Enfin à la tête de l’Europe, le président de l’UE parle en notre nom : «L’OTAN doit rester un projet de paix, pas de guerre sans fin»

L’OTAN est sur le point de connaître un tournant. Il convient de rappeler que l’alliance militaire la plus réussie de l’histoire du monde a débuté comme un projet de paix et que son succès futur dépend de sa capacité à maintenir la paix.

Mais aujourd’hui, au lieu de la paix, l’ordre du jour est la poursuite de la guerre ; au lieu de la défense, c’est l’offensive.

Tout cela va à l’encontre des valeurs fondatrices de l’OTAN.

L’expérience de la Hongrie montre que de telles transformations ne mènent jamais dans la bonne direction. La tâche aujourd’hui devrait être de préserver l’alliance en tant que projet de paix.

Lorsque nous devons faire des déclarations sur l’OTAN, nous, les Hongrois, nous trouvons une position particulière. Notre adhésion à l’OTAN a été la première depuis plusieurs siècles où la Hongrie a volontairement rejoint une alliance militaire. L’importance de notre adhésion ne devient évidente qu’à la lumière de l’histoire de la Hongrie.

L’histoire de la Hongrie du XXe siècle est aussi, malheureusement, une histoire de défaites militaires. Notre expérience collective est celle de guerres périodiques menées au sein de systèmes d’alliances dont nous ne voulions pas faire partie à l’origine et qui ont été établies dans un but de conquête ou du moins dans un but explicitement militariste. Malgré tous nos efforts pour rester à l’écart des deux guerres mondiales et malgré toute la véhémence avec laquelle nous avons tenté d’avertir les pays avec lesquels nous avons été contraints de nous allier, chaque fois, la Hongrie a connu une défaite qui a presque effacé la surface de la Terre.

Même si le pire n’est pas arrivé, nos pertes ont été colossales. Ces guerres ont laissé la Hongrie sans contrôle sur son avenir. Après 1945, nous sommes devenus une partie involontaire du bloc soviétique, et donc aussi du Pacte de Varsovie, l’alliance militaire du bloc de l’Est. Les Hongrois ont protesté de toutes leurs forces. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour provoquer la chute du Pacte de Varsovie. En 1956, notre révolution a enfoncé le premier clou dans le cercueil du communisme et, alors que ce système était finalement renversé, notre Premier ministre de l’époque a été le premier dirigeant de l’ancien bloc de l’Est à déclarer (à Moscou !) que le Pacte de Varsovie devait être dissous. Le reste appartient à l’histoire. L’alliance militaire qui nous avait été imposée s’est presque immédiatement dissoute et quelques jours seulement après cette fameuse réunion de Moscou, le ministre des Affaires étrangères hongrois était à Bruxelles pour négocier le début de notre processus d’adhésion à l’OTAN.

Lorsque la nation hongroise a rejoint l’OTAN, elle n’avait pas été membre volontaire d’une alliance militaire depuis longtemps – peut-être même cinq cents ans. On ne saurait trop insister sur l’importance de cette circonstance. Outre notre désir naturel de nous libérer de la domination soviétique et de rejoindre l’Occident, un facteur particulier a rendu l’OTAN attrayante pour nous : nous rejoignons enfin une alliance militaire qui s’engageait non pas à faire la guerre mais à maintenir la paix, non pas à étendre ses activités offensives mais à nous défendre et à défendre les uns les autres. Du point de vue hongrois, nous n’aurions pas pu espérer mieux.

Nous sommes toujours de cet avis et jusqu’à présent, rien n’est venu le remettre en question. Il convient néanmoins de rappeler brièvement pourquoi, il y a 25 ans, nous avons vu dans l’OTAN notre garantie de paix et de défense. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la Hongrie était coupée de son environnement civilisationnel naturel – l’Occident – ​​et, plus immédiatement, de toute l’Europe. Il serait bon de rappeler les paroles du président américain Harry S. Truman, qui, lors de la fondation de l’Alliance, en résumait l’essence de la manière suivante :

Avec ce pacte, nous espérons créer un bouclier contre l’agression et la peur de l’agression, un rempart qui nous permettra de nous consacrer aux véritables tâches du gouvernement et de la société, à savoir assurer une vie plus épanouissante et plus heureuse à tous nos citoyens.

Les propos du président Truman coïncidaient avec les aspirations de l’histoire hongroise : la paix. En les lisant aujourd’hui, il est clair que le concept qui sous-tendait l’OTAN était clairement celui d’une alliance militaire pour la défense. Sa tâche principale était de créer un environnement géopolitique dans lequel les membres de l’alliance se défendraient mutuellement. Il s’agit non seulement d’une garantie de sécurité, mais aussi d’un avantage concurrentiel. Les garanties mutuelles permettent à chaque pays membre d’orienter ses ressources vers le développement économique plutôt que vers la prévention des menaces militaires. Mais un autre élément important du discours du président Truman était présent : l’OTAN n’assure pas seulement la défense et la dissuasion, mais elle rassure également les acteurs extérieurs.

Je peux dire avec certitude que ce qui a finalement convaincu les Hongrois de rejoindre l’OTAN, en plus d’un désir général d’intégration à l’Occident, c’est la promesse de paix de l’OTAN. Il y a 25 ans, le 16 septembre 1999, en tant que Premier ministre, j’étais présent lorsque le drapeau hongrois a été hissé au siège de l’OTAN à Bruxelles. Voici comment j’ai résumé ce que signifiait pour nous l’adhésion à la plus grande alliance militaire du monde : «Pour la Hongrie, adhérer à l’OTAN signifie aussi la paix. Pour mener une guerre, même victorieuse, il suffit d’avoir des ennemis ; mais pour instaurer une paix durable dans cette partie du monde, il est impossible d’avoir des alliés». Depuis lors, je suis de près l’évolution de la vision de l’Alliance pour l’avenir et la manière dont la Hongrie remplit les engagements qu’elle a pris lors de son adhésion. Je l’ai fait non seulement par sens général de responsabilité politique envers la Hongrie, mais aussi en raison de mes souvenirs personnels et de mon engagement direct.

Le sens de l’honneur et la compréhension claire de ses propres intérêts font qu’un pays qui adhère volontairement à une alliance militaire a pour obligation minimale de remplir ses engagements envers cette alliance. Cela tient notamment au fait que l’objectif initial de l’OTAN, à savoir garantir la paix, exige force, détermination et expérience. La Hongrie a fait tout ce qu’elle pouvait pour accroître sa force, démontrer sa détermination et acquérir de l’expérience dans le maintien de la paix. Ainsi, avec nos alliés de l’OTAN, nous avons participé à la mission de la FIAS en Afghanistan, où la Hongrie a été le premier pays membre à assumer le rôle national de chef d’une équipe de reconstruction provinciale. Nous sommes membre de la KFOR, la mission de maintien de la paix au Kosovo, depuis le premier jour en 1999, et la Hongrie est le quatrième contributeur de cette mission en termes de forces sur le terrain. En outre, la Hongrie assure la défense aérienne de deux autres alliés de l’OTAN, la Slovaquie et la Slovénie, et, à tour de rôle, des États baltes. Nous hébergeons également le quartier général de la division multinationale du Centre d’Europe centrale, un élément clé du système de coopération militaire faisant partie de l’aile orientale de l’OTAN.

La Hongrie estime également que, en plus de participer à des missions, nous ne pouvons exiger la solidarité des autres pays membres de l’OTAN que si nous sommes en mesure de nous défendre. C’est une question fondamentale de souveraineté. Afin de reconstruire les capacités de défense de la Hongrie, nos dépenses de défense s’élèvent déjà en 2023 à 2% du PIB, conformément aux engagements que nous avions pris lors du sommet de l’OTAN au Pays de Galles l’année précédente. D’ici le sommet de l’OTAN de juillet à Washington, outre la Hongrie, les deux tiers des pays membres devraient avoir satisfait à cette exigence. En 2016, la Hongrie a également lancé un programme complet de modernisation des forces armées et nous consacrons 48% du budget de la défense au développement des forces armées, soit plus du double des besoins de l’OTAN. Cela fait de nous l’un des dix pays membres les plus performants. Nous achetons les équipements les plus modernes pour les forces armées hongroises. Nos soldats utilisent déjà des chars Leopard, de nouveaux hélicoptères Airbus et des véhicules blindés Lynx et Gidrán, et nous avons acquis des unités du système de défense aérienne NASAMS. Grâce également à la modernisation organisationnelle qui se déroule parallèlement aux acquisitions, les forces de défense hongroises sont passées du niveau de combat au niveau opérationnel.

La reconstruction de l’industrie de défense hongroise est également en cours. La guerre en Ukraine a montré que les pays européens membres de l’OTAN sont confrontés à un sérieux déficit de capacités industrielles militaires. Le développement de notre industrie de défense avait déjà commencé bien avant le déclenchement de la guerre, dans le cadre des plans de développement économique de la Hongrie, mais il est devenu depuis un facteur clé pour la position future de l’OTAN. L’industrie de défense hongroise se concentre sur six secteurs prioritaires : la fabrication de véhicules de combat et autres véhicules militaires, la production de munitions et d’explosifs, les systèmes de communication radio et par satellite, les systèmes radar, la production d’armes légères et de mortiers, l’industrie aérospatiale et le développement de drones.

Le renforcement des forces armées et de l’industrie de défense hongroises profite non seulement à la Hongrie, mais aussi à l’OTAN dans son ensemble. La Hongrie est un allié qui, en plus d’être un partenaire loyal, est prêt à coopérer activement avec les autres membres de l’Alliance pour atteindre ses objectifs de préservation de la paix et de garantie d’un développement prévisible.

Aujourd’hui, l’OTAN est de loin l’alliance militaire la plus puissante du monde, tant en termes de dépenses de défense que de capacités militaires. La Hongrie, comme nous l’avons vu, fait mieux que ce qu’elle peut en termes de développement de ses capacités de défense, de participation à des missions et de développement de ses forces militaires. Mais lorsqu’il s’agit de l’avenir de l’OTAN, nous ne sommes pas entièrement d’accord avec la majorité des pays membres. Aujourd’hui, de plus en plus de voix au sein de l’OTAN plaident en faveur de la nécessité, voire de l’inévitabilité, d’une confrontation militaire avec les autres centres de puissance géopolitique du monde. Cette perception d’une confrontation inévitable fonctionne comme une prophétie autoréalisatrice. Plus les dirigeants de l’OTAN croiront que le conflit est inévitable, plus ils contribueront à le déclencher.

Aujourd’hui, le caractère autoréalisateur de cette prophétie de confrontation devient de plus en plus évident, avec les nouvelles selon lesquelles les préparatifs ont commencé en vue d’une éventuelle opération de l’OTAN en Ukraine – et même des rapports de haut niveau selon lesquels des troupes des pays membres de l’OTAN sont déjà près du front ukrainien. Heureusement, la Hongrie a conclu un accord important avec l’OTAN qui reconnaît notre rôle essentiel au sein de l’alliance tout en nous exemptant de ses efforts de soutien direct en Ukraine, qu’ils soient militaires ou financiers. En tant que nation éprise de paix, nous considérons l’OTAN comme une alliance défensive – ce que cet accord contribue à garantir. Ceux qui plaident en faveur de la confrontation fondent généralement leurs arguments sur la supériorité militaire de l’OTAN et du monde occidental.

Le grand historien Arnold Toynbee a affirmé que «les civilisations meurent par suicide, non par meurtre». En tant qu’alliance militaire la plus puissante que le monde ait jamais connue, ce n’est pas une défaite face à un ennemi extérieur que nous devons craindre. Un ennemi extérieur, s’il a un peu de bon sens, n’osera pas lancer une attaque contre un pays membre de l’OTAN. Mais nous devrions craindre de rejeter les valeurs qui ont donné naissance à notre alliance. L’objectif de la création de l’OTAN était d’assurer la paix dans l’intérêt d’un développement économique, politique et culturel stable. L’OTAN remplit son objectif lorsqu’elle obtient la paix, et non la guerre. Si elle choisit le conflit plutôt que la coopération, et la guerre plutôt que la paix, elle se suicidera.

Bien entendu, il incombe à chaque pays membre d’apporter de nouvelles perspectives à la stratégie, en plus de sa propre vision du monde et de son expérience, mais ces visions du monde sont influencées par les différentes expériences des différents pays. À cet égard, l’expérience uniforme des pays occidentaux est celle de la victoire – ils ont remporté successivement les guerres des siècles passés. Lorsqu’il s’agit de la question de la guerre ou de la paix, il n’est pas étonnant qu’ils soient moins prudents. Mais l’expérience historique hongroise montre que lorsqu’une alliance militaire passe de la défense à l’attaque, de l’évitement du conflit à la recherche du conflit, elle s’achète un billet pour la défaite. C’est ce qui est arrivé aux Hongrois avec les systèmes d’alliance qui nous ont été imposés au cours du XXe siècle. Ces systèmes d’alliances favorisaient le conflit et la guerre, et en temps de guerre, ils ont complètement échoué. En revanche, l’OTAN existe depuis le tout début en tant qu’alliance défensive. Notre tâche est donc de la préserver en tant que ce pour quoi elle a été créée : un projet de paix.

source : Bruno Bertez

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

Les derniers articles