in

Confinement, rentrée des classes, contrôles accrus… Ce que pourrait annoncer Macron lundi

Selon le JDD qui se réfère à une source proche de l’Élysée, Emmanuel Macron annoncera des «mesures fortes» lors de son allocution télévisée du 13 avril. Parmi celles-ci, la prolongation du confinement jusqu’à la mi-mai «au moins».

Selon les témoignages et confidences recueillis au sommet de l’État, Emmanuel Macron semble déterminé à demander le 13 avril, lors de son intervention télévisée, des efforts supplémentaires face à l’épidémie qui ne faiblit pas, rapporte le Journal du Dimanche.

«Ceux qui s’attendent à une perspective de sortie de crise vont être déçus», a confié au JDD un membre haut placé de l’exécutif. «Ce sera plutôt un discours churchillien».

Parmi les «mesures fortes» figurerait la prolongation du confinement jusqu’à la mi-mai «au moins», voire peut-être même jusqu’à la fin mai. En outre, selon une source proche de l’Élysée, le Président vise à réaffirmer la nécessité impérieuse de limiter les déplacements à l’intérieur comme vers l’extérieur du pays et à renvoyer la réouverture des écoles au mois de septembre.

«Son propos doit être grave et sévère, général et concret. À ce stade, on n’en est pas à envisager la sortie de crise mais à bien faire comprendre à tout le monde que le plus dur est devant nous», a confié au JDD l’un des interlocuteurs habituels du Président.

Retour en classe en septembre

D’autres dossiers potentiellement explosifs sont sur la table. Le premier d’entre eux est celui de la rentrée des classes. La reprise devrait être repoussée au mois de septembre pour l’ensemble des écoliers, de la maternelle jusqu’aux universités. Un choix facilité par l’annulation des épreuves du baccalauréat. En ce qui concerne les élections municipales, la décision doit officiellement être prise le 23 mai prochain pour l’organisation du second tour. Mais selon le JDD, la question d’un report à l’automne ne ferait plus vraiment débat.

Les forces de l’ordre devraient se faire aussi plus présentes. Au niveau des contrôles sur le territoire et des sanctions pour ceux qui ne respecteront pas le confinement, mais aussi aux frontières. Un sujet qu’Emmanuel Macron aurait notamment évoqué avec les partenaires sociaux, parlant d’une « fermeture des frontières de la zone Schengen jusqu’en septembre ». Enfin, de nouvelles annonces pourraient aussi être faites dans le domaine économique. Le plan d’urgence, doublé il y a quelques jours pour atteindre 100 milliards d’euros, n’ayant été calibré que pour une durée de confinement estimée à six semaines.