FILE PHOTO: Greek and French vessels sail in formation during a joint military exercise in Mediterranean sea, in this undated handout image obtained by Reuters on August 13, 2020. Greek Ministry of Defence/Handout via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY/File Photo - RC2LLI90TR7I
in

Erdogan avertit Macron de ne pas «chercher querelle avec la Turquie»

Tandis que la tension monte entre la France et la Turquie à propos de la situation en Méditerranée orientale, lors de son discours télévisé ce 12 septembre, le Président turc a recommandé à Macron de ne pas chercher la Turquie suite aux critiques françaises.

En réaction aux critiques françaises, Recep Tayyip Erdogan a prévenu ce samedi 12 septembre lors d’un discours télévisé Emmanuel Macron de ne pas chercher la Turquie.

«Ne cherchez pas querelle au peuple turc, ne cherchez pas querelle à la Turquie», a lancé M.Erdogan dans un discours télévisé à Istanbul, en référence aux sévères critiques émises par M.Macron envers Ankara dans le cadre du conflit entre la Turquie et la Grèce à propos de la prospection pétrolière en Méditerranée, informe l’AFP.

Par la suite, le Président turc a fait allusion aux déclarations du Président français qui avait affirmé qu’il n’avait pas de problème avec le peuple turc, mais avec Erdogan. Alors, s’adressant ce samedi au Président français, Recep Tayyip Erdogan a martelé qu’il allait avoir encore plus de problèmes avec lui.

Plus tôt, le ministère turc des Affaires étrangères, suite aux attaques du Président français, avait déclaré qu’il estimait cela comme l’expression d’un mécontentement face à la mise en échec par Ankara de ses projets en matière de politique internationale.

Tensions qui marquent la Méditerranée

Dans le cadre de tensions croissantes entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée, où les recherches d’hydrocarbures menées unilatéralement par Ankara ont provoqué de vives tensions, la France a averti le gouvernement turc que la Méditerranée orientale ne pouvait pas constituer «un terrain de jeu» pour assouvir des «ambitions» nationales.

Dans une interview à Paris Match, le Président français avait précédemment affirmé que la politique menée par Recep Tayyip Erdogan était «une politique expansionniste qui mêl[ait] nationalisme et islamisme, qui n'[était] pas compatible avec les intérêts européens» et était un «facteur de déstabilisation».

Source