in

Coronavirus : «victime» mais pas «coupable», la Chine renvoie Washington au H1N1 et au SIDA

Cible depuis plusieurs semaines des accusations des Etats-Unis, lourdement frappés par la pandémie, Pékin a souligné ne pas être «complice» du virus.

Accusées par Washington d’être responsables de la pandémie de coronavirus, les autorités chinoises ont invoqué l’histoire récente, estimant que les Etats-Unis n’avaient pas eu de compte à rendre pour leur rôle réel ou supposé dans diverses crises, dont celles du virus H1N1, du SIDA, ou encore dans la crise financière de 2008.

«Attaquer et salir d’autres pays n’aidera pas à gagner du temps ou à sauver des vies»

Lors d’une conférence de presse le 22 avril, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a ainsi réagi à l’un des derniers incidents diplomatiques en date entre les deux pays : la plainte déposée par l’Etat du Missouri contre le gouvernement chinois.

«Cette soi-disant plainte ne se fonde sur aucun fait ni aucune preuve», a estimé Geng Shuang, avant d’affirmer que les mesures prises par la Chine n’étaient «pas du ressort des tribunaux américains».

«La grippe H1N1 a éclaté aux Etats-Unis et s’est propagée à plus de 214 pays et régions en 2009, entraînant près de 200 000 décès. Quelqu’un a-t-il demandé réparation à la partie américaine ?», s’interrogeait le diplomate. Et de continuer : «Dans les années 80, le SIDA a été découvert tout d’abord aux Etats-Unis et s’est propagé dans le monde. Quelqu’un a-t-il demandé des comptes aux Etats-Unis ?» Pour autant, selon l’INSERM «l’ancêtre commun du VIH-1 a dû apparaître en Afrique dans les années 1920-30».

Les Etats-Unis doivent comprendre que leur ennemi est le virus, pas la Chine

Le porte-parole a également rappelé que la crise financière qui a débuté aux Etats-Unis en 2008 avec la faillite de Lehman Brothers avait ensuite évolué vers une crise mondiale généralisée. «Quelqu’un a-t-il demandé à la partie américaine de supporter les conséquences ?», questionnait Geng Shuang.

«Les Etats-Unis doivent comprendre que leur ennemi est le virus, pas la Chine. Attaquer et salir d’autres pays n’aidera pas à gagner du temps ou à sauver des vies», estimait encore le diplomate chinois. Et de conclure : «Nous espérons que les Etats-Unis respecteront les faits, la science et le consensus international, cesseront d’attaquer et de blâmer la Chine sans raison, mettront fin aux remarques irresponsables et se concentreront plutôt sur la lutte contre l’épidémie chez eux et sur la promotion de la coopération internationale.»

Lire aussi :

La nouvelle campagne anti-chinoise repose sur des mensonges