in

Coronavirus : la propagation est plus rapide que celle du SRAS de 2003

Le nouveau coronavirus apparu en Chine à la fin de l’année dernière, le 2019-nCoV, a désormais atteint près de 28 000 personnes, dont 99 % en Chine continentale et 182 personnes à l’étranger. Un chiffre qui grimpe à une vitesse soutenue, et qui laisse à penser que ce nouveau pathogène est plus contagieux que son aïeul, le coronavirus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), qui avait contaminé plus de 8 000 personnes et causé 774 morts dans le monde entre novembre 2002 et l’été 2003.

Si l’on prend pour point de départ le moment où l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée par la Chine de l’épidémie, le 31 décembre 2019, on constate que la rapidité de la propagation du 2019-nCoV est telle que l’on compte déjà plus de cas de personnes infectées qu’en 2003 par le SRAS. A J + 36, l’épidémie actuelle a déjà touché trois fois plus de personnes que toutes celles qui ont été atteintes par le SRAS – dont on a dénombré 8 096 cas après enquête et rectification des erreurs de diagnostic faites pendant l’épidémie.

L’épidémie du nouveau coronavirus est nettement plus rapide que celle du SRAS en 2003

Nombre de cas confirmés de 2019-nCoV vs. nombre de cas reportés ou suspects de SRAS-CoV en 2002-2003.

Le bilan humain du 2019-nCoV reste inférieur à celui du SRAS, mais grimpe rapidement

Via