in

Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning nominés pour le Prix Nobel de la Paix 2020

« Nous souhaitons proposer la candidature de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden pour le Prix Nobel de la Paix 2020. »[/B]

Deux dénonciateurs – Chelsea Manning et Edward Snowden – ont été nommés aux côtés du journaliste de WikiLeaks et ancien rédacteur en chef Julian Assange pour le Prix Nobel de la Paix 2020 par 17 membres d’un groupe parlementaire allemand.

Żaklin Nastić (MdB) écrit :

« Je suis l’un des 17 membres de notre groupe parlementaire qui ont proposé la candidature de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden pour le Prix Nobel de la Paix 2020. Ces personnes courageuses ne devraient pas être criminalisées mais devraient être reconnues et honorées. Les criminels de guerre et leurs sbires doivent être tenus pour responsables.[/I]

Nous pensons qu’Assange, Manning et Snowden doivent être reconnus pour leurs « contributions sans précédent à la poursuite de la paix et leurs immenses sacrifices personnels pour promouvoir la paix pour tous ». Avec le dévoilement des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak et le programme de surveillance mondiale des services secrets américains, les trois ont « exposé l’architecture de la guerre et renforcé l’architecture de la paix ».[/I]

La lettre complète a sur le site web de la Fondation du Courage et se lit comme suit:

Chers membres du Comité Nobel norvégien

Nous souhaitons proposer la candidature de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden pour le Prix Nobel de la Paix 2020, en l’honneur de leurs contributions sans précédent à la poursuite de la paix et de leurs immenses sacrifices personnels pour promouvoir la paix pour tous.

L’année 2020 a commencé avec la détention arbitraire et la torture de Julian Assange, qui risquait la mort selon le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et plus de 100 médecins, pour avoir révélé l’étendue du mal et de l’illégalité derrière les guerres d’Irak et d’Afghanistan. L’année 2020 a commencé avec Chelsea Manning, qui a été emprisonnée une deuxième fois pour avoir résisté à l’appel du Grand Jury contre Wikileaks, après avoir également été emprisonnée sept ans auparavant et torturée, suite à ses révélations publiées par Julian Assange. L’année 2020 a commencé avec Edward Snowden, dans sa 7e année d’asile pour avoir révélé une surveillance illégale de masse, en défense des libertés qui sous-tendent des révélations telles que celles faites par Chelsea Manning et Julian Assange.

La vidéo Collateral Murder, fournie par Chelsea Manning en 2010 et publiée par Wikileaks, a rendu hommage à la dignité des personnes tuées inutilement à la guerre. Elle donnait des noms et des identités aux victimes dont l’humanité avait été cachée au public, capturant les derniers moments de la vie d’un jeune photojournaliste de Reuters, Namir Noor-Eldeen. Namir, qui a été tué de sang froid lors d’une mission à Bagdad, a été décrit par ses collègues comme faisant partie « des photographes de guerre prééminents en Irak » avec « un regard tendre qui a amené l’humanité, par des moments de calme, à une guerre vicieuse ».

Pour avoir humanisé Namir et son chauffeur Saeed Chmagh, père de quatre enfants, tués devant deux enfants qui étaient assis à l’arrière de la camionette touché par la mitrailleuse, Julian Assange risque 175 ans dans une prison américaine en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917, et Chelsea Manning est actuellement détenue sans accusation.

En plus d’humaniser les victimes innocentes de la guerre, Julian Assange et Wikileaks ont exposé en 2010 les moyens par lesquels l’horreur publique du meurtre est surmontée, et la paix subvertie, par la manipulation psychologique et les messages stratégiques.

En mars 2010, l’Agence centrale de renseignement (CIA) a produit un mémorandum, publié par la suite par Wikileaks, intitulé Afghanistan : Soutenir le soutien de l’Europe occidentale à la mission dirigée par l’OTAN – Pourquoi compter sur l’apathie ne serait pas suffisant.

Au moment de la publication de ce mémorandum, 80 % des opinions publiques françaises et allemandes étaient opposées à un plus grand déploiement de troupes en Afghanistan. Le mémorandum exprimait la crainte que l’indifférence du public « ne se transforme en hostilité active si les combats du printemps et de l’été se traduisaient par une recrudescence des pertes militaires ou civiles afghanes ». Pour surmonter l’opposition du public à l' »été sanglant » qui s’annonce, le mémorandum conseille d’adapter les messages destinés au public français qui « pourrait tirer parti de la vive préoccupation de la France pour les civils et les réfugiés », étant donné que les opposants français « font le plus souvent valoir que la mission fait du mal aux civils »

« Les appels du président Obama et des femmes afghanes pourraient avoir du poids », ajoute le mémorandum.

En ce qui concerne les aspects juridiques de la paix, Julian Assange et Wikileaks ont contribué au dossier historique de la Cour pénale internationale (CPI), créée en 2002 en vertu du Statut de Rome de 1998, pour promouvoir “la paix, la sécurité et le bien-être du monde”. La mission de la CPI était de mettre fin à l’impunité en poursuivant “les pires atrocités connues par l’humanité” : les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le crime de génocide.

Lorsque les capacités d’application de la CPI ont pris forme dans les années qui ont suivi sa création, des câbles publiés par WikiLeaks ont révélé des accords bilatéraux entre nations en vertu de l’article 98 du Statut de Rome, dans lesquels les États se plaçaient hors de la juridiction de la CPI. Les accords de l’article 98 sapent le pouvoir de la CPI de poursuivre les crimes de guerre et autres obstacles internationaux illégaux à un ordre mondial pacifique.

Plus tard, en 2013, quand Edward Snowden a révélé la surveillance massive et sans mandat de citoyens et de fonctionnaires dans le monde entier, il a mis au jour un immense réseau mondial capable d’intercepter et d’entraver les partisans de la paix tels que Chelsea Manning et Julian Assange. Les révélations d’Edward Snowden ont contribué aux enquêtes internationales, aux initiatives de transparence et aux réformes législatives dans le monde entier.

Il ne s’agit là que d’une sélection des contributions de Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden à la poursuite et à la défense d’une paix durable.

Ensemble, leurs actions ont mis à nu l’architecture des abus et de la guerre, et ont fortifié l’architecture de la paix. En retour, ces trois personnes ont été forcées de sacrifier les libertés, les droits et le bien-être de l’homme qu’elles ont si durement défendus.

Un prix Nobel de la paix pour Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden ferait plus qu’honorer leurs actions en tant qu’individus. Il ennoblit les risques et les sacrifices que ceux qui recherchent la paix entreprennent si souvent, afin d’assurer la paix et la liberté pour tous.

Sincèrement,

Sevim Dağdelen Membre du Bundestag

Doris Achelwilm Membre du Bundestag

Diether Dehm Membre du Bundestag

Sylvia Gabelmann Membre du Bundestag

Heike Hänsel Membre du Bundestag

Andrej Hunko Membre du Bundestag

Ulla Jelpke Membre du Bundestag

Jutta Krellmann Membre du Bundestag

Fabio De Masi Membre du Bundestag

Żaklin Nastić Membre du Bundestag

Dr. Alexander S. Neu Membre du Bundestag

Eva-Maria Schreiber Membre du Bundestag

Alexander Ulrich Membre du Bundestag

Kathrin Vogler Membre du Bundestag

Andreas Wagner Membre du Bundestag

Pia Zimmermann Membre du Bundestag

Sabine Zimmermann Membre du Bundestag.

Il est à noter que Pascal Meiser, membre du Bundestag Die Linke, a demandé l’asile en Allemagne l’année dernière pour l’éditeur et le dénonciateur. Selon la lettre, Meiser n’a pas signé l’appel à candidature pour le prix Nobel de la paix.

Au début de ce mois, plus de 130 personnalités allemandes du monde de l’art, de la politique et des médias ont signé un appel à la libération de Julian Assange, dont l’ancien vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel et la lauréate du prix Nobel Elfriede Jelinek, a rapporté DW.

Assange a remporté un total de vingt prix, Manning onze et Snowden neuf pour leur bravoure individuelle qui a contribué à faire la lumière sur la vérité. L’année dernière, Mairead Maguire, amie d’Assange et lauréate du prix Nobel de la Paix, a accepté le prix conjoint GUE/NGL pour les journalistes, les dénonciateurs et les défenseurs du droit à l’information.

Assange a été nominé par la Courage Foundation « sur la base de ses contributions au journalisme et à la protection des dénonciateurs, de sa situation désespérée et de son besoin de soutien public, et de ce que son cas signifie pour les journalistes et les dénonciateurs dans le monde entier »

Maguire a prononcé un discours incroyable et déchirant en soutien à son ami Julian Assange, soulignant qu’il avait dénoncé la corruption et l’empire de la guerre.

Assange doit être jugé pour extradition le 24 février pour avoir publié des documents qui ont révélé la corruption et les crimes de guerre américains. Des protestations sont prévues dans le monde entier car l’avenir de la liberté de la presse dépend de l’issue du procès d’un seul homme.

Source 

Via