Emmanuel Macron a changé une des couleurs du drapeau français

Le chef du service politique d’Europe 1 a révélé que le président de la République avait discrètement modifié les couleurs du drapeau national. Il a substitué du bleu marine à la nuance qu’avait choisie Valéry Giscard d’Estaing.

Louis de Raguenel, chef du service politique d’Europe 1, a rapporté le 14 novembre que le chef de l’Etat avait modifié les couleurs du drapeau national. L’information a également été relayée par Le Parisien qui rapporte avoir eu la confirmation de l’Elysée. Ce retour du bleu marine renoue en réalité avec la couleur originelle du drapeau tricolore issu de la Révolution, en 1793 précisément.

Un changement en toute discrétion qui n’a pas naturellement bouleversé le triptyque bleu-blanc-rouge mais a substitué une teinte bleu marine à celle qu’avait choisie en son temps Valéry Giscard d’Estaing en 1976 pour mieux l’accorder avec le drapeau européen. Cela s’inscrivait symboliquement dans l’engagement résolument pro-européen de l’ancien président de la République.

Cela fait une année que la modification a été opérée, et que la nouvelle version du drapeau orne les institutions républicaines, du palais de l’Elysée à l’Assemblée nationale ou encore au ministère de l’Intérieur. Selon Europe 1, cette décision a été prise le 13 juillet 2020 par Emmanuel Macron, conseillé alors par Arnaud Jolens, le directeur des opérations de l’Elysée, ainsi que Bruno Roger-Petit, le conseiller mémoire du président.

Cela ne s’est toutefois pas fait sans susciter de débat à l’Elysée, entre ceux jugeant une telle modification superflue et d’autres partisan d’un retour au bleu originel selon cette même source. Néanmoins, aucune consigne officielle n’a pour le moment été donnée pour que la nouvelle monture ne remplace celle actuellement en usage. L’Elysée parierait sur une démarche incitative.

Source

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le pape François affirme que l’heure de la réinitialisation mondiale a sonné : pas de « retour à la normale » après la pandémie

Attal reconnaît que le chiffre de 2% des patients admis à l’hôpital pour cause de Covid est «juste»