in

Coronavirus: Plus de 240 morts et 14.840 cas de plus, en une journée, un record

Le nombre de victimes du coronavirus continuent d’augmenter en Chine. Jeudi 13 février, « c’est le numéro un de la ville de Wuhan, le foyer de cette épidémie, qui vient d’être limogé. Coupable idéal, il a été remplacé par un proche du président chinois Xi Jinping« .

« Le nombre de morts et de personnes contaminées connaît une hausse spectaculaire : 242 morts pour une seule journée, c’est un record ».

Un record en une journée !

Selon les dernières informations, le nombre de personnes contaminées sur cette journée dépasse les 15 000, alors que la veille, les chiffres indiquaient 2 000 nouvelles contaminations. C’est donc huit fois plus. « Les autorités chinoises en pleine crise ont changé leurs méthodes pour comptabiliser les malades« . « Les tests ne sont pas suffisants, ne sont pas fiables, une simple radio des poumons désormais suffit. De quoi alimenter les spéculations sur le manque de transparence passée. Certains pensent que la crise a été sous- estimée. Xi Jinping a assuré mercredi que l’épidémie connait une évolution positive. Mais les chiffres du jour le contredisent« , conclut le journaliste.

Pékin révoque aussi le n°1 de la ville de Wuhan

Les têtes continuent de tomber en Chine. Après le numéro un du Hubei, le secrétaire du PCC pour la ville de Wuhan, Ma Guoqiang, qui s’était lui-même reproché fin janvier une réaction trop lente à l’apparition du virus, a également été limogé. « Je suis envahi par un sentiment de culpabilité, par les remords », avait-il déclaré à la télévision. « L’épidémie aurait alors probablement pu être atténuée, elle ne serait pas devenue ce qu’elle est aujourd’hui. L’impact sur les régions du pays aurait été moindre et cela aurait évité bien des soucis au Comité central du PCC et au gouvernement », avait-il déclaré. Les hauts responsables chinois confessent rarement des erreurs en public, encore moins à la télévision à une heure de grande écoute.

Lire aussi :

Coronavirus: Le médecin chinois qui avait lancé l’alerte le 30 décembre dernier est décédé