in ,

Doubs: depuis 8 ans, il vit dans sa cabane en forêt, la justice lui demande de la détruire

Interdiction de l’habitat alternatif ? Xavier Marmier est condamné à démonter sa maison dans les bois.

Jeudi 13 février, la Cour de cassation a confirmé la décision de justice obligeant Xavier Marmier à démolir la cabane qu’il a construite dans les arbres de la forêt de Cléron (Doubs), dans laquelle il vivait depuis des années.

Bien que Xavier soit propriétaire de cette parcelle de forêt depuis 2008, assignée au lieu-dit « Chante Merle », celle-ci est classée en zone Natura 2 000, une zone protégée dans laquelle il est interdit de construire quoi que ce soit.

De plus, il n’avait pas non plus obtenu de permis de construire pour son logement. Des faits qui ont joué en sa défaveur.

Pourtant, Xavier avait initialement bénéficié du feu vert du maire de la commune. Cependant, à partir de 2016, à la suite de l’élection d’une nouvelle équipe municipale, les choses ont rapidement mal tourné. Il a depuis lors été attaqué en justice, pour les raisons citées précédemment.

Le tribunal de grande instance avait en premier lieu donné raison à Xavier Marmier. Mais en mars 2019, le tribunal d’appel de Besançon a finalement ordonné la destruction de son logement sous 6 mois, assortie d’une astreinte de 100 € par jour de retard.

Il avait alors émis un appel à l’aide :

Cependant, malgré les soutiens et les pétitions sur Internet, la justice a tranché pour la dernière fois, ce jeudi 13 février : Xavier Marmier a l’obligation de démolir sa maison bâtie dans une zone protégée.

« Ici, je suis proche de la nature, et je ne fais de mal à personne », s’est-il défendu.

« On ne construit rien en zone Natura 2000 », a alors rappelé l’avocate de la commune, Mme Suissa. « Même pas un abri pour un cheval ou une tondeuse. »

« Je n’ai pas envie de le faire mais il va falloir le faire… À part une démarche auprès de la Cour de justice européenne, je ne vois plus ce que je peux faire. La procédure m’a déjà coûté environ 15 000 euros. Je ne vais pas m’obstiner, s’il faut détruire ma cabane, je le ferai, mais je voulais montrer que l’on peut vivre et habiter autrement, avec moins d’impact sur la nature. »

En plus des procédures lui ayant déjà coûté cher, l’astreinte de 100 euros à payer chaque jour tant que l’obligation n’est pas exécutée atteint déjà la somme de 18 000 euros, pour Xavier Marmier, intermittent du spectacle, il n’est plus possible de continuer.

« C’est vraiment marcher sur la tête que de détruire un habitat sain et respectueux de l’environnement alors même que c’est ce qu’on prône partout », a déclaré Xavier.

Source : theepochtimes