Nous le surveillons, par le nôtre… Lorsqu’une population se laisse distraire par des futilités, lorsque la vie culturelle est redéfinie comme une ronde perpétuelle de divertissements, lorsque la conversation publique sérieuse devient une forme de langage enfantin, lorsque, en bref, un peuple devient un public et que ses affaires publiques sont un spectacle de vaudeville, alors une nation se trouve en danger ; la mort de la culture est une possibilité évidente. » (Professeur Neil Postman)

Une fois encore, la programmation a changé.

Comme une horloge, la couverture médiatique de la dernière crise a changé de vitesse.

Nous sommes passés du confinement du COVID-19 au drame de l’élection Trump-Biden, à la crise Russie-Ukraineaux audiences de confirmation de Ketanji Brown Jackson, à l’agression du comédien Chris Rock par Will Smith devant les caméras lors de la cérémonie des Oscars.

Les distractions, les distorsions et le théâtre politique ne cessent de s’enchaîner.

Le reality show permanent qu’est la vie dans l’État policier américain nourrit l’appétit vorace des citoyens pour les drames titillants et les feuilletons.

À l’instar de l’univers fabriqué dans le film The Truman Show (1998) de Peter Weir, dans lequel la vie d’un homme sert de base à une émission de télévision minutieusement mise en scène pour vendre des produits et faire de l’audimat, la scène politique américaine s’est transformée au fil des ans en un exercice soigneusement calibré sur la façon de manipuler, de polariser, de faire de la propagande et de contrôler une population.

C’est la magie des émissions de télé-réalité qui passent pour de la politique aujourd’hui : tant que nous serons distraits, amusés, occasionnellement indignés, toujours polarisés mais largement non impliqués et satisfaits de rester dans le siège du téléspectateur, nous ne parviendrons jamais à présenter un front uni contre la tyrannie (ou la corruption et l’incompétence du gouvernement) sous quelque forme que ce soit.

Plus on nous en met plein la vue, plus nous sommes enclins à nous installer dans nos fauteuils confortables et à devenir des spectateurs passifs au lieu de participer activement au déroulement d’événements inquiétants et effrayants.

Nous n’avons même pas besoin de changer de chaîne lorsque le sujet devient trop monotone. Ce sont les programmateurs (les médias d’entreprise) qui s’en chargent pour nous.

« Vivre est facile les yeux fermés », observait John Lennon, et c’est exactement ce que la télé-réalité qui se fait passer pour la politique américaine programme pour les citoyens : naviguer dans le monde les yeux fermés.

Tant que nous serons des téléspectateurs, nous ne serons jamais des acteurs.

Des études suggèrent que plus les gens regardent la télé-réalité – et je dirais que c’est toute la télé-réalité, y compris les nouvelles de divertissement – plus il devient difficile de distinguer ce qui est réel de ce qui est une farce soigneusement élaborée.

« Nous, les gens », regardons beaucoup la télévision.

En moyenne, les Américains passent cinq heures par jour devant la télévision. Lorsque nous atteignons l’âge de 65 ans, nous regardons plus de 50 heures de télévision par semaine, et ce chiffre augmente avec l’âge. Et les émissions de télé-réalité attirent systématiquement le plus grand pourcentage de téléspectateurs chaque saison, dans un rapport de presque 2 à 1.

Cela n’augure rien de bon pour des citoyens capables de passer au crible une propagande magistralement produite afin de réfléchir de manière critique aux questions du jour, qu’il s’agisse de fausses nouvelles colportées par des agences gouvernementales ou des entités étrangères.

Ceux qui regardent des émissions de télé-réalité ont tendance à considérer ce qu’ils voient comme la « norme ». Ainsi, ceux qui regardent des émissions caractérisées par le mensonge, l’agression et la méchanceté en viennent non seulement à considérer ces comportements comme acceptables et divertissants, mais aussi à imiter le média.

Cela est vrai, que les émissions de téléréalité portent sur les frasques de célébrités à la Maison Blanche, dans la salle du conseil ou dans la chambre à coucher.

C’est un phénomène appelé « humilitainment » (humiliation + entertainment, divertissement par l’humiliation, ndlr).

Ce terme, inventé par les spécialistes des médias Brad Waite et Sara Booker, désigne la tendance des téléspectateurs à prendre plaisir à l’humiliation, à la souffrance et à la douleur d’autrui.

« L’humilitainment » explique en grande partie non seulement pourquoi les téléspectateurs américains font une telle fixation sur les programmes de télé-réalité, mais aussi comment les citoyens américains, largement isolés de ce qui se passe réellement dans le monde qui les entoure par des couches de technologie, de divertissement et d’autres distractions, sont programmés pour accepter la brutalité, la surveillance et le traitement déshumanisant du gouvernement comme des choses qui arrivent à d’autres personnes.

Les ramifications pour l’avenir de l’engagement civique, du discours politique et de l’autonomie gouvernementale sont incroyablement déprimantes et démoralisantes.

Cela explique pourquoi nous continuons à nous retrouver avec des dirigeants qui ne connaissent pas la Constitution et qui ne sont pas en phase avec les besoins des personnes qu’ils sont censés représenter.

C’est aussi ce qui se passe lorsqu’une nation entière, bombardée par les émissions de télé-réalité, la propagande gouvernementale et les nouvelles de divertissement, devient systématiquement désensibilisée et acclimatée aux pièges d’un gouvernement qui fonctionne par fiat et parle dans un langage de force.

En fin de compte, les émissions de télé-réalité, les nouvelles de divertissement, la société de surveillance, la police militarisée et les spectacles politiques ont un objectif commun : nous garder divisés, distraits, emprisonnés et incapables de jouer un rôle actif dans la gestion de notre propre gouvernement.

Regardez derrière les spectacles politiques, la télé-réalité théâtrale, les tours de passe-passe, les distractions, les drames à vous retourner l’estomac, et vous verrez qu’il y a une méthode à cette folie.

Nous sommes devenus les cobayes d’une expérience impitoyablement calculée, soigneusement orchestrée, au sang-froid glacial, sur la façon de contrôler une population et de faire avancer un programme politique sans grande opposition de la part des citoyens.

C’est le contrôle de l’esprit dans sa forme la plus sinistre.

Comment changer la façon dont les gens pensent ? On commence par changer les mots qu’ils utilisent.

Dans les régimes totalitaires où la conformité et le respect sont imposés au bout d’un fusil chargé, le gouvernement dicte les mots qui peuvent et ne peuvent pas être utilisés.

Dans les pays où la tyrannie se cache derrière un masque bienveillant et se déguise en tolérance, les citoyens s’autocensurent, contrôlant leurs mots et leurs pensées pour se conformer aux dictats de l’esprit de masse.

Même lorsque les motifs qui sous-tendent cette réorientation rigidement calibrée du langage sociétal semblent bien intentionnés – décourager le racisme, condamner la violence, dénoncer la discrimination et la haine -, le résultat final est inévitablement le même : intolérance, endoctrinement, infantilisme, refroidissement de la liberté d’expression et diabolisation des points de vue qui vont à l’encontre de l’élite culturelle.

Comme l’a reconnu George Orwell, « À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ».

Orwell ne comprenait que trop bien le pouvoir du langage pour manipuler les masses.

Dans le roman 1984 de Orwell, Big Brother supprime tous les mots et significations indésirables et inutiles, allant même jusqu’à réécrire systématiquement l’histoire et à punir les « crimes de la pensée ». Dans cette vision dystopique du futur, la Police de la Pensée sert d’yeux et d’oreilles à Big Brother, tandis que le ministère de la Paix s’occupe de la guerre et de la défense, le ministère de l’Abondance s’occupe des affaires économiques (rationnement et famine), le ministère de l’Amour s’occupe de la loi et de l’ordre (torture et lavage de cerveau), et le ministère de la Vérité s’occupe des nouvelles, du divertissement, de l’éducation et de l’art (propagande). Les devises de l’Océanie : la guerre, c’est la paix, la liberté, c’est l’esclavage, et l’ignorance, c’est la force.

Le Big Brother d’Orwell s’est appuyé sur ma Novlangue pour éliminer les mots indésirables, dépouiller les mots restants de toute signification non orthodoxe et rendre inutile toute pensée indépendante et non approuvée par le gouvernement.

Nous nous trouvons aujourd’hui à la jonction de l’ancien langage (où les mots ont un sens et où les idées peuvent être dangereuses) et du novlangue (où seul ce qui est « sûr » et « accepté » par la majorité est autorisé).

La vérité se perd souvent lorsque nous ne parvenons pas à faire la distinction entre l’opinion et les faits, et c’est le danger auquel nous sommes confrontés en tant que société. Quiconque se fie exclusivement aux présentateurs de journaux télévisés et aux commentateurs politiques pour avoir une connaissance réelle du monde commet une grave erreur.

Malheureusement, comme les Américains sont en général devenus des non-lecteurs, la télévision est devenue leur principale source « d’actualités ». Cette dépendance à l’égard des informations télévisées a donné naissance à des personnalités de l’information très populaires qui attirent de vastes publics pratiquement suspendus à leurs moindres paroles.

Dans notre ère médiatique, ce sont les nouveaux pouvoirs en place.

Pourtant, si ces personnalités diffusent souvent les informations comme les prédicateurs diffusaient la religion, avec puissance et certitude, elles ne sont guère plus que des vecteurs de propagande et de publicité sous couvert de divertissement et d’information.

Compte tenu de la prépondérance des émissions d’information en tant que divertissement, il n’est pas étonnant que les téléspectateurs aient largement perdu la capacité de penser de manière critique et analytique et de faire la différence entre la vérité et la propagande, surtout lorsqu’elles sont diffusées par des crieurs aux fake news et des politiciens.

Bien que les informations télévisées ne puissent pas – et ne doivent pas – être complètement évitées, les suggestions suivantes vous aideront à mieux comprendre la nature des informations télévisées.

1. Les informations télévisées ne sont pas ce qui s’est passé. Il s’agit plutôt de ce que quelqu’un pense être digne d’être rapporté. Bien qu’il existe encore de bons journalistes de télévision, l’ancien art du reportage d’investigation s’est largement perdu. Bien que les téléspectateurs soient souvent enclins à prendre pour argent comptant ce qui est rapporté par les présentateurs des « nouvelles » télévisées, il vous incombe de juger et d’analyser ce qui est rapporté.

2. Les informations télévisées sont un divertissement. Ce n’est pas pour rien que les programmes que vous regardez sont appelés « émissions d’information ». C’est un signal qui indique que les soi-disant nouvelles sont présentées comme une forme de divertissement. « Dans le cas de la plupart des émissions d’information », écrivent Neil Postman et Steve Powers dans leur livre perspicace, How to Watch TV News (1992), « l’ensemble comprend des présentateurs attrayants, un thème musical passionnant, de la comédie, des histoires placées de manière à retenir le public, la création d’une illusion d’intimité, etc ».

Bien sûr, le but de tout ce faste et de tout ce glamour est de vous garder collé au plateau pour qu’un produit puisse vous être vendu. (Même les présentateurs des journaux télévisés participent à l’action en vendant leurs propres produits, qu’il s’agisse de leurs derniers livres, de tasses ou de peignoirs). Bien que les nouvelles qui vous sont servies à la cuillère puissent avoir une certaine valeur, elles sont avant tout un produit destiné à rassembler une audience, qui sera à son tour vendue aux annonceurs.

3. Ne sous-estimez jamais le pouvoir des publicités, en particulier auprès des téléspectateurs. Dans un foyer moyen, le téléviseur est allumé plus de sept heures par jour. La plupart des gens, croyant contrôler leur consommation de médias, ne sont pas vraiment dérangés par cela. Mais la télévision est une attaque à double sens : elle ne se contente pas de livrer des programmes à votre domicile, elle vous livre également (le consommateur) à un sponsor.

Les personnes qui regardent les informations sont généralement plus attentives, plus instruites et ont plus d’argent à dépenser. Ils constituent donc un marché de choix pour les annonceurs. Et les sponsors dépensent des millions pour des publicités bien produites. Ces publicités sont souvent plus longues que la plupart des reportages et coûtent plus cher à produire que les reportages eux-mêmes. De plus, le contenu de nombreux spots, qui contredit souvent les messages des reportages, ne peut être ignoré. La plupart des spots publicitaires visent des intérêts lubriques en faisant l’apologie du sexe, des excès, de la drogue, etc., ce qui a un effet démoralisant sur les téléspectateurs, en particulier les enfants.

4. Il est d’une importance vitale de se renseigner sur les intérêts économiques et politiques de ceux qui possèdent les médias « d’entreprise ».

Il n’existe plus guère de sources d’information indépendantes. Les principaux organes d’information appartiennent à des empires corporatifs.

5. Portez une attention particulière au langage des bulletins d’information. Parce que les séquences filmées et autres images visuelles sont si attrayantes dans les journaux télévisés, les téléspectateurs sont enclins à laisser le langage – ce que le journaliste dit des images – passer inaperçu. Le langage du présentateur du journal télévisé encadre les images et, par conséquent, le sens que nous tirons de l’image est souvent déterminé par le commentaire du présentateur. La télévision, par sa nature même, manipule les téléspectateurs. Il ne faut jamais oublier que chaque minute de télévision a été montée. Le téléspectateur ne voit pas l’événement réel mais la forme éditée de l’événement. Par exemple, présenter un segment d’une à deux minutes d’un discours politique de deux heures et le faire critiquer par un animateur de talk-show peut être malhonnête, mais ce type de montage fait partie intégrante des émissions d’information. Ajoutez à cela le fait que les journalistes qui montent le film ont un point de vue subjectif – parfois déterminé par leurs chefs d’entreprise – qui entre en ligne de compte.

6. Réduisez de moitié au moins le nombre de journaux télévisés que vous regardez. Les journaux télévisés sont généralement constitués de « mauvaises » nouvelles – guerres, tortures, meurtres, scandales, etc. Il est impossible de vous faire du mal en vous dispensant chaque semaine d’une grande partie du chaos que vous projettent les informations. Ne fondez pas votre conception de la réalité sur la télévision. Les informations télévisées, il faut le rappeler, ne reflètent pas la vie quotidienne normale. Des études indiquent qu’une forte consommation de journaux télévisés fait croire que le monde est beaucoup plus dangereux qu’il ne l’est en réalité.

7. L’une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes sont accros au journal télévisé est qu’elles ont l’impression qu’elles doivent avoir une opinion sur presque tout, ce qui donne l’illusion de participer à la vie américaine. Mais une « opinion » est tout ce que nous pouvons obtenir des journaux télévisés, car ils ne présentent que les informations les plus rudimentaires et les plus fragmentaires sur n’importe quel sujet. Ainsi, sur la plupart des sujets, nous ne savons pas grand-chose de ce qui se passe réellement. Et, bien sûr, nous sommes censés prendre pour parole d’évangile ce que dit le présentateur du journal télévisé sur un sujet donné. Mais n’est-il pas préférable de penser par soi-même ? Ajoutez à cela que nous devons réaliser que nous n’avons souvent pas assez d’informations provenant de la source « news » pour nous forger une véritable opinion. Comment y parvenir ? En étudiant une grande variété de sources, en analysant soigneusement les questions afin d’être mieux informé, et en remettant tout en question.

L’essentiel est simplement ceci : Les Américains doivent se garder de laisser les autres – qu’il s’agisse d’animateurs de journaux télévisés, de commentateurs politiques ou de sociétés de médias – penser à leur place.

Comme je l’explique clairement dans mon livre « Battlefield America : The War on the American People » et dans son pendant fictionnel « The Erik Blair Diaries », une population qui ne peut pas penser par elle-même est une population qui a le dos au mur : muette face aux élus qui refusent de nous représenter, impuissante face à la brutalité policière, impuissante face aux tactiques et technologies militarisées qui nous traitent comme des combattants ennemis sur un champ de bataille, et nue face à la surveillance gouvernementale qui voit et entend tout.

Il est temps de changer de chaîne, de faire la sourde oreille aux émissions de télé-réalité et de repousser la menace réelle de l’État policier.

Sinon, si nous continuons à nous asseoir et à nous perdre dans les programmes politiques, nous resterons le public captif d’une farce qui devient de plus en plus absurde.

source :  Rutherford Institute

via Aube Digitale

Leave a Reply
  1. La TV poubelle, le mouton ferait mieux de lire et de s’instruire, il est vrai qu’il faut qu’il sache lire et comprendre ce qu’il lit, une gageure pour le bétail … on voit le résultat, un niveau très bas et la crétinisation de la masse en accélération

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La télévision d’État russe menace le Royaume-Uni avec un tsunami radioactifs de 500 mètres

Shanghai: Un vieil homme se réveille avant son incinération (vidéo)