Eh oui… Le système scolaire chinois est le meilleur de la planète selon l’OCDE

Les élèves chinois ont largement dépassé leurs pairs internationaux dans un test de compétences en lecture, en mathématiques et en sciences, selon les résultats 2018 du Programme international pour le suivi des acquis des élèves.

Le test, administré par l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE), a été donné à 600 000 jeunes de 15 ans dans 79 pays. Il est destiné à servir d’instrument de mesure global des systèmes d’éducation dans différentes régions du monde et dans des conditions socio-économiques variées.

Les résultats montrent que les élèves de quatre provinces chinoises – Pékin, Shanghai et les provinces orientales de Jiangsu et Zhejiang – ont obtenu la note maximale de niveau 4 dans les trois catégories. Les élèves des États-Unis se sont classés au niveau 3 en lecture et en sciences, et au niveau 2 en mathématiques.

Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, a déclaré que les performances actuelles des élèves d’une nation permettent de prédire le potentiel économique futur.

« La qualité de leurs écoles aujourd’hui alimentera la force de leurs économies demain ».

Cependant, de nombreuses nations développées n’ont pas été en mesure d’améliorer la qualité de l’éducation au cours des deux dernières décennies, même si « les dépenses de scolarisation ont augmenté de plus de 15% au cours de la seule dernière décennie », indique le rapport.

« Il est décevant de constater que la plupart des pays de l’OCDE n’ont pratiquement pas vu d’amélioration des performances de leurs élèves depuis la première édition de PISA en 2000 », a déclaré M. Gurria.

Le contexte socio-économique a joué un rôle dans les résultats des tests, expliquant 12% de la variation des performances en lecture dans chaque pays, en moyenne. Mais les résultats ont également montré que les 10% d’élèves les plus pauvres en Chine ont tout de même obtenu de meilleurs résultats que la moyenne de l’OCDE. Cela peut paraître surprenant pour un pays dont le revenu disponible net ajusté par habitant est environ trois fois inférieur à la moyenne de l’OCDE, qui est d’environ 30 500 dollars.

Les résultats du PISA ont montré que 20% des jeunes Américains de 15 ans ne lisent pas aussi bien qu’ils le devraient à l’âge de 10 ans. Les résultats ont également montré que les performances américaines en lecture et en mathématiques sont restées stables depuis 2000. Cela suggère que les initiatives fédérales telles que No Child Left Behind et Common Core – qui ont coûté des milliards de dollars fédéraux et privés – n’ont pas amélioré la qualité de l’éducation aux États-Unis.

L’une des conclusions les plus surprenantes est que seuls 14% des élèves américains sont capables de distinguer de manière fiable les faits des opinions dans les tests de lecture. Par exemple, un exercice demandait aux élèves de lire deux textes : un article de presse traitant de la recherche scientifique sur le lait et un rapport de l’Association internationale des Produits laitiers. On a ensuite présenté aux élèves diverses déclarations sur le lait et on leur a demandé de juger s’ils lisaient des faits ou des opinions. Par exemple :

« Boire du lait est le meilleur moyen de perdre du poids ».

La plupart des étudiants américains ont été incapables de dire que de telles déclarations représentent une opinion, et non un fait. Pourquoi ? L’un des principaux facteurs est la technologie, selon le rapport.

« Dans le passé, les étudiants pouvaient trouver des réponses claires et singulières à leurs questions dans des manuels soigneusement sélectionnés et approuvés par le gouvernement, et ils pouvaient croire que ces réponses étaient vraies. Aujourd’hui, ils trouvent des centaines de milliers de réponses à leurs questions en ligne, et c’est à eux de déterminer ce qui est vrai et ce qui est faux, ce qui est bien et ce qui est mal », indique le rapport. « La lecture ne consiste plus principalement à extraire des informations ; il s’agit de construire des connaissances, de réfléchir de manière critique et de porter des jugements fondés ».

Une ancienne enseignante, Elizabeth, de Portland, dans le Maine, a déclaré au New York Times qu’elle pensait que les nouvelles technologies avaient raccourci la durée d’attention des élèves au cours des deux dernières décennies.

« Ma conclusion : la technologie n’est pas toujours notre amie », a-t-elle écrit. « Les ordinateurs portables nouvellement arrivés dans nos écoles étaient autant une distraction de l’apprentissage qu’un outil d’apprentissage ».

Bien sûr, de nombreux facteurs jouent dans les résultats scolaires relativement médiocres des élèves américains : les conditions socio-économiques, les différences culturelles, l’importance excessive accordée aux tests standardisés.

L’une des raisons pour lesquelles il est difficile de dire pourquoi les élèves américains sont à la traîne est que, contrairement à de nombreux autres pays, les États-Unis n’ont pas d’autorité éducative centralisée, ce qui signifie qu’il existe en fait 50 systèmes éducatifs différents. Des inégalités entre ces systèmes apparaîtront inévitablement, en particulier dans les zones sous-financées, comme l’a expliqué à Politifact Henry Braun, professeur de politique éducative au Boston College.

« La raison pour laquelle nous n’obtenons pas de bons résultats dans l’ensemble est que nous avons plus d’étudiants dans les strates inférieures qui obtiennent généralement de plus mauvais résultats », a déclaré Braun. « C’est davantage une accusation de l’iniquité de notre système social que de notre système éducatif ».

source : https://www.facebook.com/bruno.guigue

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pr Claverie : « Personne n’ose le dire, mais on nous vend un vaccin qui est un échec ! »

L’antivax hospitalisé présenté par BFM est en réalité un pro Pass Sanitaire [VIDEO]