Dans un entretien accordé au Financial Times, le président de la République estime qu’il existe des zones d’ombres dans la gestion de l’épidémie par les autorités chinoises.