in

Donald Trump déclenche une guerre froide avec la Chine pour gagner les élections

« Allez en Chine », crie une femme de Denver, Colorado, à deux employés de l’hôpital qui se tiennent devant sa voiture pour l’empêcher de participer à une manifestation contre le confinement. Son cri est le signe que le Président Trump a réussi à diaboliser la Chine : il dit avoir « une grande confiance » dans le fait que le virus mortel provient d’un laboratoire de Wuhan, bien qu’il ne puisse pas révéler la source de ses informations.

Le niveau de mendicité de Trump est bien plus flagrant que celui utilisé pour vendre la Guerre en Irak en prétendant que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive (ADM). Il y avait aussi des histoires de laboratoires secrets développant des armes biologiques. Bien que Trump purge les chefs des services secrets américains et les remplace par des fidèles de Trump, même eux n’ont pas pu soutenir sa dernière théorie de conspiration. « Les services de renseignement sont également d’accord avec le large consensus scientifique selon lequel le virus Covid-19 n’a pas été fabriqué par l’homme ou génétiquement modifié », a déclaré le bureau du directeur du renseignement national, Richard Grenell.

Le but des mensonges de Trump n’est pas de convaincre par des arguments rationnels mais de dominer l’actualité par des allégations scandaleuses. Ce simple tour de relations publiques a déjà bien fonctionné pour lui, mais faire de la Chine un bouc émissaire ne suffira peut-être pas à détourner l’attention du prix que les Américains ont payé pour sa mauvaise gestion calamiteuse de la pandémie. Les chiffres des victimes racontent leur propre histoire sinistre : en Chine, il y a eu 84 373 cas de maladie et 4 643 décès, tandis qu’aux États-Unis, il y a eu un peu plus de 1,1 million de cas et 64 460 décès. Les partisans de Trump prétendront que les Chinois mentent, mais ils devront aussi expliquer pourquoi les pertes de vies humaines sont moins élevées en Corée du Sud, à Singapour et à Taïwan.

La stratégie est grossière, mais diaboliser la Chine sous le nom de « Péril Jaune » pourrait bien fonctionner le jour des élections. « Ne défendez pas Trump seulement avec l’interdiction de voyager en Chine – attaquez la Chine », affirme un mémo de 57 pages envoyé par le Comité Sénatorial National Républicain aux candidats républicains, les conseillant sur la manière de réfuter les critiques sur les actions du Président. Joe Biden, le candidat démocrate à la présidence, est déjà mis au pilori par les Républicains sous le nom de « Biden de Pékin ». En cas d’épidémie, les gens ont peur et cherchent un bouc émissaire, les étrangers dans le pays et à l’étranger étant une cible évidente. Il est probable que seule une théorie de la conspiration motivée par la haine peut garder Trump à la Maison Blanche alors que 30 millions d’Américains sont au chômage.

Nombre de ceux qui ont soutenu l’utilisation d’ADM pour mener une guerre chaude contre l’Irak en 2003, sont les mêmes qui promeuvent aujourd’hui une guerre froide contre la Chine. Cette approche exige un degré d’irresponsabilité extraordinaire : Trump lance sa guerre froide contre la Chine juste au moment où une réponse médicale et économique mondiale est nécessaire pour contrer un virus qui s’est propagé du Tadjikistan à la haute Amazonie et qui ne peut être supprimé ou contenu que par une action internationale.

C’est certainement une malchance historique désastreuse que cette menace mondiale sans précédent se produise au moment même où les États-nations indépendants réapparaissent, pour autant qu’ils aient jamais disparu, en tant qu’acteurs essentiels sur la scène internationale aux dépens des institutions internationales : les Nations Unies et l’Union Européenne perdaient de leur influence avant l’épidémie et ont été marginalisées depuis ces six derniers mois. Non seulement les États nations sont de nouveau très actifs, mais ils sont de plus en plus dirigés par des dirigeants populistes d’extrême droite, dont Trump n’est qu’un des exemples les plus fous. La plupart d’entre eux se révèlent incompétents pour faire face à la pandémie et aucun n’est susceptible de favoriser la coopération internationale.

Le vrai problème, ce sont les États-Unis : les organisations internationales comme l’ONU et les agences comme l’Organisation Mondiale de la Santé n’ont exercé une réelle influence que lorsqu’elles étaient soutenues par Washington. Souvent accusées d’être des marionnettes américaines, elles jouissaient d’une certaine autonomie et efficacité car les États-Unis devaient externaliser une partie de leur pouvoir afin de maintenir leur hégémonie mondiale. Trump abandonne ce calcul.

La nouvelle Guerre Froide contre la Chine prenait déjà de l’ampleur avant la pandémie. Les établissements politiques occidentaux ont longtemps oscillé entre s’opposer à la Chine en tant que superpuissance rivale et la cultiver comme une puissance économique dont l’expansion explosive, bien qu’alimentée par la dette, a contribué à sortir le reste du monde de la récession d’après 2008.

La Guerre Froide d’après 1945 a été menée par les États-Unis et leurs alliés contre l’Union Soviétique jusqu’à son effondrement en 1991 ; cela a coïncidé après la Révolution Islamique de 1979 avec une guerre froide contre l’Iran et l’Irak qui ont été alternativement présentés comme la source de tout mal. Il est peu probable que Trump déloge l’Iran de son statut démoniaque actuel, mais il a clairement l’intention de dépeindre la Chine comme étant tout aussi diabolique. De nombreuses raisons politiquement acceptables seront avancées dans les mois à venir, mais la véritable accusation portée contre la Chine est celle de l’efficacité. Elle s’est montrée plus compétente que d’autres États puissants pour faire face à deux crises mondiales : la crise financière de 2008 et la pandémie de 2019-20.

Le déclin des États-Unis en tant que superpuissance n’est pas total : ils jouent un rôle hégémonique dans le système financier mondial. Mais les guerres qu’ils ont menées en Irak et en Afghanistan après le 11 septembre ont montré que, malgré d’énormes dépenses, leurs forces armées ne pouvaient pas remporter la victoire et la pandémie démontre que leur système de santé, tout aussi coûteux, est terriblement inégal et inadéquat.

Trump est à la fois un symptôme et une cause de la polarisation du système politique américain, plus divisé aujourd’hui qu’à aucun autre moment depuis la fin de la Guerre Civile en 1865. Pourtant, le déclin des États-Unis est bien plus important que la montée de la Chine, aussi importante soit-elle, et il est naïf d’imaginer que Pékin va simplement supplanter Washington à la table des négociations.

En réalité, personne ne remplacera les États-Unis, mais d’autres pays se précipiteront pour combler le vide laissé par leur absence. Une grande partie de ce phénomène se serait produit de toute façon, à mesure que la primauté économique et politique des États-Unis s’effritait. Mais le processus par lequel cela se produit a été accéléré par deux jokers dont personne ne savait même qu’ils étaient dans le peloton : l’élection de Trump à la présidence en 2016 et la pandémie de Covid-19. Le monde est actuellement rempli d’États-nations, et pas seulement la Chine, qui voient des menaces et des opportunités tout autour d’eux. Il en résultera des bouleversements de plus en plus importants.

source : https://www.independent.co.uk

traduit par Réseau International