in ,

Coronavirus: Mais qui est donc le “patient zéro” en Italie ?

Mais qui est donc le patient zéro ? Telle est l’énigme que doit résoudre l’Italie pour savoir qui est à l’origine des contaminations au nouveau coronavirus sur son sol et tenter de contenir la maladie qui a déjà touché plus de 200 personnes dans le nord du pays.

La chasse à l’origine de l’infection a donc repris en Lombardie (région de Milan) et, à ce stade, il n’est pas à exclure que le patient zéro puisse être une personne déjà hospitalisée. « Il est très important de pouvoir identifier le soi-disant +patient zéro+, c’est pourquoi nous avons mis en place un cordon sanitaire très solide. Le trouver est essentiel car cela nous permettra de reconstruire la chaîne de contacts et les éventuelles contagions », a déclaré le chef de la Protection civile Angelo Borrelli.

Le patron de la région Vénétie Luca Zaia s’est dit « préoccupé » dimanche que le « patient zéro » n’ait pas encore été trouvé, ce qui prouve pour lui que « le virus est bien plus omniprésent que ce qu’on pensait », a-t-il expliqué. L’impossibilité actuelle de cartographier avec certitude la propagation du virus Covid-19, ainsi que l’évolution de la contagion, représente un obstacle important pour contenir l’épidémie, selon les autorités sanitaires.

Deux régions, un « patient zéro » ?

Une nouvelle piste s’est ouverte lundi et qui pourrait expliquer les contaminations survenues dans les deux foyers d’infection de Lombardie et de Vénétie, régions qui totalisent 194 des 219 cas italiens, selon les médias. Elle conduit à un agriculteur de 60 ans, originaire d’Albettone, dans la province de Vicenza (Vénétie), et qui a appelé la pharmacie de Vo’ Euganeo, à 15 km de là, se plaignant de symptômes de grippe, a raconté lundi à plusieurs médias le maire de Vo’ Euganeo, Giuliano Martini.

L’homme, qui fréquentait régulièrement les bars de Vo’ Euganeo, s’était rendu ces dernières semaines dans certains lieux de la région de Lodi, au sud de Milan et notamment à Codogno, foyer épidémique lombard. Il pourrait donc être le lien entre les deux zones touchées. « Nous ne savons pas s’il s’agit du patient zéro mais c’est une piste possible à suivre, il est donc juste de faire une vérification », a ajouté M. Martini.

Source