in

Étudiante infirmière volontaire dans une unité COVID-19, elle gagne 30€ par semaine

Nous l’appellerons Chloé. Cette élève infirmière, volontaire dans l’unité COVID-19 d’un établissement de santé de l’Hérault, “travaille comme n’importe quel professionnel” mais est “payée comme une stagiaire” : 30 € par semaine pour 35 heures de travail, soit 1,17 € de l’heure.

Nous avons choisi de l’appeler Chloé (prénom d’emprunt) pour préserver l’anonymat de son témoignage. Lorsque la pandémie s’est déclenchée en France, cette élève infirmière de l’Hérault venait d’entamer un stage dans un établissement de santé du département.

Un élément à part entière de l’équipe soignante

Mais elle a préféré aller prêter main-forte aux soignants d’une unité COVID-19, en tant que volontaire. Réaffectée en tant qu’aide soignante, ses conditions de travail ont changé. Elle en témoigne pour France 3 Occitanie :

Pour 5 semaines dans un hôpital, en 2ème année, une élève infirmière touche 152 euros de rémunération. Mais là, JE NE SUIS PAS EN CONDITION DE STAGE, puisque je remplis la fonction d’aide-soignante. Un stagiaire est en plus dans une équipe. Là, JE FAIS PARTIE de l’équipe. Si je ne fais pas mon travail, personne ne me remplace

“Volontaire, pas bénévole”!

Pour autant, Chloé ne se sent pas l’étoffe d’une héroïne. Simplement, sachant qu’elle avait les compétences pour aider, elle ne se voyait pas ne pas le faire, c’est tout simplement inconcevable pour elle. Mais quand elle a demandé combien elle serait payée, Chloé est tombée de haut :

Je travaille comme n’importe quel professionnel, mais je suis payée comme une stagiaire : 30 € par semaine pour 35 heures de travail, soit 1,17 € de l’heure! Je suis volontaire, pas bénévole!

Eloignée de sa famille

Une déconvenue d’autant plus grande que l’élève infirmière s’est coupée volontairement de sa famille, pour ne pas risquer de contaminer les siens.

la suite