«Cruel, inhumain et dégradant» : le rapporteur de l’ONU sur la torture exige la libération d’Assange


Dix ans après la première arrestation de Julian Assange et alors que la prison où il est détenu est infestée par le Covid-19, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture appelle les autorités britanniques à libérer immédiatement le journaliste.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, a appelé le 8 décembre les autorités britanniques à «libérer immédiatement» Julian Assange ou à le placer en résidence surveillée en attendant l’issue de son procès en extradition vers les Etats-Unis. Une exhortation formulée dix ans après la première arrestation du fondateur de Wikileaks le 7 décembre 2010 en Grande-Bretagne et alors qu’il est actuellement détenu en isolement à la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres, où l’épidémie de Covid-19 fait rage. Ses conditions de détention ont également été dénoncées par Nils Melzer à plusieurs reprises.

https://twitter.com/ONUinfo/status/1336388975058149376

LIRE LA SUITE


La grippe saisonnière semble avoir presque disparu, selon le dernier bilan de Santé publique France

Pfizer paralysie faciale

4 volontaires du vaccin Pfizer développent une paralysie faciale