in ,

Des sociétés pharmaceutiques israéliennes testent des médicaments sur des prisonniers palestiniens

Le professeur israélien Nadera Shalhoub-Kevorkian a révélé hier que les autorités d’occupation israéliennes délivraient des autorisations aux grandes sociétés pharmaceutiques pour effectuer des tests sur des prisonniers palestiniens et arabes, a rapporté Felesteen.ps.

Le conférencier de l’Université hébraïque a également révélé que les entreprises militaires israéliennes testaient des armes sur des enfants palestiniens et procédaient à ces tests dans les quartiers palestiniens de Jérusalem occupée.

S’exprimant à l’Université Columbia à New York, Shalhoub-Kevorkian a déclaré qu’il collectait des données lors de la réalisation d’un projet de recherche pour l’Université hébraïque.

« Les espaces palestiniens sont des laboratoires », a-t-elle déclaré. « L’invention de produits et de services de sécurité parrainés par l’État est alimentée par des couvre-feux de longue durée et par l’oppression palestinienne par l’armée israélienne ».

Dans son exposé intitulé « Espaces perturbateurs – Technologies violentes dans la Jérusalem palestinienne », le professeur a ajouté: « Ils vérifient quelles bombes utiliser, des bombes à gaz ou des bombes puantes. Que ce soit pour mettre des sacs en plastique ou des sacs en tissu. Pour nous frapper avec leurs fusils d’or pour nous frapper avec des bottes.  »

La semaine dernière, les autorités israéliennes ont examiné le corps de Fares Baroud, décédé dans les prisons israéliennes après avoir souffert de nombreuses maladies. Sa famille craignait qu’il ait pu être utilisé pour de tels tests .

palestinian-prisoners

Source : Creative Commons / Middle East Monitor

Traduction : Lesmoutonsrebelles