in

Le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris : « Il ne faut pas céder à la panique ! »

En Chine, le coronavirus a infecté 1468 personnes, et fait 43 décès. D’autres résultats sont attendus dans les prochaines heures.

18h34: En région parisienne, « la plupart des officines » sont désormais en rupture de stock de masques de protection confirme Martial Fraysse, président honoraire du conseil régional de l’ordre des pharmaciens et membre de l’académie nationale de pharmacie à France Bleu : »Nos clients d’origine chinoise sont inquiets, veulent s’équiper et font des stocks pour leur famille, raconte ce pharmacien de Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne. Des stocks à envoyer là-bas même parfois. On les sent anxieux, ils demandent beaucoup si on des masques, si on va pouvoir en avoir bientôt. Il n’y a pas péril, il faut rassurer et informer de l’attitude à tenir en cas de doutes. »

16h15 : Un accueil médicalisé va être mis en place à partir de demain à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à l’arrivée des vols directs en provenance de Chine selon France Info.

16h00 :Le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris : « Il ne faut pas céder à la panique ! ».

15h45: Le gouvernement chinois va suspendre tous les voyages organisés en Chine et à l’étranger en réponse à l’épidémie, a annoncé la télévision publique CCTV.. A compter de lundi, les agences de voyage chinoises ne pourront plus vendre de réservations d’hôtels ni de voyages à des groupes, précise la chaîne.

15h33: Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat à Paris, juge que la probabilité d’une épidémie en France est « extrêmement faible ». Env. 30 appels depuis hier, « la plupart n’ont rien ».

15h14: Le président chinois s’est exprimé après une réunion du bureau politique du Parti communiste chinois. Xi Jinping a donc expliqué que l’épidémie « s’accélère » et place la Chine dans « une situation grave ». Il a appelé à renforcer l’autorité du régime communiste. Le Bureau politique du Parti communiste est l’instance de sept membres qui dirige le pays, selon l’agence de presse Chine nouvelle. « Face à la situation grave d’une épidémie qui s’accélère (…) il est nécessaire de renforcer la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti », a-t-il affirmé. Dans de premières déclarations lundi dernier, il avait appelé à « enrayer » résolument l’épidémie.